페이지 이미지
PDF
ePub

de

&

de Charles-Quint, fe plaignoit à ce J. DE SE: Prince de l'avarice, de la cruauté, PULVEDA, & des débauches des Efpagnols dans les Indes, qu'il connoisloit d'autant mieux, qu'il en avoit été lui-même témoin. Il le preffa furtout dans un Conseil tenu à Valladolid, de réprimer ces excès, le menaçant , s'il n'y mettoit ordre , que Dieu irrité depouilleroit les Espagnols de la Souveraineté des Indes. Mais il se trouva des personnes qui excuferent ces desordres, parce qu'ils y trouvoient leur compte ; & Sepul veda prit leur parti ; difarre que ce que les Efpagnols faisoient , leur étoit permis par les loix divines & humaines , parce qu'ils ufoient du droit de la guerre, comme sur des Esclaves & des gens pris en guerre. Il composa même un livre fur ce fujet : mais las Casas , & l'Evêque de Segovie en empêcherent la publication. On tint sur cela plusieurs assemblées en Espagne , & il fut enkan resolu en 1547. que puisque cette affaire regardoir la conscience, 'on prendroit l'avis des Theologiens. Ceux d'Alcala & de Salamanque

[ocr errors][ocr errors]

J. DE SE-ayant été consultés, convinrent, PULVEDA, après de longues contestations, qu'il

étoit de l'interest de la Religion , qu'on lupprimât le livre de Sepulveda , comme rempli d'une mauvaife doctrine. Celui-ci ne se rendit point pour cela ; car il envoya son livre à Rome à ses amis pour le faire imprimer. L'Empereur l'ayant appris en défendit la publication dans tous ses Etats, & donna ordre d'en supprimer tous les exemplaires', qu'on y trouveroit. Sepulveda irrité de cet ordre , & perfeverant dans son opiniâtreté, demanda qu'il lui fût permis de disposer sur cette matiére avec las Cafas & l'Evêque de Segovie. "Il obrint'ce qu'il demandoit, & trois ans après on ouvrit une difpute publique, où Dominique Soto, fameux Theologien, Confesseur de l'Empereur, affifta ; mais CharlesQuint, qui étoit accablé d'affaires importantes, & qui avoit plusieurs guerres à soutenir, n'eut pas le temps de rien decider sur ce sujet ; ainfi les cruautés des Espagnols dans les Indes furent plûtôt tolerées qu'approuvées.

[ocr errors]

Sepulveda ayant été en 1557. J. de SEnommé Chanoine de Salamanque , PULVEDA, abandonna la Cour, où il avoit toujours vécu jusques-là, pour vivre tranquillement dans cette ville.

On voit par une de ses lettres qu'il avoit plusieurs Benefices,

& il tâche de s'y justifier sur cet article dans l'esprit d'un de ses amis, qui lui en avoit fait un scrupule. Il y marque aussi qu'il disoit la Melle regulierement les Dimanches, les Fêtes, les Mercredis & les Vendredis.

Il mourut l'an 1572. âgé de 81
ans, & non pas seulement de 72.
comme le dit M. de Thou , & il fut
enterré à Pozo-blanco, avec cette
Epitaphe qu'il s'étoit faite lui-inệme.

D. X. S.
Joannes Genefius Sepulveda, qui
fe ita gerere studebat, ut ipfius ma-
res probis piisque viris, a doctrina ,
scriptique de Theologia e Philofo-
phia, Historiarumque libri doctis eo
aquis probarentur.

S.V.F. (fibi vivens fecit)
Vixit annos 81.
Obiit anno 1572.

PULVEDA.

J. de Se- Catalogue de ses Ouvrages.

1. Aristotelis Meteororum libri iv. Latine versi. Paris 1932. in-fol. Avec les versions suivantes. Il dédia cette traduction à l'Empereur CharlesQuint , à qui il la présenta à Plaisance.

2. Ejusdem de ortu er interitu libri duo , Latine. Dediés au Pape Adrien VI.

3. Ejufdem parva naturalia , Latine versa. Dediés au Prince de Carpi.

4. De Mundo liber ad Alexandrum, Latine. Toutes ces versions avoient déja été imprimées, en Iralie , où Sepulveda les avoit compofées, avant qu'elles le fussent à Paris.

. Aristotelis Politicorum libri octo, Larine , cum Scholiis. Paris. 1548. in-4°. It. fous ce titre , Aristotelis de Republica libri vint. Interprete Enarratore J. Gen. Sepulveda ; quibus jam adje?li sunt Kyriaci Stroza de Republica libri duo ; videlicet nonuses decimus, Grace conscripri, nunc ab eodem Stroza latinitate donati. olonia Agrip. 1601. in-4". Le file des

[ocr errors]
[ocr errors]

traductions de Sepulveda tient beau- J. DE SE-
coup plus du Philosophe, que du PULVEDA.
Rhetoricien ; cependant M. Huet
prétend qu'il ne s'est pas soucié d'ê
tre fore exact , ni fort fidelle , &
qu'ainsi il ne peut être mis au rang
des bons traducteurs. Ces défauts
paroissent particulierement dans ce
qu'il a fait sur la Physique d’Ariftotes
car sa traduction des livres de Poli-
tique eft fort estimée. M. Naudé
disoit que plus on aura d'esprit , plus
on en fera de cas, & Daniel Heinsius
l'a preferée à toutes les autres, pour
la mettre dans l'édition qu'il en a
donnée. ( Baillet , Jugem. des Savans
sur les Traducteurs No.853.

6. Alexandri Aphrodisæi Commen-
taria in Aristotelis libros xii. de pri-
ma Philosophia , Latine versa. Roma

1827. in-fol.

7. Errata Petri Alcyonii in Interpretatione Aristotelis à Joanne Sepulveda collecta. Je ne fai quand a paru cet ouvrage, dont Nicolas Antonio ne dit rien. J'ay parlé dans l'article d'Alcyonius tom. 6. de ces Memoires p. 161. du motif qui produisit cette critique.

« 이전계속 »