페이지 이미지
PDF
[ocr errors]
[ocr errors]

Rubruquis. Carpin.

Marco Polo.

Genghizca» étoit

Deiste.

a Q toique cette Loy ait été long-tems observée dans sa pureté par les Tartares, & qu'elle le soit encore par beaucoup d'entre-eux, neanmoins la superstition a peu à peu introduit l'Idolâtrie dans leur Religion ; sans que les superstitieux crussentaller contre l'esprit du Legislateur, Cette Loy apprit à ceux des Tartares qui n'étoient ni Chrétiens ni Mahometans à distinguer un Dieu céleste d'un Dieu terrestre. Ils ont toujours adoré le premier ; Et le second n'a pas laisse de trouver place dans leurs maisons sous la forme d'une Idole , d'une Statuë couverte de feutre, & sous le nom de Natigay. Ils l'accompagnoient d'autres Statuës, qu'ils disoient être celles de sa femme & de ses enfans, Et ils s'adressoient à ces statuës pour leurs necessitez domestiques,

[ocr errors]
[ocr errors]

les Chefs des Sectes, les Religieux, les A. M. le Devots, les Crieurs des Mosquées, & Leopard. ceux qui lavoient les morts seroient exemts des charges publiques, aussi-bien que les Medecins. - I I I. Il défendit sous peine de la vie qu'aucun Prince ou autre homme quel qu'il fût, entreprît de se faire proclamer Grand Can ou Émpereur, sans avoir au- • paravant été élû par les Princes, Cans, Emirs, & par les autres Seigneurs Mogols assemblez legitimement dans une Diete generale. - . IV. Les Chefs des Nations furent privés par une Loy particuliere des Titres d'honneur qu'ils affectoient d'avoir à l'imitation des Mahometans. Il défendit de les donner à l'Empereur qui lui succederoit, voulant seulement qu'on le nommât Caan avec deux A. Il pria même qu'à l'avenir, on le traitât simplement de Can.

Ce qui se pratiqua depuis quand on lui

a Dicono asservi il Dio alto sublime & celeste Marco al qual ogni giorno còl turribulo, & in censo Polo. non domandon altro se non buon intelletto & sunita. Ne hanno poi un altro che chiamano Natigay ché à modo di una statua coperta de faltre,

[graphic]
[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

Fadlallah.

a Comme on donne en Europe le simple titre de Roy Et non comme font les Turcs qui ne arlent & n'écrivent point de leur Souverain , ans joindre à son nom quelque titre glorieux ;

· comme celui d'heureux, de puissant, d'invinci

ble, de distributeur des Couronnes , &c.
b En effet ils montroient à leurs Chefs jus-
ques au fil & à l'aiguille, & ils étoient obligés
par la méme Loy de rapporter leurs armes dans
les magazins du Prince dés que la guerre étoit
finie ; ils les reprenoient pour la chasse qu'on
faisoit en hyver, quand il ne se présentoit point
d'autre occasion de s'en servir,

[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

XI I. L'Ordonnance de manger Ie
sang & les entrailles des animaux fut mise
au non bre des Loix. Il étoit auparavant
défendu aux Mogols d'en manger , mais
revenant un jour d'une expédition, les
Soldats manquant de vivre, & presque
réduits à l'extrémité , rencontrerent une
grande quantité d'entrailles de bêtes d'u-
ne chasse generale que d'autres †
avoient faite. La faimMes contrignit d'en
manger. Le Can même en mangea. De-
puis ce tems-là ce Prince ayant jugé que
ces alimens défendus pourroient encore
devenir utiles à ses troupes dans d'autres
occasions, non seulement en permit l'usa-
ge, mais même le consacra.
XI I I. Les Immunitez & les privile-
ges des Tercans furent reglez comme on
l'a déja dit.
XI V. Pour bannir l'oisiveté de ses .
Etats, il imposa à tous ses Sujets la ne-
cessité de servir le public en quelque cho-
se. Ceux qui n'alloient point à la guerre
étoient obligés dans certains tems de tra-
vailler à des ouvrages publics gratuite-
ment, & ils employoient un jour de la se-
maine au service particulier du Prince.
XV. La Loy contre les vols portoit
que ceux qui en commettroient de cons-
derables, comme de dérober un cheval,

[ocr errors][graphic]
« 이전계속 »