페이지 이미지
PDF
ePub

information on the subject as compelled him to believe that British officers in eminent stations were implicated in a scheme which had resulted in an infringement of the rights of The United States, and a violation of their law, and asked for some satisfaction for the wrong, he certainly did not expect that the conduct of these officers wouid be justified upon principles which impair the sovereignty of The United States as an independent nation, and by an interpretation of their law which makes it entirely ineffective for the purposes intended.

Some satisfaction for the injury was confidently expected, but nothing that can be regarded in that light has been offered, and this Government is compelled, in vindication of its rights and laws, to take a course which it sincerely hoped Her Majesty's Government would have rendered unnecessary.

Her Majesty's Minister to this Government, Mr. Crampton, has taken a conspicuous part in organizing and executing the scheme of recruiting for the British army within The United States. Were it possible, with due regard to the evidence and disclosures in the case, to assign him a subordinate part in that scheme, even that would not allow the President to change the course which he is obliged, under the circumstances, to pursue towards him. Any participation in the project, as it has been developed, of raising recruits in this country for the British service, was incompatible with his official relations to this Government. His connection with that affair has rendered him an unacceptable representative of Her Britannic Majesty near this Government, and you are directed by the President to ask Her Majesty's Government to recall him.

Mr. Bowcroft, the British Consul at Cincinnati, and Mr. Mathew, the British Consul at Philadelphia, are implicated in the recruiting project, and you are further directed by the President to ask for their removal for that cause.

The persons connected with the British Consulate at New York bare been actively engaged in furthering the recruiting scheme. Mr. Stanley, the Assistant or Clerk of the Consul, has taken a more "pen part than the Consul himself, and is now under an indictment for violating the law against foreign recruiting. The Consul, Mr. Barclay, could not but know of Mr. Stanley's conduct in that matter, but he still retains him in the Consulate. Beside the responsibility that rightfully attaches to Mr. Barclay for the improper conduct of an employe in his office, and under his immediate and daily observation, this Government is satisfied that he has himself not only favoured the recruiting for the British army, but has participated in it. Moreover, the improper conduct of Mr. Barclay in the case of the bark Maury, has justly given offence tothe commercial community in which ho resides, and w ith which hfc has official connection.

For these reasons this Government deem it proper to instruct you to ask the Government of Great Britain to withdraw Mr. Barclay from the post of British Consul at New York.

Tou are directed by the President to read this despatch to the Earl of Clarendon, and, should he desire it, to hand him a copy.

The copies of the original documents to which I have referred are contained in Hertz's trial. I send you herewith an authentic report of that trial, which you will offer to Lord Clarendon as a document connected with this despatch. I also send herewith a copy of the proceedings of the Chamber of Commerce in the city of New Tork relative to Mr. Barclay's conduct in the case of the bark Maury. This also you will present to Lord Clarendon, aa furnishing one ground for the request herein made for the withdrawal of Mr. Barclay. I am, &c. J. Buchanan, Esq." W. L. MAECT.

(Inclosure 1.)—Report of Trial, United States v. Henry Hertz, et alios. [See Page 421.]

(Inclosure 2.)—Report of the Committee of the New York Chamber of Commerce, respecting the Seizure of the barque Maury.

Mr. Crampton to Mr. Marcy. Sib, British Legation, Washington, October 11, 1855.

I Have the honour to call your attention to the inclosed depositions which have to-day been forwarded to me by Mr. Barclay, Her Majesty's ConBul at New York, in regard to a vessel called the Maury, which is now fitting out at that port, and which, it appears, is evidently intended for warlike purposes.

Mr. Barclay further informs me that he has good reasons to believe that this vessel is intended for the service of Russia in the present war, and also that a plan exists for fitting vessels of a similar description in other ports of The United States, with the express design of committing hostilities against Her Majesty's Government, and more particularly of intercepting and capturing the British mailsteamers plying between Liverpool and Boston.

However this may be, the circumstances stated in the inclosed affidavits are of so positive a nature, and bear so suspicious an appearance, that I feel it to be my duty to call the attention of The United States' Government to the matter, with a view to an inquiry into the facts; and if these shall be confirmed, to the adoption of such measures on the part of The United States' authorities as may defeat the hostile intentions which appear to be entertained by the persons engaged in fitting out the vessel or vessels in question.

I avail, &c.

Tlie Hon. W. L Marcy. JOHN F. CEA.MPTON.

CONVENTION entre les Pays-Bas et le Hanovre, concernant VAdmission des Consuls Hanovriens dans les principaux Ports des Colonies Néerlandaises.Signée à la Haye, le 27 Mai, 1856.

[Katifications échangées, le 30 Juillet, 1856.]

Sa Majesté le Roi des Pays-Bas, voulant resserrer les liens d'amitié existant entre le Royaume des Pays-Bas et le Royaume de Hanovre, et assurer aux relations de commerce si heureusement établies entre les deux Etats, le développement le plus ample possible, a, pour atteindre ce but, et pour satisfaire à un désir exprimé par le Gouvernement de Sa Majesté le Roi de Hanovre, consenti à admettre des Consuls Hanovriens dans les principaux ports des colonies Néerlandaises, sous la réserve, toutefois, de faire de cette concession l'objet d'une Convention Spéciale, qui déterminât d'une manière claire et précise les droits, devoirs et immunités de ces Consuls dans les dites colonies.

A cet effet, Sa Majesté le Roi des Pays-Bas a nommé le Sieur P-orent Adrien Baron van Hall, Chevalier Grand Croix, &c., son Ministre d'Etat et des Affaires Etrangères, et le Sieur Pierre Mijer, Commandeur, &c, son Ministre des Colonies;

Et Sa Majesté le Roi de Hanovre le Sieur Charles Louis Bar, Commandeur, &c, son Directeur des Finances;

Lesquels, après s'être communiqué leurs pleins pouvoirs, trouvés « bonne et due forme, sont convenus des Articles suivants:

Akt. I. Des Consuls-Généraux, Consuls, Vice-Consuls et Agents Consulaires Hanovriens seront admis dans tous les ports des possessions d'outre-mer ou colonies des Pays-Bas, qui sont ouverts aux navires de toutes nations.

IL. Les Consuls-Généraux, Consuls, Vice-Consuls et Agents Consulaires Hanovriens sont considérés comme des agents commerciaux, protecteurs du commerce maritime de leurs nationaux, dans les ports de la circonscription de leur arrondissement consulaire.

Ils sont sujets aux lois tant civiles que criminelles du pays où ils résident, sauf les exceptions que la présente Convention établit en leur faveur.

LIL Les Consuls-Généraux, Consuls et Vice-Consuls, avant d'être admis à l'exercice de leurs fonctions et de jouir des immunités qai y sont attachées, doivent produire une commission en due forme au Gouvernement de Sa Majesté le Roi des Pays-Bas.

Après avoir obtenu l'exéquatur, qui sera aussi promptement que possible contresigné par le Gouverneur de la Colonie, les dits fonctionnaires Consulaires de tous grades auront droit à la protection du Gouvernement et à l'assistance des autorités locales pour le libre exercice de leurs fonctions.

Le Gouvernement, en accordant l'exéquatur, se réserve la faculté de le retirer ou faire retirer par le Gouverneur de la Colonie, en indiquant les motifs de cette mesure.

IV. Les Consuls-Généraux, Consuls et Vice-Consuls sont autorisés à placer au-dessus de la porte extérieure de leur maison un tableau aux armes de leur Gouvernement, avec l'inscription: Consulat de Hanovre.

Il est bien entendu que cette marque extérieure ne pourra jamais être considérée comme donnant droit d'asile, ni comme pouvant soustraire la maison et ceux qui l'habitent aux poursuites de la justice territoriale.

V. Il est néanmoins entendu que les archives et documents relatifs aux affaires Consulaires seront protégés contre toute recherche, et qu'aucune autorité ni aucun magistrat ne pourra d'une manière quelconque et sous aucun prétexte les visiter, les saisir ou s'en enquérir.

VI. Les Consuls-Généraux, Consuls, Vice-Consuls et Agents Consulaires ne sont investis d'aucun caractère diplomatique.

Toute demande à adresser au Gouvernement Néerlandais devra avoir lieu par l'entremise de l'Agent Diplomatique résidant à la Haye. A défaut d'un tel Agent et en cas d'urgence, le ConsulGénéral, Consul ou Vice-Consul peut faire lui-même la demande au Gouverneur de la Colonie, en prouvant l'urgence et en exposant les motifs pour lesquels la demande ne pourrait être adressée aux autorités subalternes, ou en démontrant que les demandes, antérieurement adressées à ces autorités, seraient restées sans effet.

VII. Les Consuls-Généraux et les Consuls ont la faculté de nommer des Agents Consulaires dans les ports mentionnés à l'Article I.

Les Agents Consulaires pourront être indistinctement des sujets Néerlandais, des Hanovriens ou des nationaux de tout autre pays, résidant ou pouvant, aux termeB des lois locales, être admis à fixer leur résidence dans le port où l'Agent Consulaire sera nommé. Ces Agents Consulaires, dont la nomination sera soumise à l'approbation du Gouverneur de la Colonie, seront munis d'un brevet délivré par le Consul sous les ordres duquel ils exerceront leurs fonctions.

'Le Gouverneur de la Colonie peut en tout cas retirer aux Agents Consulaires,en communiquant au Consul-Général ou Consul les motifs d'une telle mesure, l'approbation dont il vient d'être parlé.

VIII. Les passeports délivrés ou visés par les fonctionnaires Consulaires de tout grade ne dispensent nullement de se munir de tous les actes requis par les lois locales pour voyager ou s'établir dans le» colonics.

Au Gouverneur de la Colonie est réservé le droit de défendre le séjour dans la colonie ou d'ordonner la sortie de l'individu auquel strait délivré un passeport.

EC Lorsqu'un navire Hanovrien viendra à échouer sur les côtes d'une des colonies Néerlandaises, le Consul-Général, Consul, ViceConsul ou Agent Consulaire, présent sur le lieu même du naufrage on du sauvetage, prendra en l'absence ou du consentement du capitaine toutes les mesures nécessaires et propres à sauver le navire, la cargaison et tout ce qui y appartient.

En l'absence du Consul-Général, Consul, Vice-Consul ou Agent Consulaire, les autorités Néerlandaises du lieu où le navire aura échoué, prendront les mesures prescrites par les lois de la colonie.

X. Les Consuls-Généraux, Consuls, Vice-Consuls et Agents Consulaires peuvent, pour autant que l'extradition de déserteurs de wires Hanovriens, marchands ou de guerre, a été stipulée par Traité, requérir l'assistance des autorités locales pour l'arrestation, 1» détention et l'emprisonnement des déserteurs de ces navires; ils • adresseront à cet effet aux fonctionnaires compétents, et réclameront les dits déserteurs par écrit, en prouvant par les registres du îarire, les rôles d'équipage, ou par tout autre document authentique, que les individus réclamés faisaient partie des équipages. La réclamation étant appuyée de cette manière, l'extradition sera «ecordée.

Les autorités locales seront tenues à exercer toute l'autorité qu'elles possèdent afin que l'arrestation des déserteurs ait lieu. Ces déserteurs arrêtés seront mis à la disposition des dits fonctionnaires Consulaires et pourront être écroués dans les prisons publiques à la réquisition et aux frais de ceux qui les réclament, afin d'être dirigés «or les navires auxquels ils appartiennent, ou sur d'autres navires de a même nation. Mais s'ils ne sont pas renvoyés duns les trois mois i partir du jour de leur arrestation, ils seront mis en liberté et ne pourront plus être arrêtés pour la même cause.

Il est entendu, toutefois, que si le déserteur se trouvait avoir commis quelque crime, délit ou contravention, il pourra être sursis à ■m extradition, jusqu'à ce que le tribunal saisi de l'affaire ait rendu m sentence et que celle-ci ait reçu son exécution.

XI. Lorsqu'un sujet Hanovrien vient à décéder sans laisser d'héritiers connus ou d'exécuteurs testamentaires, les autorités Néerlandaises chargées selon les lois de la colonie do l'administration de la succession, en donneront avis aux fonctionnaires Consulaires, afin de transmettre aux intéressés les informations nécessaires.

XII. Les Consuls-Généraux, Consuls, Vice-Consuls et Agents Consulaires ont, en cette qualité, pour autant que la législation lUnovrienne le permet, le droit d'être nommés arbitres dans les

« 이전계속 »