페이지 이미지
PDF
ePub

qui les interrompent; c'est un asfés plaisant spectacle de voir ces mangeurs d'Opium,& de Berge appellés encore a Teriakis en leur langue, chanter, rire tout seuls, & faire des conces, dans le commencement de l'operation de ces drogues: au contraire ils sont pâles, jaunes, assoupis, fombres & chagrins ; lors que les vapeurs sont dissipées, alors tout leur

-a Ceux qui prennent du Benge, ou de l'Afioun font condamnés par les Musulmans rigides à Cause qu'ils produisent le même effet que le vin, & parce que la Theriaque prête quelquefois fon nom à ces deux drogues, on donne aussi le nom de Theriaki ou preneurs de Theriaque à ceux qui usent de l'Afioun &c. Ce non signifie aussi un débauché. On raconte qu’un Predicateur declamant un jour contre cet abus s'emporta fi fort, qu’un papier où il tenoit du Benge, dont il usoit lui-même souvent, tomba de Con sein au milieu de son Auditoire; mais que fans perdre contenance & sans sétonner il sécria , le voila cet ennemy, & ce deman duquel je vous parle &c. Prenez gar de qu'il ne se jette sur quelqu'un de vous, & ne le poffede &c Il s'en tira par ce tour d'addrefle ; mais un Poëte qui étoit dans l'Auditoire luy envoya le lendemain une Epigramme en vers Turcs , par laquelle, aprés l'avoir averti qu'il falloit prêcher d'exemple, il luy difost;avant que d'examiner le compte des autres, travaillez à acquirer vos propres dettes.

plaisir ne consiste plus qu'à rêver, à marmorer, & à dire des injures à ceux qui les inquiettent.

Je soutins quelque temps une conversation , qui me donna bien de l'exercice ; & aprés que l'Emir eût cessé de me faire des questions, quelques Princes Arabes de fa famille qui étoient accourus au Camp sur le bruit répandu de l'arrivée d'un Franc, commencerent à leur tour à s'informer de ce qui se passoit en Europe , comme s'ils eussent demandé des nouvelles d'un autre Monde.

Je commençois à m'ennuier, & le Berge que l'Emir m'avoit donné m’incommodoit déja beaucoup, lors qu'heureusement, il luy survint quelque affaire de consequence. Toute la compagnie prit congé, & je me retiray aufli avec Omar Aga vers la même Tente où nous étions descendus, attendant selon la coûtume que l’Emir eût donné ses or- dres pour mon logement , & pour notre subsistance, Il me prit en

même temps une si forte envie de dormir causée par le Berge , que je me couchay sur mes hardes, & me reposay jusqu'à cinq heures du soir, que le même Negre, qui m'avoit servi du Tabac dans la Tente de l’Emir, vint me rendre une visite,& me raconta tout ce que l'Emir avoit dit de moy à la Princesse , & aux femmes qui la servoient : il ajoûta qu'elles vouloient me voir , & que je leur ferois plaisir de me promener devant la grande Tente, aprés le coucher du Soleil, sans pourtant la regarder, car cela ne se pratique pas: je luy promis de le faire, & que je leur donnerois tout le temps qu'elles voudroient pour me bien considerer par toutes les ouvertures de la. Tente.

Dés que cet Esclave s'en fût retourné, un Officier de l’Emir vint me dire que je n'avois qu'à m'en aller à la maison qu'on m'avoit preparée, que tout étoit prêt pour me recevoir; je suivis cet Officier,& il me mena à la Tente du nommé Hassan

le Franc,dont je diray l'Histoire en son lieu ; cette maison n'étoit qu'une Tente assés mediocre, faice d'un tissu de poil de chevre, mais fort propre & fort commode; on y avoit fait apporter de chez l’Emir de grosses nattes de jonc, un petit matelas, un grand carreau de velours cramoily, une couverture de satin incarnat, brodée d'or & d’argent, piquée avec du cotton, & un drap de toile de lin allez fine qui étoit cousu à la couverture ; un autre grand drap de toile de lin raïée de bleu & de blanc qu'ils appellent Fotta, devoit servir de drap de dessous : on étend tout cela sur les nattes lorsqu'on veut se coucher , & le lendemain on le replie, on le roule dans le matelas, & on le range dans un coin de la Tente.

La raison pour la quelle on ne se couche point sur des draps blancs, c'est que les Mahometans ne veulent pas fouler aux pieds la couleur qu'ils portent sur la * tête, comme * Les seuls Musulmans portent un curban de

une marque de leur Religion , & c'est pour cela qu'ils se servent de ces toiles raïées, qui viennent d’Egypte , dont on fait un grand trafic par toute la Turquie.o * Mes gens cependant apporterent mon bagage, & ils s'établirent derriere cette Tente, que mes hardes avoient divisée en deux : les armes , & les harnois de nos chevaux furent pendus à des chevilles, ou quenoüilles qui étoient posées pour cela dans le malt de la Tente; nos chevaux furent attachés par les pieds à des piquets, avec des entraves de corde , & sąns licol.

Je fus d'abord visité par Omar Aga , & par les principaux du Camp de l'Emir, je leur donnay du Café & du Tabac , & aprés la conversation & les complimens ordinaires, chacun se retira ; il étoit déja tard, & je laissai mes gens sous la Tente pour aller me promener devant celle de la Princesse,

couleur blanche ; ce qui les distingue des Chrétiens & des autres peuples de l'Orient.

« 이전계속 »