페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

pece de puits. Nous pouvons nous flater avec bien de l'apparence que c'est une Riviere. Enfin on connoît assez toutes ces differentes parties pour leur ayoir donné des noms, & ce sont presque tous noms de Sçavans. Un endroit s'appelle Copernic, un autre Archimede, un autre Galilée; il y a un Promontoire des Songes, une Mer des Pluyes , une Mer de Nectar, une Mer des Crises; enfin la Description de la Lune est si exacte, qu'un Sçavant qui s'y trouveroit presentement ne s'y égareroit non plus que je ferois dans Paris.

Mạis , reprit-elle , je ferois bienaise de sçavoir encore plus en détaļl comment est fait le dedans du Pays. Il n'est pas possible, repliquai-je, que Messieurs de l'Observatoire vous en instruisent, il faut le demander à AG tolfe, qui fut conduit dans la Lune par saint Jean. Je vous parle d'une des plus agréables folies de l'Arioste, & je syis sûr que vous serez bien-aise

de la sçavoir. J'avoue qu'il eût mieux fait de n'y pas mêler saint Jean, dont le nom est si digne de respect; mais enfin c'est une licence Poëtique, qui peut seulement passer pour un peu trop gaye. Cependant tout le Poëme eft dédié à un Cardinal, & un grand Pape l'a honoré d'une approbation éclatante que l'on voit au-devant de quelques Editions. Voici dequoi il s'agit. Roland neveu de Charlemagne étoit devenu fou , parce que la belle Angelique lui avoit preferé Medor. Un jour Astolfe, brave Paladin , se trouva dans le Paradis Terrestre qui étoit sur la cime d'une Montagne très-haute, où fon Hippogrife l'avoit porté. Là il rencontra saint Jean, qui lui dit, que pour guerir la folie de Roland , il étoit necessaire qu'ils fissent ensemble le voyage de la Lune. Astolfe qui ne demandoit qu'à voir du Pays , ne se fait point prier ; & aussi-tôt voilà un Chariot de feu qui enleve par les airs

l'Apôtre & le Paladin. Comme Aftolfe n'étoit pas grand Philosophe, il fut fort surpris de voir la Lune beaucoup plus grande qu'elle ne lui avoit paru de dessus la Terre.Il fut bien plus surpris encore de voir d'autres Fleuves, d'autres Lacs, d'autres Montagnes, d'autres Villes d'autres Forêts , & ce qui m'auroit bien surpris aussi, des Nimphes qui chafsoient dans ces Forêts. Mais ce qu'il vit de plus rare dans la Lune , c'étoit un Vallon, où se trouvoit tout ce qui se perdoit sur la Terre de quelque espece qu'il fût, & les Couronnes & les Richesses & la Renommée , & une infinité d'Efperances , & le temps qu'on donne au Jeu, & les aumônes qu'on fait faire après sa mort, & les Vers qu'on présente aux Princes, & les Soûpirs des Amans.

Pour les Soûpirs des Amans, interrompit la Marquise , je ne sçai pas si du temps de l'Arioste ils étoient perdus; mais en ce tems-ci je n'en con

nois point qui aillent dans la Lune: Ny eût-il que vous , Madame , repris-je, vous y en avez fait aller un af sez bon nombre. Enfin la Lune eft fi exacte à recueillir ce qui se perd ici-bas, que tout y est, mais l'Arioste ne -vous dit cela qu'à l'oreille , tout y est jusqu'à la Donation de Constantin. C'est que les Papes ont prétendu être Maîtres de Rome & de l'Italie , en vertu d'une Donation que l’Empereur Constantin leur en avoit faite; & la verité est qu'on ne sçauroit dire ce qu'elle est devenuë. Mais devinez de quelle sorte de chose on ne trouve point dans la Lune de la Folie. Tout ce qu'il y en a jamais eu sur la Terre, s'y est très-bien conservé. En récompense il n'est pas croyable combien il ya dans la Lune d'Esprits perdus. Ce sont autant de Phioles pleines d'une -liqueur fort subtile, & qui s'évapore aisément si elle n'est enfermée; & sur chacune de ces Phioles est écrit le nom de celui à qui l'esprit appartient.

[ocr errors]

Je croi que l'Arioste les met toutes en un tas , mais j'aime mieux me figurer qu'elles sont rangées bien proprement dans de longues Galeries. Astolfe fut fort étonné de voir que les Phioles de beaucoup de Gens qu'il avoit crûs trés - sages, étoient pourtant bien pleines ; & pour moi je suis persuadé que la miennę s'est remplie confiderablement depuis que je vous entretiens de Visions, tantôt Philosophiques , tantôt Poëtiques. Mais ce qui me console, c'est qu'il n'est pas possible que par tout ce que je vous dis, je ne vous fafle avoir bien-tôt aussi une petite Phiole dans la Lune. Le bon Paladin ne manqua pas de trouver la sienne parmi tant d'autres. Il s'en saisit avec la permisfion de saint Jean, & reprit tout son esprit par le nez comme de l'eau de la Reine d'Hongrie ; mais l'Arioste dit qu'il ne le porta pas bien loin, & qu'il le laissa retourner dans la Lune par une folie qu'il fit à quelque temps

« 이전계속 »