페이지 이미지
PDF
ePub

Catholiques , que Dieu permit la deftruttion de leur Monarchie* & la dure fervitude où ils tomberent , & dans laquelle ils gémiflent encore aujourd'hui, fous la pefante domination des Turcs & des Perfans. Car Ofcein II. qui mourut quelques années après le Synode d'Adana, fut le dernier Roi de l'Arménie, & les Patriarches qui fuccéderent à Grégoire IX. furent prefque tous fchifmariques & hérétiques.

Le premier qui lui fuccéda, fut un moine nommé Cyriaque , paffionné pour le fchifme. Il trouva le moyen d'enlever de Sis la fainte Relique de la main droite de S. Grégoire, & de la reporter à Echmiadzin, où il eut le crédit de fe faire élire Patriarche par les fchifmatiques. Ainsi commença la fciffion du Patriarchat des Arméniens, qui dure encore aujourd'hui. Car Sis a confervé jufqu'à préfent fon Patriarche , dont la jurifdi&ion s'étend fur la Cilicie & la Syrie; & Echmiadzin a le fien. Celui-là fonde fon droit fur une fucceflion non interrompue depuis faint Grégoire ; & celui-ci , c'eft-à-dire le Patriarche d'Echmiadzin , fonde le fien fur l'ancienneté & la prérogative de fon Siége établi par faint Grégoire, dont il fe dit le fuccefleur légitime. Cyriaque ne jouit pas long - tems de fa dignité ufurpée ; car il en fut chaffé deux ans après fon ufurpation en 1447.

Alors trois prétendans au Patriarchat s'en mirent en pofleffion; fçavoir , Grégoire X.Ariftarces IL & Zacharie. Ils tenoient tous trois enfemble le Patriarchat Mais Zacharie, qui étoit las de ne pas regner feul, emporta la fainte Relique de la main de S. Gre'goire , dans l'ifle d'Aghtamar , où il avoit déja été Patriarche. Comme on ne manque point de fuccefleurs , ceux qui lui Succéderent , s'arrogerent après lui le titre & le droit de Patriarches d'Aghtamar. Ainfi leur prétention fit alors un troifiéme Parriarchat. Il faut cependant ob~ ferver ici , que la diviiion des trois Patriarches eft beaucoup plus ancienne , fans qu'on puifle néanmoins en découvrir l'origine. Dans l'information des erreurs des Arméniens , faite devant le Pape Benoît XII. en 1 341. fous le regne de Léon IV. les Patriarches de la grande 6c petite Arménie & d'Aghtamar , font nommément diftingues ; & dèslors cette divifion des trois Patriarchats que nous venons de nommer, paflbit pour être fi an- F m;

cienne, qu'on la faifoitïremonter au tems d'Héraclius. Le Patriarche de la grande Arménie y en" appelle le Patriarche des Colombes.

On trouve encore unefciffion plus ancienne dans une Hiftoire abbrégée d'Arménie, écrite au commencement du 8e. fiécle , & imprimée par les foins du Père Combefls , fur un manufcrit de la Bibliothéque du Roi. Ce manufcrit rapporte que Chofroès ayant été rétabli fur fon Thrône, avec le fecours de l'Empereur Maurice , céda à fon bienfaiteur une partie de l'Arménie, & qu'alors les Grecs y firent élire un Patriarche uni de fentiment avec eux, nommé Jean, pendant que Moyfe étoit toujours reconnu Patriarche des Arméniens dans l'autre partie de l'Arménie, qui refta aux Perfes. Ce Moyfe étoit un Jacobite déclaré , & fi ennemi des Grecs & de leur rit, qu'on lui entendoit dire fouvent: Dieu me garde de manger ce qui a été mis au four, & de boire de l'eau chaude. Il vouloir dire: Dieu me garde d'ufer de pain levé à la MeJ]et & de mettre de l'eau chaude dans le Calice, comme font tous les Grecs. Cette ancienne fciflion du Pattiarchat ne dura pas long-tems, & cefla fi-tôt que Chofroès reprit toute l'Arménie, ce qui arriva vers l'an 606. ou 607.

L'information dont j'ai parlé, qui fut faite devant Benoît XII. nous apprend encore que le Patriarche de la grande Arménie fc choififfoitfon (ucceffeur, &leconfacroit , fe réfervant cepen-. dant iufqu'à la mort fa dignité & fa jurifdi&ion , & que le nouveau confacré demandoit enfui

teauRoi des Tartares des Let

Fy

« 이전계속 »