페이지 이미지
PDF
ePub

« lieu d'entonner ton De profundis, chante« moi plutôt le Domine salvum fac regem, « car je fais les rois. » .

LE KAN.

Le Kain répétait un jour chez Voltaire le rôle de Séide,celui de Palmire était en même temps répété par une demoiselle fort jeune et fort jolie. Jusqu'au cinquième acte Voltaire avait élé très content du rôle de Séide et il avait trouvé que si Palmire n'était pas bien excellente, au moins pouvait-elle inspirer de l'intérêt. Au moment de l'imprécation, la jeune actrice lui parut si faible, si dénuée d'énergie, si éloignée de la situation, qu'il s'avança vers elle et lui dit, avec une chaleur qu'il cherchait en vain à modérer: « Figurez-vous, mademoiselle, que Ma« homet est un fourbe , un imposteur, un « scélérat, qui a fait poignarder votre père, « qui vient d'empoisonner votre frère, et qui, « pour couronner ses bonnes @uvres, veut

« absolument vous faire la cour. Si tout ce « petit manège-là vous fait un certain plai« sir, vous avez raison de ménager Mahomet « comme vous le faites; mais si cela vous « répugne à un certain point, voici comment «.il faut vous y prendre pour lui dire tout « ce que vous avez sur le cour. » Alors il reprend la lirade, la répèle, et son âme, électrisant peu à peu celle de la jeune actrice, y fait passer le sentiment de la situation si bien qu'elle y excita l'enthousiasme i la représentation.

Voltaire adressa les ver's suivants à l'acteur de Lanoue, lorsqu'il fut question de représenter Mahomet :

Mon cher Lanoue', illustre père
De l'invincible Mahomet,
Soyez le parrain d'un cadet,
Qui sans vous n'est point fait pour plaire...
Votre fils fut un conquérant;
Le mien a l'honneur d'étre apótre,'
Prétre, filou, dévo, brigand:
Faites-en l'aumônier du votre.

Cirano de Bergerac, dont l'humeur querelleuse et spadassine fut célèbre dans son temps, disait de M. Monfleury l'acteur, avec lequel il eut une dispule un jour : « A cause a que ce coquin est si gras qu'on ne peut le « bâtonner lout entier en un jour, il fait le « fier. »

Lors de la première représentation de Marianne et au moment où l'actrice chargée de ce rôle portait à sa bouche la coupe empoisonnée, quelqu'un du parterre s'avisa de crier : « La reine boit! » et cette mauvaise plaisanterie, par les ris qu'elle occasionna, pensa faire tomber la pièce. Voltaire substitua å la coupe un autre dénouement, et la pièce eut quarante représentations. La même chose était arrivée à une représentation de Mithridate, qui fut donnée le jour des Rois.

A la représentation d'une tragédie, dans les deux premiers actes on n'avait vu paraître aucun personnage de femme ; mais au commencement du troisième, deux princesses, chacune avec sa confidenle, se présentèrent sur la scène. On entendit aussitôt au milieu du parterre une voix aigre et perçante qui cria : « Quatorze de dames sontils bons? » Il n'en fallut pas davantage pour exciter une risée générale el empêcher que la pièce ne fût achevée.

Un acteur débula un jour a Théâtre-Français par le rôle de Mithridale; il n'était point dépourvu de talent, il avait même beaucoup d'intelligence et de feu, mais son extérieur n'élaitrien moins qu'héroïque. Dans la scène ou Monime dit à Mithridate ; « Seigneur, vous changez de visage? » un plaisant cria à l'actrice : « Laissez-le.faire.»

Mme V.. débuta à la Comédie-Française, au mois d'aoûl 1780, par le rôle de Phèdre. Les mauvaises dispositions d'une cabale animée contre elle la firent échouer dans son entreprise. On lui trouva cependant de l'intelligence, des entrailles, etle dondes pleurs dans les moments où il en faut répandre. Malgré le tumulte elle ne perdit pas la tête, et dans la sixième scène du quatrième acte où se trouve cette apostrophe à Minos :

Pardonne, un Dieu cruel a perdu ta famille; · Reconnais sa vengeance aux fureurs de sa fille, · elle osa dire :

Reconnais sa vengeance aux fureurs du parterre.

Ce témoignage de sensibilité ( disent les mémoires du temps ), qui aurait pu passer pour une imprudence punisable , était un coup de partie. Il réussit, et de nombreux applaudissements encouragèrent l'actrice et humilièrent ses détracteurs.

« 이전계속 »