페이지 이미지
PDF
ePub

bées; on voulait les saisir, mais elle eut la
présence d'esprit de dire ,dans un baragouin
moitié français moitié allemand , qu'elle
était étrangère, qu'elle ne savait pas les
usages de France, et qu'elle s'habillait à la
façon de son pays. Elle persuada si bien ·
que le premier cominis de la barrière, qui
avait resté plusieurs années en Allemagne,
prit sa défense, la laissa passer, et lui fit
beaucoup d'excuses. Au mois de juin 1771,
la maladie dont elle est morte se déclara;
sa fermeté n'en fut point ébranlée; elle s'oc-
cupa des soins de son mépage et des détails
les plus minutieux jusqu'à la veille de sa
mort, qui arriva le 21 avril 1772. Elle fil plu-
sieurs pièces en société avec son mari. Voici
des vers que l'on a laits pour être mis au bas
de son porti ait:

Nature un jour épousa l'art;
De leur amour naquit Favart,
Qui semble tenir de son père
Tout ce qu'elle doit à sa mère.

LEGRAND.

Legrand, comédien et fils d'un chirurgien-major des Invalides, naquit à Paris le même jour que Molière. mourut. Il fut reçu, aux Français en 1702, On eut d'abord beaucoup de peine à s'accoutumer à sa figure; on rapporte même qu'un jour où il avait été mal reçu dans un rôle tragique, il harangua le public en disant : « Messieurs, il vous est « plus aisé de vous accoutumer à ma figure « qu'à moi d'en changer. » On a de lui de très jolies comédies. Il mourut dans la cinquante-sixième année deson âge, après avoir reçu les sacrements de l'Église. Legrand, son fils, s'acquittait avec succès des rôles à récit dans le tragique et de plusieurs rôles

omiques. Il se retira du théâtre, étant le doyen des comédiens français, en 1758.

[graphic]

LE KAIN.

Le Kain était un des plus grands acteurs tragiques qui aient paru sur la scène française. On lui fit les vers suivants :

Que Le Kain rend bien sur la scène
Ou la tendresse ou la fureur!
: Ce favori de Melpomene
Connait le vrai chemin du coeur.

PONT-ALAIS.

Pont-Alais , contemporain de Gringoire, fut comıng lui auteur et acteur, el devint par la suite entrepreneur du mystère par représentation. Pont-Alais eut un jour l'idée de faire lambouriner son spectacle dans le currefour proche de l'église St-Eustache. Le curé, qui faisait alors le prêche, interrompu par le bruit et voyant ses paroissiens sortir, en foule de l'église pour aller entendre Pont-Alais, se rendit dans le carrefour, et s'approchant de Pont-Alais : « Qui vous « a fait si hardi de tambouriner pendant « que je prêche? - Et qui vous fait si hardi « de prêcher quand je tambourine? » répondit Pont-Alais. Sur celle réponse, le curé se retira prudemment, mais il alla porter sa plainte au magistrat qui fit meltre PontAlais en prison, et ce ne fut qu'au bout de six mois qu'il obtint sa liberté et la permis. sion de continuer ses jeux.

Un acteur jouant le rôle d'Harpagon dans l'Avare se laissa tomber en courant et en criant au voleur, à la scène de la cassetle. Loin de chercher à se relever, il eut la présence d'esprit de continuer son rôle par terre, comme un homme affaissé sous le poids de la douleur et du désespoir. Il ne

se releva qu'à l'endroit où la nature et la vé- rité lui permettaient de le faire, et le public

fut persuadé qu'il était tombé exprès, pour · mieux rendre son jeu.

Un spectateur extrêmement attentif à la tragédie de Britannicus, où Narcisse répète à Néron ce qu'il a dit à Britannicus et les trompe altev palivement l'un et l'autre, cet homme, par un mouvement de franchise et d'intérêt, s'écria : « Ne le croyez pas, monde sieur, il en vient de dire autant à monsieur * votre frère. »

Un bon acteur débutait par le rôle du comte d'Essex. Une forte cabale était acharnée à l'interrompre, chaque fois qu'il allait parler ; mais à la seconde scène, à peine la duchesse avail-elle achevé de lui dire, en parlant du courroux de la reine :

Në vous aveuglez point par trop de confiance,
C'est par son ordre exprès qu'on s'informe, on

s'instruit. que cet acteur, sans se déconcerter du brouhaha réitéré, prit l'actrice par la main, la conduisit fièrement au bord de la scène , et après une petite pause pour fixer l'attention générale , lui dit avec cette assurance

« 이전계속 »