페이지 이미지
PDF
ePub

Hollandois ; mais elle se conserve & l'on prononce oi en ceux-ci, Suédois, Das nois, Génevois.

La même diphtongue oi augmentée de l'e muet à la fin d'un mot, se prononce fans faire sentir l'e qui ne sert en ces endroits qu'à étendre un peu le son mixte des deux voïelles, o i: éxemple, foie , soie, joie, lamproie.

Les verbes qui se terminent par vie, suivent la même régle, & le ne fert qu'à étendre le son de leur terminaison, exemple, il emploie, il broie , des verbes emploier, & broier : & quoique ces verbes & leurs semblables soient distingués au pluriel par nt, cela n'aporte aucun changement à la prononciation, si ce n'est dans la Poësie, & c'est ce qui a été expliqué en traitant de la manière de prononcer les consones.

SECTIÓ I I.
Comment se forme le discours ?
N divise le discours en neuf par-

ties, savoir , l'article, le nom, le pronom , leparticipe, le verbe, l'adverbe, la préposition, la conjonction & l'interjection.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

Il y en a de deux fortes, les uns definis, & les autres indéfinis.

Les définis font, NOMINATIT. SINGULIER.

Le pour le masculin.
La pour le féminin.
L' pour les noms de l'un & de l'autre

genre,lorsque leur premiére lettre

est une vožele.. | Les pour le masculin & féminin au 1 pluriel. GENITIF.

SINGULIERE r du pour le masculin. i de la pour le féminin. de ľ pour les deux genres

les noms commencent par une

voïele. ( des pour les deux genres au pluriel. J DATIF.

SINGULIER au pour le masculin.. į à la pour le féminin.

à l pour les deux genres quand une |

1 voïele commence le nom. (Aux pour le pluriel & les deux genres. : OBSERVATIO N.

On a nommé jusqu'à present ces articles, définis, mais assez improprement, puisque les noms ne les définissent pas , & qu'au contraire ce sont eux qui définissent ou désignent le genre, le nombre, & le cas des noms; c'est pourquoi on auroit dû nommer les uns définitifs & les autres indéfinitifs. ..

, Des Noms. Les noms se réduisent à trois principales fortes. En noms propres qui n'ont point de pluriel & qui ne s'attribuent qu'à l'homme comme Paul, Pierre, Ane dré, Suzane, Marie, &c. En noms fubItantifs de toutes espéces, comme ville , bourg, fleuve, forest. En noms adjectifs qui dépendent des deux genres comme beau, belle, bon, bonne, &c. .

: ARTICLE I I. De la déclinaison des noms masculins de

féminins précédés de l'article défini.

SINGULIER.
C Nom. acc. le Prince, la Princesse.

Gén. ou abl, du Prince, de la Princer.
Datif, au Prince, à la Princesse.

PLURIEL.
Nom. e acc. les Princes, les Prinicer.)
Gén. ou abl. des Princ. des Princesses.
Datif, aux Princes, aux Princesses.

SINGULIER.
(Nom. on acc. l'autel, l'Eglise.
3Gén. on abl. de l'autel, de l'Eglise.
Datif, à l'autel, à l'Eglise.

PLURIER. Nom, on acc. les autels, les Églises. 7 Gén. ou abl. des autels , des Eglises. E Datif, aux autels, aux Eglises.);

On suit la même régle pour tous les noms qui commencent par une b non aspirée, ainsi on dit au nominatif l'homme, l'habileté, l'honneur , l'honnêteté, &c.

On voit par les déclinaisons, que la

Langue Françoise n’admet que trois cas, dont les deux premiers doivent être considerés comme doubles, le nominatif étạnt semblable à l'accusatif, & le génitif à l'ablatif.

Elle ne se sert point de vocatif; l'article qui désigne ce cas, est une exclamas tion dans la Langue, que les Grammairiens nomment interjeđion, laquelle sert à exprimer quelque passion de l'ame com me dans ce Vers.

O rage, désespoir, vieillesse ennemie, &c. *

Elle n'a aussi que deux genres, le malenļin & le féminin ; c'est ce qui vient d'être expliqué en parlant des articles définis. Déclinaison des noms propres masculins

féminins avec l'article indéfini.
Nom. Philipe, Antoine, Marie.
Gén. de Philipe, d'Antoine, de Marie.
Datif. à Antoine, à Philipe, à Marie.

Les articles indéfinis sont ainsi nominés parce qu'ils ne sont susceptibles ni de pi de genre, ni de nombre.

On dit également acablé de mal 2

able de mateur } pour les deux genres, acablé de maux 3 pour les deux nom, acablé de douleurs. 3 bres.

* Corneille, Tragi-com. du Cid.“

de genre, ne font fufcet ainsi nominis

« 이전계속 »