페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][merged small]

N

E craignez rien, vous feriez une

grande injure à Dieu, si vous vous défiez de fa bonté. Il sçait bien mieux ce que vous pouvez , & ce que vous êtes capable de porter que vous-même. Encore un coup, ne craignez rien ame de peu de foi. Vous voïez tous les jours par l'expérience de votre foiblesse, combien vous devez être désabusée de vous-même, & de vos meilleures résolutions. A voir les sentimens où l'on est quelquefois, on croiroit que rien ne seroit capable de nous ébranler ; & après avoir dit avec saint Pierre : Quand Marc, XIV. même il me faudroit mourir cette nuit avec vous , je ne vous abandonnerai point. On fait comme lui.On a peur d'une servante,

& on renie lâchement le Sau

3.

yeur,

autant

O qu'on est foible ! Mais autant que notre misere est déplorable , l'expérience nous en est utile , pour nous ôter tout apui & ressource au-de. dans de nous. Une misere que nous fentons qui nous humilie, nous vaut bien

mieux qu'une vertu angélique que nous nous aproprions avec complaisance. Soïez donc foible & découragé, si Dieu le permet , mais humble, ingenu & docile dans le découragement. Consultez Dieu le premier sur votre état , il le connoît mieux que vous. Souvenezvous de ce que je vous dis, vous rirez un jour des fraïeurs que votre fagesse vous donne maintenant ; & vous remercierez Dieu de tout ce que je vous ai dit , pour vous faire renoncer à votre sagesse timide.

Vous ne devez point vous embarasser de vos défauts, pourvû que vous ne les aimiez pas, & qu'il n'y en ait aucun que vous aïez un secret désir d'épargner. Il n'y a que les réserves qui arrèrent la grace ,

& qui font languir une ame fans avancer jamais vers Dieu. Si vous abandonnez toutes vos imperfections à l'esprit de Dieu , il les dévorera comme le feu dévore la paille ; mais avant que de vous en délivrer, il s'en servira pour vous délivrer de vous-même ; il les emploïera à vous humilier, à vous confondre, à vous crucifier, à vous arracher toute reffource & toute confiance en vous-même. Il 1. brûlera les verges après vous en avoir

ciroit le coup;

des choses que

frapé, pour vous faire mourir à l'amour propre. Courage , aimez , soufrez, løiez souple & constant sous la main de Dieu.

Nos prévorances trop inquiétes filr l'avenir, ne fervent de rien. Ce n'est pas toujours par les endroits prévûs que Dieu nous prend ; la prévoiance adou

coup ; c'est par nous n'aurions jamais cruës , & que nous aurions souvent compté pour rien. Souvent celles dont nous nous faisons des fantômes, s'évanouissent ; ainfi ces prévoiances ne sont bonnes qu'à nous inquiéter.

Obéïssez chaque jour. L'obéissance de chaque jour est le véritable pain quotidien. Nous sommes nourris comme JESUS-CHRIST, de la volonté de son Pere, que la Providence nous aporte dans le moment présent. Ce pain céleste est comme la manne ; on ne pouvoit en faire provision. L'homme inquiet; & défiant qui en prenoit pour le lendemain, la voioit ausi-tôt le corrompre. Ploiez-vous à tout ce qu'on veut. Soïez souple & pecit sans raisonner, sans vous écouter vous - même; prêt à tout , & ne tenant à rien ; haut & bas, aimé, haï, loüé, contredit,

emploïé, inutile , aïant la confiano e, l'envie ou le soupçon des gens avec qui vous vivez. Pourvû que vous n'aiez ni hauteur , ni sagesse propre sur aucunes choses, tout ira bien. En voilà beaucoup, mais ce n'est pas trop. Soïez en silence le plus que vous pourrez. Nourrissez votre cæur , & faites jellner votre esprit.

Je vous souhaite tous les biens que vous devez chercher dans la retraite; le principal est la paix dans une conduite simple , où on ne regarde jamais l'avenir avec trop d'inquiétude. L'avenir est à Dieu, & point à vous. Dieu l'assaifonnera comme il faut , selon vos befoins : mais si vous voulez pénétrer cet avenir par votre propre sagesse, vous ne tirerez aucun fruit que l'inquiétude, & la prévoïance de certains maux inévitables. Songez seulement à profiter de chaque jour ; chaque jour a son bien & lon mal, en sorte même que le mal devient souvent un bien , pourvû qu'on laisse faire Dieu, & qu'on ne le prévienne jamais par impatience.

Dieu vous donnera alors tout le tems qu'il faudra pour aller à lui. Il ne vous donnera peut-être pas tout celui que vous voudriez pour vous ocuper selon

votre

votre goût, & pour vivre à vous-meme sous prétexte de perfection; mais vous ne manquerez ni de tems, ni d'ocasion de renoncer à vous-même , & à yos inclinations. Tout autre tems audelà de celui - là , est perdu , quelque bien emploïé qu'il paroisse. Soïez même perfuadé, que vous trouverez sur toutes ces choses, des facilités convenables à vos vrais besoins : car autant que Dieu déconcertera vos inclinations , autant foutiendra-t-il votre foiblesse. Ne craignez rien, & laissez-le faire. Evitez seulement par une ocupation douce , tranquille , & réglée, la tristesse & l'ennui, qui sont la plus dangereuse tentation pour votre naturel. Vous serez toujours libre en Dieu, pourvû que vous ne vous iinaginiez point d'avoir perdu votre liberté.

DE LA

PRE'S E N C E de Dieu.

E principal ressort

pour

dans cette parole que Dieu dit autrefois à Abraham : Marchez en ma présence , & vous Genel. XVI, Jerez parfait.

S

« 이전계속 »