페이지 이미지
PDF
ePub

Alvare Gomez ne fait pas difficult M. D'An- d'avancer dans son histoire du CarGHIBRA. dinal Ximenes , que Martyr dédom

mage abondamment de ce qu'il peut y avoir de rude dans son stile, par Ía. fidelité avec laquelle il rapporte les faits.

Richard Hakluyt dit aussi dans la Préface de son édition des Décades, que la mémoire de Pierre Martyr doit être chere à tous les gens de bien, puisqu'il a rapporté fidellement & fçavamment tout ce que les Espagnols ont fait de bien & de mal par terre & par mer, pendant 34 ans, depuis la premiere decouverte du nouveau monde. Il ajoute qu'il est très-exact à decrire les lieux, & à à marquer les temps ; que son stile est concis, mais vif & animé; qu'il ne se contente pas de raconter simplement les faits, mais qu'il recherche les causes secretes de toutes cho fes.

3. De Infulis nuper inventis et incolarum moribus

. Bafilea 1921. in-4°. It. Bafilea 1533. in-fol. Avec les trois premiers livres des Décades. It. Com lonia 1574. in-8° Avec les mêmes livres.

4. De Legatione Babylonica libri P. tres. Hifpali 1500. in-fol. Avec la M. D'ANpremiere Décade. It. Avec l'Ou-GHJERA. vrage précedent dans les éditions ou il se trouve. Cette Relation eft eftimée & renferme l'histoire d'Egypte de ce temps-là. Il lui a donné le nom qu'elle porte, parce que le Soudan , qui commandoit en Egypte , fe nommoit le Soudan de Babylone. On en a une Traduction Italienne fous ce titre : Pietro Martyre Milanese , delle cose notabili dell' Egitto , trad. della lingua Latina in lingua Italiana de Carlo Pafsi. In Venetia 1564. in-8°.

Je ne fai ce que c'est que cet Ouvrage rapporté dans le Catalogue des Historiens de l'Abbé Lenglet. Petri Martyris Historia Palæstinorum , Tyriorum, ó Sidoniorum. Tiguri 1592. in-4°. ni s'il appartient à P. Martyr Vermilio à qui le P. ke Long le don

ne.

V. Les Lettres de Pierre Martyr. C'est la source ou j'ai puisé préferablement à toute autre. Nicolai Antonii Bibliotheca Hispana. tom. 2. p. 362. ses dates ne sont pas exactes.

P. M. P à Florence le 8 Septembre 1600.

Les Essais de Litterature du mois de A-
vril 1703. Article qui n'est qu'une
fuite de fautes. Additions de Teissier
aux Eloges de M. de Thou. Il a pris
dans le livre précedent ce qu'il y
avoit de meilleur.
PIERRE MARTYR VERMILIO.

martina

IERRE Martyr Vermilio naquit VERMILIO. d'Etienne Vermilio , & de Marie Fu

mantini, tous deux sortis de bonnes familles de cette ville , dont les Aneêtres y avoient possedé les principales Charges.

On le nomma au Baptême Pierre Martyr, conformement au væu que ses pere & mere avoient fait au Saint de ce nom, dont l'Eglise n'étoit pas éloignée de leur maison.

Ses parens qui étoient riches, & qui n'avoient point d'autre garçon que lui, n'oublierent rien pour son éducation. Sa mere , qui favoit fort bien la langue Latine, la lui apprie elle-même, & lui expliqua dès fa plus tendre jeunesse les Comedies de Terence.

11

11 étudia ensuite fous Marcel Vir- P. M. gilio, homme savant, connu par quel- VERMI

ques Ouvrages, qui étoit alors Se-LIQ.
cretaire de la République de Floren-
ce , & qui enseignoit la langue La-
tine à la jeune Noblesse de cette vil-
le ; & il eut pour condisciples &
pour amis François de Medicis, Ale-
xandre Caponi, François & Raphael
Ricci, & Pierre Vettori.

Son exactitude & fon application zu travail, jointes à d'heureuses difpositions , lui firent faire d'autant plus de progrès dans fes études, qu'il n'étoit point distrait

par

les plaisirs ausquels la jeunesse le porte ordinairement.

Il avoit de la pieté, & cette pieté lui inspira un tel degoût pour le monde , qu'il l'abandonna dès l'âge de seize ans pour entrer chez les Chanoines Reguliers de S. Augustin à Fiesoli près de Florence. Il prétera cet Ordre à tous les autres, à cause de la regularité qui y regnoit, & parce qu'on y cultivoit les Sciences plus qu'ailleurs.

Son exemple toucha sa four Felicité, qui étoit la seule qui lui ref. Tome XXIII,

Т.

P. M. tât; & elle le suivit en entrant de VERMI- son côté dans le Monastere de S. LIO,

Pierre Martyr.

On ne peut exprimer le chagrin que le pere de Pierre Martyr reffentit de la resolution. Il paroît même qu'il le conserva jusqu'à la fin , puisqu'il donna en mourant tout son bien aux pauvres, & ne lui laissa qu'une pension de cinquante écus. Mais son fils ne lailla

pas
de

perfifter conttamment dans son deflein, & après avoir fait ses veux, il fongea à reprendre ses études. Il s'appliqua alors avec ardeur à l'éloquence, que l'on enseignoit aux jeunes Religieux du Monastere de Fiesoli, & à la lecture de l'Ecriture Sainte.

A près trois années de séjour en ce lieu, on l'envoya à Padoue dans le Monastere de S. Jean de Verdara, où il passa huit ans, occupé à l'étude de la Philosophie d' Aristote , qu'il apprit des savans Professeurs de cette Université. Cette Philosophie lui plaisoit préferablement à toute autre , tant à cause de fa methode, que parce qu'il la croyoit plus exempte d'erreurs que celles des autres

« 이전계속 »