페이지 이미지
PDF

ORDONNANCE

DEM ONSEIGNE UR

L'EVÊQUE DE CHARTRES

AUX FIDELES

DE SON DIOCESE.

Pour la publication de la Constitution de notre Saint P ère Pape Clément XI. du 16. Juillet 170$. contre le Janjenijme.

[graphic]

À PARIS, Çhcz Antoine Dez Allie R,rucS, Jacques,

à la Couronne d'or.

M D C C V I.
AKBC PRIVILEGE D V R 0 ¥\

[graphic]
[graphic]

ORDONNANCE

DE MONSEIGNEUR

L'EVÊQUE DE CHARTRES}

AUX FIDELES DE SON DIOCESE. ■

Po»y /a publication de la Constitution de nôtre Saint
tpere le Pape Clément XI. du 16. Juillet 1705.
contre le Jansenisme.

Aul par la grâce de Dieu & auto-
rité du S. Siege Apostolique, Evê-
que de Chartres : A tous les Fidèles
de nôtre Diocése, Salut & Benedi- 0
ction.

L'amour que nous avons pour l'Eglife nous a fait ressentir une grande douleur à la vûë du ícan- -.. dale qu a cause le fameux Libelle du * Cas de Con- * ^^ÍJJ4" science, lequel par de fausses & dangereuses ma- Joutes l«Proximes éludoit la condamnation du Livre de Jan- vinces, inrisenius, & donnoit atteinte aux Constitutions Apo- S5f£w« stoliques, acceptées par les Pasteurs de ce Royau- crc me, & reçues géneralement dans toute l'Eglife par le consentement des autres Evêques Catholiques.

A

[graphic]

Quoique Monseigneur le Cardinal de Noailícs & plusieurs grands Prélats eussent censure' ce Libelle, (que nous avons austì condamné dans nôtre Dioceíê ) on en voioit paroître de jour en jour de nouveaux plus mauvais & plus téméraires que les • ubtiit in- premiers,3 fous le nom de tout le parti, avec de» feSe tous les "tres aum^ ^aux <lue fastueux , par lesquels les AuTheologiens, teurs de ces Libelles tâchoient de faire croire que & en parricu- tQUS jes Théologiens ôc les Disciples de S. Augupies de s. Au- ttift les ravonioient dans leurs egaremens. Us parcustiri, contre loient plus, hautement que jamais contre les Pa

í Ordonnance ,-)-..J A- - .* r" T V

de M. l'Evê- ^s & Ies Evêques, mais íur tout contre le Formuqœde Char- lajre b d'Alexandre VIL II faloit, félon eux, con^Aoâuyíj" vaistcre le monde, que le commandement de íìCcst un abn. gner ce Formulaire étoit l'eíFet d'une injuste do*"* de mmatn » & qu'on ne pouvoit l'appuyer que fur f lus excessif une opinion téméraire ôc erronée, dont les condam testibd- séquences ne pouvoient être plus pernicieuses. //

Us du paru. "f . , r , «./* • -i -f

y a un tems 4e p&mtt , diloient-ils, comme dj a un

AXcz, par ce ^ & se tatre ì Sf lon Pent dire fi*5 exagération t qu'on a pû li- que Jamais il ne fut plus necejîaire de rompre le /tien

Désensc corn! * * 1** e^t*S ^* ctrconflances pnfinttS.

bien il est in- - Ainsi ces Esprits opiniâtres fe croyant diípenjuste & tyran- ÇçZifa silence, qu'ils avoient tant de fors promis,

nique d ìm- . ,A r % % , 1 . . *

poíêr ainsi in- tgntoient par tomes lortes de voies de révolter les 4irFereinment fidèles contre leurs Pasteurs, & de faire passer le de^rsonne? Formulaire pour un joug trés-injuste, & pour une lobugationde tyrannie des consciences.

CToire,&d'af- j| ^t fimc ja sagesse & de la charité' da fivec sermeut grand Pape, qui remplit si dignement la Chaire

« 이전계속 »