페이지 이미지
PDF

Nam quo quelque loco voluit , quo temporc

plorat;
Ceu lacrymas habeat certâ in fiatione parat as.
Erudienda ùbï funt tua lumina ad omnes
Quos intùs pateris , quos vis ejfingerc motus,
Namque alios dabit ira , alios clementia vifus.
Hosftuport affixofquefolOyimmotofque tenebit:
Dejicitt dolor: al relus recreat a Jecundis
Latitia attollet cœlo , & qubeumque mevebit
Exultans animis : gravis indignatio torvos /
Et conniventes faciet miftratio :Jiccos
Rifus; fi. humentes gemitusfibi triflis habebit.

C'ett en vain qu'un Dodteur qui prêche l'Evan- p, Sanl.

Mêle chrétiennetnentl'agréable à l'utile.
S'il ne joint un beau gefte à l'art de bien par-

ler'

Si dans tout fon dehors il ne fçait fe régler,

Sa voix necharme plus , fa phrafe n'eft plus belle:

Dès l'exorde j'afpire à la gloire éternelle}

Et dormant quelquefois fans interruption v ,

Je reçois en furfaut fa benédiction.

Vous donc qui pour prêcher courez toute la
terre,

Voulez-vous qu'us grand peuple afftége votre
Chaire?

Voulez-vous encherir les chaifes & les bans,

Et jufques au-portail mettre en prefie les gens?

Que votre œil avec vous me convainque 4c me touche;

On doit parler de l'œil autant que de la bouche.

Que la crainte & l'efpoir, que la haine & IV mour

Comme fur un théatre y parlent tour à tour.

[ocr errors]
[graphic]

II eft des damoifeaux dont l'œillade arnot

reufe Accompagne toujours la phrafeprécieufe. Qu'un air pareil jamais n'effemine vos yeux. J'aimerois mieux encor ces prêcheurs furieux, Qui portent vers le Ciel leurs regards effroyables , Apoltrophent les Saints comme on chafle les

diables, Et qui voulant prouver que le Seigneur eft

doux , Gâtent leurs argumens par des yeux en courroux. . Sur-tout gardez-vous bien , mémoires chancelantes , De montrer dans vos yeux deux prunelles roulantes. Quelle pitié de voir l'Orateur entrepris Relire dans la voûte un Sermon mal appris r Vos yeux vous rendent fots de plus d'une manière. Pourquoi, quand vous criez , fermez^vous la

paupière? Tel jadis l'Andabate armé de fon poignard Combattoit à l'aveugle , & vainquoit par ha

zard. Mais vous qui blâmez tant la paupière coufue , Ne m'ouvrez pas des yeux où rien ne fe remue. Quel Acteur êtes-vous ? Lorfque vous me parlez , Votre gofier s'enflamme , & vos yeux fonc

gelés. C'eftainfi qu'autrefois on voyoit les idoles, Sans animer leurs yeux, animer leurs paroles» Mais fi votre œil enfin s'obftine à Ce glacer , Au cercle de Benoît il faudra vous placer.

Jadis nn Charlatan, doéteur en médecine,

Devina (car chez eux vous fçavez qu'on devine)

Que l'œil pouvoir avoir lui feul plus de cenr maux.

Mais moi qui de cet œil dois compter les défauts ,

Sans faire le devin, j'en trouve plus de mille.

Tantôt je ris de voir une paupière agile,

Se mouvoir par article & joindre à chaque infranc

Le jour avec la nuit dans un œil clignotant.

Tantôt d'un cours regle la prunelle agitée,

D'un coin de l'œil à fautre eft fans cefle emportée.

Ainfi du Marché-neuf le Maure ingénieux,

Fait jouerpar minute un reffort dans fes yeux.

L'un pouffant dans les airs. fes regards pleins de zéle,

Jufqu'au haut de fon œil fait enfuir fa prunelle.

L'autre, fansypenfer, nous met dans l'embarras

En voyant du côté qu'il ne regarde pas.

Ici, cet œil qui craint la trop grande lumière,

N'ofe voir qu'a travers des poils de fa paupière.

Là, ce jeune étourdi regarde à tout hazard.

Mais voyons comme l'œil doit jetter fon regard.

Veut-il de latriftefle exprimer les alarmes?

Qu'une foible prunelle y nage dans les larmes.

Veut-il patoître gai ? Que les jeux & les ris

Fanent autour de lui mille agréables plis.

Doit-il être en fureur? Quefes vives prunelles

D'une comète en feu dardent mille étincelles..

Doit-il être percé des traits de la pitiè?

Que la langueur l'abbate & le ferme à moitié.

Dans l'amour, il eft doux; dans la haine,

févere:
Il eft trouble, s'il craint i il eft clair , s'il eC-

pere.
Dans un étonnement il ne peut fe mouvoir.
Dans une rêverie il regarde fans voir.
L'œil fçait toujours du cœur les premières

nouvelles:
G'eft lui qui le premier époufe fes querelles;
Qui fert (es paffions, qui fuit fes interêts;
Qui n'eft point en repos , fi le cœur n'eft en

paix.
L'œil enfin pleure ou rit, quand le cœur le

defîre. Mais que jamais le front n'ofe leur contredire} 11 faut qu'à fa manière il faffe ce qu'ils fonr.

ptlaloucht. Apulé regarde la bouche comme le veftibule de refprit, & le lieu où toutes les penfées s'aflemblent pour fe produire (*). Il faut en laifler agir naturellement les parties, fans les contraindre (b). Les lèvres péchent quand elles font trop fendues, trop avancées, trop ferrées, ou fi ouvertes qu'elles découvrent les dents, ou nonchalamment pendantes comme Ci elles ne daignoient point fe prêter à l'articulation des mots. D'une bouche trop fendue, les mots fe précipitent, & expirent fut les lévres prefqu'en naifTant. La rétrecir avec afrectation & ferrer les dents pour faire mieux Tonner les fyllabes, ou remuer la machoire inférieure comme ce Panarius dont fe moque Antoine, & qui cie. /. *. paroiffoit en parlant croquer des noix, * 0ratce font des vices à éviter. Souvent par trop de précipitation à s'énoncer , on fait des contorfions ridicules (a). Je ris de voir ces Orateurs qui bourfoufflés comme des Maures, ouvrent la bouche comme s'ils vouloient parler à leur oreille; dont les machoires, ièlon Senéque, fe choquent dans la colére, comme deux béliers ( b ); qui font la moue ; qui crachent fans ceflè. In templis exereare aut In Epia. mungere nef as, difoit Arrian. Entre les *4''' lt' louanges données à l'Empereur Confiance on lit celles-ci, Quodnecffuiffe aliquandà Ammian. fit vifus, neque nares in çublico exterfîjfe. j# ""**

( I ) Oris non eft nimiùm mutanda ipecies, ne ad ineptiasaut ad pravitatem aliquam deferamor. Cu, Li.it Otu.

(a) Animi veftibutum,

te orationis janua, & co-
gitationum comirium, ca-
que pars hominis loco cel-
fa , vifu prompta , ufu
foecunda. Apul.Apal, i.

>

Je ne défendrai point de bailler en public, de ne point biffer couler fa fàlive fur les habits, & de cracher devant foi; il fuffit d'avoir un peu fréquenté le monde poli pour éviter ces défauts. Je ne crois pas non plus qu'il convienne au Prédicateur de boire, quand il eft en Chaire.

[ocr errors][merged small]
« 이전계속 »