페이지 이미지
PDF
ePub

époula Dame dune fille relle eue por

- l'an 1241. laillant un fils , nommé

Jean ,, qui n'eut qu'une fille : elle pors. ta les biens de la Maison de Montfort dans la Maison de Dreux, en épou. fant Robert IV. dont elle eut entr'autres enfans une fille noinmée Yoland , Dame de Montfort. Yoland': épousa Artus II. Duc de Bretagne, , & de ce Mariage sortit Jean , sur- nommé de Montfort, qui prétendit 'à la Duché de Bretagne contre la niéce Jeanne la Boiteuse , femme de Charles de Blois , & ce fut le fils de ce Jean de Montfort qui gagna la Baa taille d'Auray , par laquelle il deyint Duc de Bretagne,

Le second fils de Simon de Montfort fue Guy Comte de Bigorre. Il ne laissa que des filles , & il mourut," comme on l'a dic , au Siege de Castelnaudary ; qui suivit de prés la mort de fon pere,

Le troisiéme fils de Simon'avoit nôm Robert, & it n'eut «point d'en fans,..

Le quatriéme fut l'heritier du nom, de la bravoure & du bonheur de son pere. Il sortie de France mécontent de la Reine Blanche, qui avoit ems perché son Mariage avec Jeanne

Comtesse de Flandres & de Hainaut; fa retraite en Angleterre lui fat fi heuTeufe , qu'il y merita la Charge de. grand Senéchal d'Angleterre, & que Henry III. lui fit épouser la Prin-ceffe Eleonor sa four. La disgrace où Simon tomba ensuite fervit à le rendre plus grand ; car s'étape mis à la tête des Mécontens, il vainquit: Henry, & le fit prisonnier de Guerre: mais il fut tué avec son fils aîné dans une Bataille donnée le quatriéme d'Aoust 1265. Guy de Montfort fon second fils se retira auprés du Roy de Sicile. Charles Premier & ses descendans ont teny un rang distingué dans le Royaume de Naples, jusqu'à ce que les Princes de la Mais fan d'Arragon , devenant les maîtres du Royaume, les Montforts, qui paffoient pour François , furent obligez de chercher un azyle en France, & leur Famille y a donné de grands. Hommes pendant qu'elle a duré,. c'est à dire, jusqu'au Régne de Loüis XII.

Le seul Montfort qui' resta dùns le Languedoc , fut Guy frere de Simon le grand; ce Seigneur fur tué au Siege de Varilles , proche Pamiers, l'an

[ocr errors]

de ccs Monic heritie

1227. son fils nommé Philipe poffedala Comté de Castres , & fa petite fille qui restoit seule 'heritiere de cette · branche des Montforts porta la Com- . té de Castres dans la Maison des : Comtes de Vendôme. . - J'ai dit que Louis VIII. s'étoit 12 2 6. obligé par ferment de rétablir la Foy. G. de Pg. dans le Languedoc, en signant le Albo Traité qu'il avoit fait avec Amaury Comte de Montfort. Il fut exact observateur de la parole , il marchoit déja le long du Rhône ; & les principaux Officiers de ses Troupes étoient Mathieu de Montmorency, Imbert de Beaujeu , les Comtes de Bretagne, de S. Pol, de Namur & de Champagne , Archambaur de Bourbon, l'Archevesque de Reinis & l'Evefque de Limoges. Outre le plaifir qu'on avoit de combattre sous les auspices d'un Prince belliqueux, & capable d'attirer par la sainteté de fa vie la benediction de Dieu sur fon Armée ; on eut la satisfaction d'aprendre que Raymond , qu'on alloiç atraquer, venoit de perdre ses deux plus grands protecteurs ; car ce fut environ ce tems - là que moururent Bernard Comte de Cominges, dont

les richesses étoient pour Raymond une grande reffource ; & Arnauld Archevesque de Narbonne , dont les conseils valoient, pour ainsi dire, des Armées entierest

Le Roy ne venoit que dans te del = . sein d'assièger Toulouse , & une autré Ville à laquelle on ne pensoit pas; occupa presque toute la Campagne; Je parle de la Ville d'Avignon, qui depuis plusieurs années étoit étroitement unie avec les Albigeois , & qui ofa refuser passage aux-Troupes Françoises , nonobstant teś ôtages qu'elle avoit livrez au Roy pour lui répondre de la Foy.. Une telle infolence irrita Loüis, au point qu'elle devoit. Les François , pour venger le Roy, commencerent le Siege de la Ville ce jour-là même , quiétoit le quatrieme de Juin , le Mercredi d'aprés la Pentecôte. Ils s'engagerent par ferment à le continuer jusqu'à ce que la Ville fût prise , & tous executerent leur 'promesse, excepté le Comte de Champagne ; dont la retraite fut causée ; dit-on, par le desir de revoir la Reine; pour laquelle il avoit un attachement extraordinaire. Quelques Historiens Anglois ajoûtent que le Comte avans

fon départ avoit fait donner au Roy le poison qui lui ôta quelques mois aprés la vie ; car ces Auteurs n'ont pu Mattha croire que la Reine Blanche,eût cant Paris. de merite, & que Loüis fût mort li jeune , sans que quelque grand Prince eûr avancé ses jours, dans l'esperance de plaire lui-meline à la Reine. · Avignon , devant: qui l'Armée. venoit de s'arrêter, est situé auprés du Rhône-& de la Durance : certe Villé avoir de bons foffez., une double muraille , &- autant de Soldats resolus à la bien défendre, qu'il y avoit d'Habitans qui ne pouvoient la laisser prendre sans perdre en même tems ce qu'ils avoient de plus cher. Leurs murailles semblerent long-tems së relever d'elles-mesmes, lors qu'elles étoient abbatuës, tant la vîtesse avec laquelle on réparoit les bréches étoit

surprenante. Le Comte. de S. Pol, · qui marcha le premier des François à l'affaut , fut tué sur la bréche , &: Nicolas ceux qui l'avoient suivi furent renBen

Braye. versez dans les fossez ; pu accablez de pierres , ou couverts de feu.

Mais úne Ville qui n'attend nul secours du dehors ,& qui est pressée. par une grande Armée maîtresse de la

« 이전계속 »