페이지 이미지
PDF
ePub

vanités ; parce que

trer infiniment aimable , mais il se fait aimer en produisant par sa grace fon amour dans nos cæurs : ainsi il éxécute lui-même en nous ce qu'il nous fait voir que nous lui devons.

Vous direz peut-être que vous vous driez sçavoir d'une maniere plus fenfible , & plus en détail', ce que c'est que se renoncer : je vais tâcher de vous fatisfaire.

On comprend aisément que nous devons renoncer aux plaisirs criminels, aux fortunes injustes ; & aux grossieres

le renoncement à toutes ces choses consiste absolument dans un mépris qui les rejette , & qui en condamne toute joüillance : mais il n'est pas aussi facile de comprendre le renoncement aux biens légitimement aquis , aux douceurs d'une vie honnête & modeste; enfin aux honneurs qui viennent de la bonne réputation, & d'une vertu qui s'éleve audessus de l'envie.

Ce qui fait qu'on a peine à comprendre qu'il faille renoncer à ces choses, c'est qu'on ne doit pas les rejetter avec horreur , & qu'au contraire il faut les conserver pour en ufer selon l'état où la divine providence nous met.

ES

ceur.

On a besoin des consolations d'une vie douce & paisible, pour se soulager

dans les embarras de la condition. Il faut pour les honneurs avoir égard aux bienséances. Il faut conserver

pour fes besoins le bien qu'on posséde. Comment donc renoncer à toutes ces choses , pendant qu'on est ocupé du soin de les conserver ? C'est qu'il faut sans passion faire moderément ce que l'on peut pour conserver ces choses, afin d'en faire un usage fobre, & non pas en vouloir jouir , & y mettre son

Je dis un usage fobre , parce que quand on ne s'attache point à une chose avec passion pour en joüir, & pour y chercher son bonheur , on n'en prend que ce qu'on ne peut s'empêcher de prendre; comme vous voïez qu'un sage & fidele econome s'étudie à ne prendre sur le bien de son Maître que ce qui lui eft précisément nécessaire pour ses véritables besoins.

Ainsi, la maniere de renoncer aux mauvaises choses est d'en rejetter l'u[age avec horreur ; & la maniere de renoncer aux bonnes , est de n'en user jamais qu'avec modération pour la nécellité , en s'étudiant à retrancher tous

ER XIV. 33.

les besoins imaginaires, dont la nature avide se veut flater.

Remarquez qu'il faut non seulement renoncer aux choses mauvaises , mais encore aux bonnes, car JESUS-CHRIST a' dit sans restriction ; Quicongue ne renonce pas

à tout ce qu'il pofféde, ne peut érre mon Disciple.

Il faut donc que tout Chrétien renonce à tout ce qu'il posséde, même aux choses les plus innocentes , puifqu'elles cesseroient de l'être , s'il n'y renonçoit pas

Il faut qu'il renonce même aux chofes qu'il est obligé de conserver avec un grand soin , comme le bien de la famille, ou comme la propre réputation : puisqu'il ne doit tenir de caur à aucune de toutes ces choses , il ne doit les conserver que pour un usage fobre & modéré ; enfin il doit être prêt à tout perdre, toutes les fois que la providence voudra l'en' priver,

Il doit même renoncer aux personnes qu'il aime le plus, & qu'il est obligé d'aimer ; & voici en quoi consiste ce renoncement, c'est de ne les aimer: que pour Dieu , d’user fobrement & pour le besoin de la consolation de leur amitié, d'être prêt de les perdre

[ocr errors]

quand Dieu le voudra , & de vouloir
jamais chercher en eux le vrai repos
de son cæur. Voilà.cette chasteté de la
vraïe amitié chrétienne qui ne cherche
que l'Epoux sacré dans l'ami mortel,
& terrestre. En cet état on use de la
créature & du monde, comme n'en - I. Cor. VIL
sant point , suivant l'expression de saint 3*,
Paul. On ne veut point jouir , on use
seulement de ce que Dieu donne , &
qu'il veut qu'on aime ; mais on en use
avec la rerenuë d'un cæur , qui n'en
use que pour la nécessité , & qui se ré-
serve pour un plus digne objet

.
C'est en ce sens que J ES U s-
CHRI'S T veut qu'on laisse , pere , me-
re, freres, fæurs , & amis , & qu'il
est venu aporter le glaive au milieu des
familles.

Dieu eft jaloux ; fi vous tenez par
le fond du ceur à quelque créature,
votre cæur 'n'est plus digne de lui;
il le rejette comme une épouse qui se
partage entre l'époux & l'étranger.

Après avoir renoncé à tout ce qui eft autour de nous ,

& qui n'est pas nous-mêmes , il faut enfin venir au dernier sacrifice, qui est celui de tout ce qui eft en nous , & nous-mêmes.

Les personnes foibles ne connoillent

[ocr errors]

rien qui soit plus elles-mêmes , pour ainsi dire , que leur corps qu'elles Aatent , & qu'elles ornent avec tant de foin. Souvent même ces personnes désabusées des graces du corps, conservent un amour pour la vie corporelle qui va jusqu'à une honteuse lâcheté, & qui les fait frémir au seul nom de la

mort.

Je crois que votre courage naturel vous éleve assez au-dessus de ces crain. tes. Il me semble que je vous entend dire , je ne veux ni flater mon corps, ni hésiter à consentir à sa destruction, quand Dieu voudra le fraper & le mettre en poudre.

Mais quoiqu'on renonce ainsi à son corps, il reste de grands obstacles

pour renoncer à son esprit. Plus on méprise ce corps de bouc par un courage naturel , plus on eft tenté d'estimer ce qu'on porte au-dedans de soi, qui va jusqu'à mépriser le corps.

On est pour son esprit , pour sa fagesse & pour sa vertu , jeune femme mondaine, eft

pour

fa beauté. On s'y complaît; on se sçait bon gré d'être sage, modéré, préservé de l’yvresse des autres ; & par-là on s'enya vre du plaisir même de ne pas paroître

comme une

« 이전계속 »