페이지 이미지
PDF
ePub

Chronologistes. Je sçai que les Sçavans s'entendent à demi mor, & que des consequences ils remontent facilement aux principes. Toutefois dans un ouvrage Systématique, dont toute l'économie dépend du choix des faits , il peut arriver qu'on ne se rencontre pas fi juste avec l'Auteur , qui peut avoir d'ailleurs sa maniere particuliere de les envisager, de les exposer, & de les comparer. Ainsi tout reclame pour la neceflité de ne prononcer qu'avec une connoissance exacte sur les raifons qui ont pû entraîner un grand génie, à. hazarder de nouvelles conjectures sur la Science des Tems. Une Analyse nue & abregée peut dérober à une vûe fine & perçante,la maniere de proceder qui paroît simple & facile , parce que la route nouvelle où un esprit du premier ordre marche seul & sans compagnie , est presque alors imperceptible ; il ne laifle que des traces légéres qui peuvent échaper aux plus fins Observateurs. Ce qui

me donne lieu de penser ainsi , est qu'un Le Pere sçavant Adversaire de M. Nevyton , & fi fuite. Ce capable de le pénétrer , avoue qu'il a été

obligé de percer les voiles , dont se couvre l'Ecrivain Anglois ; & d'intercepter sa pensée. C'est à l'impatience d'arracher à M. Nevyton , de

fuite.

plus grands éclaircissemens, que j'attribue le reproche hardi que lui fait le même Auteur, de vouloir renouveller avec quelque nouveau Leibnitz, une scene pareille à celle qu'ils ont donnée au sujet de la methode des infiniment petits. Il est trop équitable pour faire un crime à M. Nevyton , d'avoir voulu se venger par une mystérieuse reticence, de l'impreslion prématurée d'un écrit qu'il n'avoit pas dessein de publier.

Tout le monde sçait comment cet abregé Chronologique a été rendu public. On noublia rien pour obtenir de M. Nevyton la permission de l'imprimer ; on lui écrivit plulieurs fois à ce sujet , le célébre Anglois répondit enfin qu'il avoit autrefois communiqué à un ami un Index Chronologique qui devoit demeurer secret , & que ne sçachant point si ce manuscrit étoit son ouvrage , il ne vouloit point se mêler de celui qui avoit été donné sous son nom, ni donner aucun consentement à l'impression. Une réponse si précise n'empêcha point le Libraire de publier la Traduction de cet écrit , & d'ajoûter des Observations, composées par un membre illustre de l'Académie des belles Lettres & des Inscriptions.

M. Nevyton fut piqué de ce procedé, il ne pût voir sans chagrin qu'on voulut étouffer presque avant sa naissance, cet enfant de Ion loisir ; la tendresse 'paternelle se reveilla, il répondit aux Observations d'une maniere vive; l'on ne sent point dans cette réponse, ce flegme Stoïque qui sied si bien à un Philosophe. J'écarte tout ce qu'il y a de personnel dans cette dispute , pour ne m'attacher qu'à ce qui regarde le fond du procès. M. Nevvton se plaint que l'Observateur n'a pas bien pris ses idées sur les deux points principaux de sa Chronologie , qui regardent l’Epoque des Argonautes & l'évalution des Générations : ,, il s'imagine , dit M. Nevyton, „ que je place l’Equinoxe du Printems , tel „ qu'il étoit au tems de l’Expedition des Ar„gonautes , à la distance de quinze degrés „ de la premiere Etoile du Belier : Mais, ajoû„, te-t-il, je ne le place point où il dit : je le „place dans le milieu de la Constellation, & „ ce milieu n'est pas éloigné de quinze de„grés de la premiere Etoile du Belier. “ Il faut avouer qu'il y a dans cette réponse une affectation d'obscurité qui ne pouvoit fervir qu'à éxercer la sagacité de son adversaire. „A.

l'égard des Générations , poursuit M. , Nevyton, il dit que je les estime l'une por„ tant l'autre , sur le pied de dix-huit ou vingt „ années , ce qui est une autre méprise. Je „m'accorde avec les Anciens à compter trois „ Générations pour environ cent ans. “ Il prétend que l'Observateur a attribué aux Générations, ce qu'il n'a dit que de la durée des regnes des Rois.

Il y a encore quelques points, où il trouve l'Observateur en défaut. Ñ. Nevyton parlant de l'expulsion des Rois Pasteurs d'Egypte par les Thebains , remarque que ceux-ci établirent le culte de leurs Rois & de leurs Princes ; l'Observateur transportant ce trait à la premiere antiquité de l'Idolatrie Egpytienne , fait dire au Philofophe Anglois , qu'alors les Egyptiens avoient commencé à former leur Religion ; ce que M. Nevyton n'a jamais avancé. Il reproche encore à son Adversaire d'avoir confondu le Cycle Caniculaire des Egyptiens , avec l'année Egyptienne des trois cens soixante & cinq jours. Voilà ce que M. Nevyton a trouvé de repréhensible dans les Observations, qui sont d'ailleurs écrites avec beaucoup de précision & de justesse & soutenues d'une grande Erudition. L'Auteur montre une yalte connoissance de l'ancienne

Souciet Jesuite.

Astronomie. Son habileté & son sçavoir promettent au Public des Observations neuves & interessantes sur l'ouyrage entier. Je voudrois que M. Nevyton en eût usé plus poliment envers un Auteur qui paroît penetré de sentimens d'estime pour la personne &

pour ses écrits, Le Pere Peu de tems après s'éleva contre Monsieur

Nevyton un nouvel Adversaire qui joint
une profonde Erudition , à une grande po-
litesle. Zelateur éclairé de l'antiquité des tems,
il a attaqué M. Nevyton avec les armes les
plus terribles ; Astronomie ancienne & Mo-
derne, raisonnemens Philosophiques , re-
cherches Historiques, monumens sûrs & dé- :
cisifs , refutation étendue de la réponse aux
Observations , tout a été mis en oeuvre pour
porter des coups mortels au nouveau Systêr
me Chronologique. Il faut l'avouer, M.
Nevyton ne pouvoit jamais avoir d'Adversai-
re plus redoutable ; le sçavant Jefuite a le ta-
lent d'assaisonner de traits ingenieux les ma-
tieres les plus abstraites, & de jetter dans ses
raisonnemens une force & une énergie qui
saisissent un Lecteur attentif.

C'est dans le second Tome dur ecueil de ses
Dissertations, que se trouye la refutation du

« 이전계속 »