페이지 이미지
PDF
ePub

nâtietofoler les bonheur

li vivement, qu'il suffisoit de le voir pour l'aimer , & pour aimer. Dieu. Il prenoit en routes choses son parti avec tant de raison, qu'on ne l'a presque jamais vû obligé de changer de dessein : Dans quelque compagnie qu'il se trouvat, toutes les personnes y étoient embrasées du feu de la chat rité. Il avoit le cœur grand & bien fait : les manieres , fans qu'il fe gê. nât, étoient telles qu'il falloit &:. :) pour consoler les malheureux',. & pour augmenter le bonheur de ceux qui étoient.contens. On ne foupçone. noit pas mesme qu'il voulûr gagner quelque chose par artifice, It mangeoit tres-peu , & l'on eut dit qu'il eroig maître de son corps , comme il l'étoit de la volonté. L'estime des hommes ne le touchoit point. Il refufa des Eyeschez ; & pouvant également travailler au salut des Ames dans le Diocese de Toulouse & dans celui de Carcassonne , le Saint.aimoit. mieux le faire dans le dernier , parce quon l'y eftimoit moins que dans le premier.

Aprés la mort du faint Homme, la face des Affaires du Languedoc changea beaucoup. La presence d'un noua.

peau Legat , qui étoit le Cardinal Conrard Evesque de Porto , & le decez des deux plus grands protecteurs qu'eût eu l'herefie des Albigeois, y contribuerent; je parle du vieux Rayniond , ci-devant Comte de Touloufe , & de Raymond Roger Comte de Foix : Les Albigeois par la mort de celui-ci perdoient le bras le plus terri

ble qui eût combattu pour eux ; & Chroni- par la mort du premier ils se voyoient que de privez de la tête qui formoit & qui i Au

"in régloir le plan de leurs entreprises. teur in connu. Le Comte de Foix modrur d'un abcés 122.2. qui l'écouffa , pendant qu'il afliegeoit

Mirepoix, pour en chasser Guy de
Levy.
· Raymond le vieux à l'âge d'envi-
ron soixante-six ans eut une attaque
d'apoplexie , qui lui ôta d'abord la
parole : elle lui laissa quelque con-
noissance ; & Jordan Abbé de S. Ser-

nin étant survenu, le Prince lui tendit Gode P. la main. On prit cet accuëil pour une

marque de la pieté de Raymond , sur tout lors qu'un moment aprés il baila une Croix qu'on lui presenta. Cependant l'Abbé ne trouvant pas en cela de marque suffisante de penitence , il de laista mourir sans absolution. Les Chevaliers de S. Jean, dans les main's de qui demeura le corps, n'oserent lui donner sepulture; aimant mieux öbéïr à l'Eglise , qui défend de rendre de cels devoirs à ceux qui meurent excommuniez, que de faire leur cour aux dépens de leur conscience. Cela alla fi loin, que dans la suite Raymond le jeune s'érant reconcilié avec l'Eglise , ne put jamais obtenir du Pape qu'il permît à ces Chevaliers d'enterrer le corps de son pere, nonobstant une Information favorable que l'Evesque de Lodeve & quelques autres Ecclesiastiques avoient fait sur la déposition de plusieurs Témoins ; on y at:estoit que Raymond le vieux, le jour mesme de sa mort , étoit allé : deux fois faire sa Priere à la porte de l'Eglise de la Daurade , & que s'étant trouvé mal, il avoit envoyé chercher l'Abbé de S. Sernin pour le reconcilier avec l'Eglise; on ajoûtoit qu'il ayoit baisé une Croix, & que quel qu'un ayant voulu la retirer , il avoit serré la main pour la retenir. Rome crut toûjours l’Information peu fidelle ; ou si elle la crur veritable , elle ne jugea pas à propos d'y avoir égard." Le corps de Raymond est demeuré

sans sepulture dans la Sacristie des Chevaliers à Toulouse , où le tems l'a enfin réduit en pouffiere, à la tête prés, qu'on y void encore , & sur, laquelle la Nature avoit formé une Fleur de Lys, Ce Prince pendant la vie avoit eu des millions d'hommes prêts à suivre le mouvement de ses passions , & il n'en eut pas un seul aprés la mort qui voulût trahir fą conscience pour lui rendre les derniers devoirs. '

La mort de Raymond le vieux, & I 2 22.

celle du Comte de Foix ne furent pas les seules pertes que les Albigeois firent. Amaury cessa pour un tems d'êçre malheureux : la démolition qu'il fit de l’Escure, la prise de la Basgide , qui apartenoit à Dieu donné l'Allemant, & l'échec qu'il fit recevoir au jeune Raymond , en le forçant à lever le Siege de Pene d'Age: nois, furent au milieu de la tempête un espece de calme. Le Legat Conrard , l'Evefque de Limoges & quelques autres Prelats en profiterent pour proposer un accommodement

entre les Maisons de Montfort & de · Toulouse, On tint sur ce sujer diver

Res Allemblées, tantôt à S. Flour en

Auvergne, & tantôt à Sens en Bourgogne. Le temperament qui parut de. voir réussir , & sur lequel on insista le plus , fut le Mariage de Raymond, qui étoit veuf, avec la sæur du Comte Ainaury, celle-là mefme que Pierre Roy d'Arragon avoit autrefois desmandée pour Jacques son fils unique,,,

& qui ne l'époula toutesfois pas', à cause de la division qui survint entre Pierre & Simon de Montfort , ainsi : qu'on l'a dit.. - Avec la proposition de ce Mariage on vid rentrer dans le Languedoc une espece de Paix sous le nom de Treve; & l'assurance, & la liberté y furent : goûtées avec d'autant plus d'agré. ment, qu'il y avoit plus long-tems: qu'elles en étoient bännies. Raymond vint à Carcassonne , & il mare. qua une confiance entiere au Comte Ainaury; car il laissa ses Gardes dans : * le Faux-bourg ; & il entra fans suite dans la Ville ; où pour se divertir ilfit courir le bruit qu'il s'étoit indiscrectement jeccé dans le piege , qu'on l'avoit arrêté. Peut-être bien : des gens aprouveroient la conduite -d'Amaury,si par un coup de cette for. teil étoit effectivement redevenu polis

« 이전계속 »