페이지 이미지
PDF
ePub

tirer de ces visites de Jesus - CHRIST tout le fruit

que nous en pourrions recueillir ; parce que notre cæur n'étant pas assez libre, nos attachemens suspendent les éférs de ce pain divin qui nous nourris; & comme le commerce des créatures entretient en nous ces malheureuses liaisons, la retraite nous est d'un merveilleux secours pour nous dé fendre de ce poison mortel ; & c'est peut-être pour nous en convaincre que Dieu tient fi caché dans le secret de la présence le plus grand nombre de ses Saints. Aprenons d'eux à ne chercher que Dieu seul pour témoin de tout ce que nous faisons pour son amour,

Dieu est seul par l'heureuse indépendance, où le met la plénitude de tous ses dons, biens qu'il trouve en lui-même. Il est seul, parce qu'il n'a besoin de personne , & qu'il trouve dans lui-même, & dans son sein une compagnie seule digne de lui. Il est seul, parce que rien ne mérite de l'occuper. Il est seul, parce que lors même qu'il semble fortir de lui-même pour lier quelque commerce avec ses créatures, il n'a de raport proprement qu'à lui-même. Il ne voit rien que la vérité ; il n'aime çien qui ne soir laint. Ses ouvrages sont même bien plus

[ocr errors]

nobles dans son sein , qu'ils ne le font en eux-mêmes; flétris, pour ainsi dire, quand ils changent de terroir , & qu'ils sont transplantés.

Les ames par l'amour de la retraite honorent cette admirable folitude de Dieu ; & par le mépris des créatures qu'elles abandonnent , elles tâchent do fe former sur cette noble indépendance du Créateur ; &

par

le renoncement qu'elles font au commerce des autres, elles se difpofent à n'en avoir qu'avec Dieu seul. Enfin dans l'obscurité de leur retraite , elles rétracent ce silence

profond , qui n'est interrompụ que par cette unique parole qui produit ce Verbe divin. Aspirons à être du nombre de ces heureuses victimes de la solitude: & nous aprendrons à fuïr l'entretien des hommes, qui nous dérobert toujours quelque chose, lors même qu'ils nous instruisent.

Dieu est infiniment pur , parce qu'il ne pense qu'à lui, qu'il n'aime que luimême , qu'il ne se repose qu'en lui-même. Voilà ce que c'est que la pureté de Dieu. Voilà ce qui fait le caractere des ames qui lui font consacrées. Voilà ce qui doit être le but de tous nos désirs. Ne penser qu'à Dieu.N'aimer

que

Dieu.

Ne se reposer qu'en Dieu. L'esprit se foüille , quand il pense à des objets étrangers qui n'y ont point de part; le cæur est impur , quand il aime quelque chose avec Dieu, qu'il n'aime pas pour Dieu ; tant l'homme est criminel, quand il se repose dans ce qui n'est

pas

son Dieu ! Je sçai bien que cette vie si élévée au-dessus des sens coûte beaucoup; mais je parle à une ame qui sçait ce que vaut un Dieu , qui veut lui plaire, & tout sacrifier à son amour. Aspirez à cet heureux état. Votre ceur est trop grand pour se reposer sur les vains plaisirs du inonde. Ces amusemens sont indignes d'un cæur formé pour posséder Dieu même. Enfin souvenez-vous de ce beau mot d'un faint Apôtre : Si je cherche à plaire aux hommes , je cefferai de plaire à mon JESUS.

[ocr errors][ocr errors][merged small]

Sur la Priere , et sur l’Oraison mentale.
Ous sçavez que

c'est
par

la priere V

que nous lions un saint commerce avec Dieu , que nous le vožons famni.

[ocr errors][ocr errors]

lierement, que nous lui parlons cœur à
cæur , que nous entrons dans l'intelli-
gence de ses Mysteres , que nous adou-
cissons les peines de notre éxil , que
nous surmontons les mauvais desseins
de nos ennemis, que nous aprenons
à nous connoître ; qu'enfin la priere
est un remede à tous nos maux , &
une ressource assurée à tous nos dan-
gers , qui a même la vertu de nous ren-
dre tout utile au salut. Vous sçavez bien
que l'occupation des Saints étant une
priere continuelle que rien ne pourra
jamais interrompre , ce seroit marquer
peu d'empressement pour le Ciel , qui
est le séjour bienheureux de ces ames
dévoüées à la priere, que de n'avoir
ici
pour
elle
que

du froid & de la négligence. Vous sçavez bien que la priere a tant de

raport

à tous vos besoins, que sans elle vous n'y pouvez satisfaire, non plus qu'à vos devoirs les plus essentiels. Tantôt vous êtes empli des consolations qui vous rendent aimable le joug de JESUS-CHRIST, quoiqu'il paroisse toujours très-dur á la nature , & quelquefois incommode à une raison peu éclairée. Tantôt vous sentez vos besoins & le poids de vos miseres qui vous accable & vous abar.

par elle

que vous louez

Tantôt vous voiez clairement vos foi-
blefles & la force de vos ennemis.
Toutes ces dispositions si différentes
iroient également à votre pertę, si la
priere ne venoit au-devant de vos in-
dispositions pour arrêter tous ces mau-
vais succès. C'est
votre consolateur , quand vous don-
nez à ses miséricordes le juste tribut
de vos louanges. C'est par elle que
vous gémislez, quand vous devez vos
larmes aux plaïes de votre cæur , aux
égaremens de votre vie, & au froid
de votre amour. C'est

par
elle

que vous demandez tout ce qui vous manque, ou pour vous défendre contre vos ennemis, ou pour couvrir la nudité de votre ame, ou pour soutenir la fidélité de vos engagemens. C'est elle qui se présente à vous de toutes parts ; afin que n'étant jamais sans elle, vous ne soïez jamais sans graces.La priere est un pain qui vous nourrira, ou plutôt une manne délicieuse qui se trouve tous les jours dans votre désert , qui par son goût nous adoucir toutes les amertumes de cette vie.

Il y a des manieres de prier fort différentes, qui sont pourtant toutes bonnes. Je vous en proposerai quelques

« 이전계속 »