페이지 이미지
PDF
ePub

J. G. DE de quatre-cens livres, avec un reve. Balzac: nu annuel, pour y entretenir des

parfums.

Catalogue de ses Ouvrages.

1. Lettres. Paris 1624. in-8°. C'est la premiere édition qui a été suivie de plusieurs autres.

2. Le Prince. Paris 1631. in-4%. Les amis de Balzac avoient vanté par avance cet ouvrage comme un Chef-d'Oeuvre , qui feroit taire tous lés Critiques , & sur-tout ceux qui accusoient Balzac de n'être capable que d’écrire des Lettres. L'évenement ne répondit point à ces espeTånces, ce livre ne fit rien ni pour la reputation , ni pour la fortune de Balzac , & lui suscita des affaires du côté de la Sorbonne , qui cependant en usa honnêtement à son égard; Car elle le fit avertir par ses amis des erreurs qui étoient repandues dans son livre. Sur quoi Balzac écrivit à la Faculté une lettre, dans la quelle il fit paroître beaucoup de foumission à les avis", & promit de reformer ce que les Docteurs y avoient trouvé de reprehensible. La Faculté contente de sa soumillion

1

[ocr errors]

convint qu'en lui écrivant une let- J. G. de
tre d'honnêteté, on lui envoiroit la. BALZAC.
liste des Propofitions de son livre,
qui avoient paru meriter quelque
cenfure; ce qui fut executé, & Bal-
Zac corrigea , ou retrancha dans les
éditions suivantes ce qui avoit dé-
plu. Ces éditions font en assez grand
nombre ; mais il est inutile d'en fai-
re ici le détail, puisqu'on ne lir
plus cet ouvrage, qui est fort su-
perficiel dans - les choses , & outré
dans la maniere de les dire. Il a été
traduit en Anglois , & imprimé en
cette langue à Londres -en 1648. in-
8o.

3. Discours sur une Tragedie , ina
titulée : Herodes infanticida. Paris
1636. in-8°. La piece, dont on
voit ici la Critique, est de Daniel
Heinfius, qui y fit une réponse sous
ce titre: Epistola qua refpondetur ad
Balzaci dissertationem in Herodem In-
fanticidam. Lugduni Bat. 1636. in-8°.
Un Ministre de Beziers, nommé
Croi, prit ausi la défense de Hein-
fius, contre lequel il écrivit dans la
suite , mais sur d'autres matieres , &
publia une Reponse au discours à

T. G. De eu en Mariage la terre de Balzac, BALZAC. située dans le voisinage, sur les bords de la Charente

. A l'âge de 17 ans, il alla faire un Voyage en Hollande , & y composa un discours politique sur l'Etat des Provinces unies , qui fut imprimé plusieurs années après.

- Il accompagna enfuite dans plufieurs voyages le Duc d'Epernon, à qui son pere étoit attaché. S'étant après cela donné au Cardinal de la Valette , il alla, en qualité de son Agent, passer dix-huit mois à Rome, pendant les années 1621. & 1622.

A son retour d'Italie , n'étant encore âgé que de 28 ans, il se confina dans sa terre de Balzac , d'où il ne sortit presque plus le reste de ses jours, que pour venir cinq ou six fois à Paris.

Il s'y laissoit attirer par quelques lueurs de fortune, sous le Ministere du Cardinal de Richelieu,

. qui avant que d'être Ministre & Cardinal avoit recherché son amitié. Mais enfin son ame fiere ne put fe resoudre à cette patience & à ces bassefses que l'ambition exige ; & il

-pre

fera au fuperflu que la Cour lui eût J.G. DE fait acheter trop cher à son gré, le BALZACEnecessaire & l'honnête

que

fa Campagne lui fournissoit. Tout ce qu'il obtint de la Cour fut une pension de deux mille livres à prendre sur l'Epargne, mais dont il fut rarement payé , & à laquelle on ajoura les titres de Conseiller d'Etat , & d'Historiographe de France , qu'il appelle de magnifiques bagatelles, & qu'il ne prit jamais, se contentant de celui de Conseiller du Roy en ses Conseils.

Peut-être aufli fa mauvaise santé faisoit-elle partie de fa Philosophie à cet égard, & contribuoit-elle à son indifference pour la recherche des hỏnneurs. Il n'avoit pas trente ans, qu'il se plaignoit en son stile hyperbolique, qu'il étoit plus vieux que fon pere, & aussi usé qu'un vaif seau, qui auroit fait trois fois le voyage des Indes. Il dit ailleurs, dans un Ouvrage qu'il composa peu avant sa mort, que si on pouvoit separer de sa vie, les jours que la douleur á la tristesse en avoient retranchés, il se trouveroit que depuis qu'il étoit aus

J. G. De monde , il n'avoit pas veçu un an tout BALZAC entier.

Dès l'an 1634. M. de Boisrobert kui ayant écrit que

s'il desiroit d'être admis dans l'Academie Françoise , qui ne faifoit que de naître, il pouvoit le témoigner à la Compagnie par ses lettres, & qu'il ne doutoit point qu'elle ne le lui accordâr vo. lontiers en consideration de son merite , Balzac lui écrivit sur ce fujet, & y fut reça peu de temps . après. On trouve dans les Registres qu'il y lut en 1636. quelques morceaux d'un Ouvrage, qu'il appelloit alors le Ministre d'Etat, mais qui a paru depuis sous le titre d'Aristippe.

Balzac fentant fa fanté s'affoiblir, fongea à se preparer à sa derniere heure; dans cette vûe , il se: Tétiroit de temps en temps chez les : Capucins d'Angoulême , où il s'étoit fait bâtir deux Chambres.

Il mourut le 18 Fevrier 1654. âgé de 60 ans. & fut enterré dans l'Ho. pital de Notre-Dame des Anges à Angoulême , comme il l'avoit ordonné par son Testament, dans lequel

1

« 이전계속 »