페이지 이미지
PDF
ePub

toute massive qu'elle eft, eft aisément portée au milieu de la matiere celeste, qui eft infiniment plus fluide que l'eau , & qui remplit tout ce grand efpace où nagent les Planetes. Et où faudroit-il que la Terre fût cramponnée pour

réfifter au mouvement de cette matiere céleste , & ne s'y pas laisser emporter? C'est comme si une petite boule de bois pouvoit ne pas suivre le courant d'une Riviere.

Mais', repliqua-t-elle encore, coniment la Terre avec tout son poids se foûtient-elle für vôtre ma. tiere céleste, qui doit être bien lege re, puis qu'elle est li fluide ? Ce n'est pas à dire , répondis-je, que ce qui est fluide, en soit plus leger. Que dites. vous de notre gros vaisseau , qui avec tout son poids est plus leger que l'eau, puis qu'il y furnage ? Je ne veux plus vous dire rien, dit-elle comme encolere , tant que vous aurez le gros Vaisseau. Mais m'assurez-vous bien qu'il n'y ait rien à craindre sur une pi

rouette aussi legere que vous me faites la Terre ? Et bien, lui répondis-je, faisons porter la Terre par quatre Elephans, comme font les Indiens. . Voici bien un autre Sistême, s'écriat-elle. Du moins j'aime ces Gens-là d'avoir pourvû à leur seureté, & fait de bons fondemens,au lieu que nous autres Coperniciens, nous sommes affez inconsiderez pour vouloir bien nager à l'avanture dans cette matiere céleste. Jegage que si les Indiens sçavoient

que

la Terre fût le moins du monde en peril de fe mouvoir , ils doubleroient les Elephans. · Cela le mieriteroit bien,repris-je,en riant de sa pensée, il ne faut point s’épargner les Elephans pour dormir en assurance , & si vous en avez besoin pour cette nuit, nous en mettrons dans notre Systême autant qu'il vous plaira , ensuite nous les retrancherons peu à peu, à mesure que vous vous rassurerez. Serieusement, reprit-elle, je ne croi pas dès à present

[ocr errors]

qu'ils me soient fort necessaires , & je me sens assez de courage pour oser tourner. Vous irez encore plus loin, repliquai - je, vous tournerez avec plaisir , & yous vous ferez sur ce Syftême des idées réjouissantes. Quelquefois , par exemple, je me figure que je suis suspendu en l'air , & que j'y demeure sans mouvement pendant que la Terre tourne sous moi en vingt-quatre heures. Je vois passer sous mes yeux tous ces visages differens,les uns blancs,les autres noirs,les autres bazanez, les autres olivâtres. D'abord ce sont des Chapeaux, & puis des Turbans, & puis des Têtcs cheveluës, , & puis des Têtes rases; tantôt des Villes à clochers, tantôt des Villes à longues aiguilles qui ont des Croillanstantôt des Villes à Tours de Porcelaine tantôt de grands Pays qui n'ont que des Cabanes ; ici de vastes Mers;

là des deserts épouventables ; enfin toute cette varieté infinie qui estsur la surface de la Terre.

E

En verité, dit-elle, tout cela meriteroit bien que l'on donnát vingtquatre heures de son temps à le voir. Ainfi donc dans le même lieu où nous sommes à prefent, je ne dis pas dans ce Parc;mais dans ce même lieu, à le prendre dans l'air , il y passe continuellement d'autres Peuples qui prennent notre place; & au bout de vingt-quatre heures nous y revenons

Copernic, luírépondis - je, ne le comprendroit pas mieux. D'abord il passera par ici des Anglois qui raisonneront peut-être de quelque defsein de Politique avec moints de gaye. té que nous ne raisonnons de notre Philosophie ; ensuite viendra une grande Mer, & il fe pourra trouver en ce lieu-là quelque Vaisseau quin'y sera pas

si à fon aire que noas. Aprés eela paroîtront des Iroquois,en man. geant tout vif quelque prisonnier de guerre ,

qui fera semblant de ne s'en pas soucier; des Femmes de la Terre

de Jesso , qui n'employeront tout leur temps qu'à préparer le Repas de leurs Maris , & à fe peindre de bleu les lévres & les fourcils pour plaire aux plus vilains hommes du monde; des Tartares qui iront fort dévotement en Pelerinage vers ce grand Prêtre qni ne fort jamais d'un lieu obscur, où il n'est éclairé

que par des Lampes , à la lumiere desquelles on l'adore ; de belles Circassiennes qui ne feront aucune façon d'accorder tout au premier venu , hormis ce qu'elles croyent qui appartient'essentiellement à leurs Maris ; de petits Tartares qui iront voler des Femmes pour les Turcs & pour les Perfáns; enfin nous , qui débiterons peut-être encore des rêveries.

Il est assez plaisant, dit la Marquise, d'imaginer ce que vous venież de me dire ; mais si je voyois tout cela d'enhaut, je voudrois avoir la liberté de hàter ou d'arrêter le mouvement de la Terre , selon que les objets me

« 이전계속 »