페이지 이미지
PDF
ePub

humilie l'esprit , & le détache peu à peu du monde. Il fait dans le cour une espèce de solitude qui ressemble à celle que vous souhaitez. Il suplera à tout ce qui vous manque

dans l'embarras où vous vous trouvez. Pourvû que vous ne parliez point inutile. ment, vous aurez bien des momens libres au milieu même des compagnies qui vous tiennent malgré vous.

Vous voudrez de la liberté pour prier Dieu ; & Dieu qui fait mieux ce qu'il vous faut que vous-même, vous don, ,ne de l'embarras & de la sujetion pour vous mortifier. La mortification qui vient de l'ordre de Dieu , vous ser ra plus utile que la douceur de la prier re qui seroit de votre choix & de votre goût.

Vous sçavez bien qu'il ne faut point tant de retraite pour aimer Dieu. Quand il vous donnera du tems , il faudra le prendre, & en profiter. Julques-là deineurez en état de foi, bien persuadé que ce qu'il vous donne, el le meilleur.

Elevez souvent votre cæur.vers lui; sans laisser rien voir au dehors. Ne parlez que pour le besoin. Soufrez patien ment ce qui vous vient de travers. Puig

que vous sçavez la Religion , Dieu vous traite selon votre befoin , & vous avez plus besoin d'être mortifié que de recevoir des lumieres. L'unique chose que je crains pour vous en cet état , est la dissipation ; mais vous pouvez l'éviter par

le filence. Si vous êtes fidele à vous taire , quand il n'est pas nécessaire de parler , Dieu vous fera la grace de ne vous point diffiper en parlant pour les yrais besoins.

Quand vous ne serez pas libre de vous réserver de grands tems , ne négligez point d'en ménager de courts. Un demi-quart-d'heure pris avec ce ménagement, & cette fidélité sur vos einbarras , vous vaudra devant Dieu des heures entieres, que vous lui donneriez dans des tems plus libres. De plus, divers petits tems ramassés dans la journée ne laisseront pas de faire tous ensemble quelque chose de considérable. Peut-être même en tirerez-vous cet ae vantage , de vous rapeller plus fré quenment à Dieu, que si vous ne lui donniez qu'un certain tems réglé. Aimer, se taire, foufrir , agir contre son goût pour accomplir la volonté de Dieu; s'accommodant à celle du prochain; xoilà votre partage. Trop heureux de

porter
la Croix

que

Dieu vous donne de ses propres mains dans le cours de fa providence.

Les pénitences que nous choisissons, ou que nous acceptons quand on nous. les impose, ne font point mourir notre amour propre, comme celles que Dieu nous diftribuë chaque jour. Celles-ci n'ont rien où notre volonté

propre puisse s'apuïer ; & comme elles viennent immédiatement d'une providence miséricordieuse , elles portent avec elles une grace proportionnée à tous nos besoins. Il n'y a donc qu'à fe livrer à Dieu chaque jour fans regarder plus loin. Il nous porte entre: fes bras, comme une mere tendre

por te son enfant. Croïons, espérons, aimons avec toute la simplicité des enfans. Dans tous nos besoins tournons nos regards tendres & pleins de confiance vers le Pere céleste. Voici ce qu'il dit dans ses Ecritures, quand mê- Isaïe. Yz12 me une mere oublieroit son propre fils , le fruit de ses entrailles , pour moi je ne vous publierai jamais..

[ocr errors]
[ocr errors]

636363636363636363646

DU MENAGEMENT

du tems.

JI E crois que vous avez deux choses faire ; l'une

quant à & l'autre sur vous-même. La premiere qui regarde vos affaires, consiste dans le soin que vous voudrez prendre de dérober au monde un peu de tems pour vos lectures , & pour vos prieres. Il me semble que je vois tous vos embarras', tant je me les représente fortement; mais après tout, il faut

que

les affaires viennent chacune à leur rang, & que celle du salut soit comptée pour la premiere. Que diriez-vous d'une perfonne qui ne trouveroit point de tems pour manger , & pour dormir ? Le tems emploié pour les nécessités de la vie, lui diriez-vous, est le tem le mieux emploïé pour vos affaires mêmes. Si votre fanté succombe, comment agirez-vous? A quoi servira votre travail, si la vie vous manque pour en cueillir le fruit

Je vous dis de même. Si vous laissez votre ame s'épuiser , & tomber en défaillance faute de nourriture , à quoi aboutiront non seulement les convers

sations ; mais encore les affaires qui paroissent les plus solides, les plus indispensables & les plus pressées ? Mar- Luc X.41.41, the , Marthe , pourquoi vous troublezvous , e vous empréssez-vous ? Marie, que vous voïez recueillie, & immobile, a choisi la meilleure part qui ne lui fera jamais ôtée.

Je ne vous dis pas tout ceci pour vous jetter dans les fcrupules sur les ocupations nécessaires ; mais soïez persuadé qu'ils n'iront jamais jusqu'à ne vous laisser point le tems de manger le pain quotidien pour votre nourriture. Car Dieu est trop bon, & vous a trop

fait sentir fa miséricorde , pour vous ôter les moïens de le prier , & de vous soutenir dans les sentimens qu'il vous inspire. Songez donc à sauver les matins & les soirs

quelques heures, en faisant semblant de vous éveiller plus tard, & le soir d'avoir quelques lettres à écrire ; ainsi on se débarafle, & les affaires véritables n'en vont pas plus mal.

Il faut aussi mettre à profit tous les momens : quand on attend quelqu'un, quand on va d'un lieu à un autre , quand on eft avec des gens qui parlent volonpiers, & qu'on n'a qu'à les laisler parler ,

« 이전계속 »