페이지 이미지
PDF
ePub

Au refte , les Arméniens ont comme les Chaldéens & les Egyptiens , leurs antiquités fabuleufes ; mais ils ne les font point remonter au-delà du déluge, ainfï qu'ont fait ces deux Peuples; ils ont même confervé mieux qu'eux la tradition de ce rigoureux châtiment de la corruption générale des hommes.

Un de leurs Hiftoriens, nom11' mé Moyfe de Choren , & qui a écrit | dit on , dans Je quatrieme fiécle, raconte qu'Arfaces , qui fonda le Royaume des Parthes, ayant donné l'Arménie à Valarfaces fon frere, ce Prince voulut s'inftruire de ce qui concernoit fon nouveau Royaume , & envoya un nommé Mariba confui* ter les Archives de Ninive. Maxiba y fit l'heureufe découverte d'un vieux livre avec cette infcription : Ce volume traduit dit Chaldéen en Grec par l'ordre à! A" lexandre, contient l'hiftoire originale des premiers hommes, Sictuvan , Titan , Apétuftes, & la fuite de leurs defcendans pendant plusieurs années.

Gr felon cette ancienne hiftoire , Haik fut le premier Roi d'Arménie ; il étoi t fils de Targon , petit-fils de Thiras,. arriere petit-fils de Gomer né de Japhet. Il vainquit & tua Belus, qui prétendoit le foumettre à fon Empire , & c'eft de lui que la Nation a été nommée Haikane.

Les Hiftoriens Arméniens ajoû-> tent qu'ils ont eu cinquante-trois Rois de la poftérité de Haik , ôc que le dernier , nommé Vahé ,' fut défait & tué dans un combat contre Alexandre ; ils comptent enfuite vingt-fept Rois de la race des Arfacides , à commencer par (Valarfaces.

Ce qui paroît certain, c'eft que l'Arménie ne fut point fujette aux Rois d'Aflyrie, puifque les deux fils de Sennachérib s'y refugierent après l'exécrable parricide, qu'ils commirent en la perfonne de leur pere & de leur Roi. Cette longue fuite de Rois eft contredite par des Hiftoriens très-croyables ; & l'on ne peut pas douter que l'Arménie n'ait été une Province de l'Empire des Médes & des Perfes, gouvernée par un Satrape: car Strabon, pour prouver qu'elle eft très-propre à élever des chevaux, dit que le Satrape étoit obligé d'envoyer tous les ans vingt mille jeunes chevaux au Roi de Perfe; & Xénophon raconte que les dix mille Grecs, qui firent cette fameufe retraite après la défaite du jeune Cyrus, prirent leur route au-deffus des fburces de l'Euphratejpour éviter d'être

arrêtés par les Perfes au paffagtf des rivieres. Arrien faifant le dénombrement des troupes de Darius à la bataille d'Arbéle , y nomme les Arméniens, & leur donne deux Chefs, Orontes & Mithrauf tes.

On ne croit pas non plus qu'Alexandre foit entré en Arménie; puifque de la Méfopotamie traverfant l'Euphrate, il pafla en Affyrie, & combattit Darius proche d'Arbéle, au-deffous du mont Taurus ; & ii Quinte-Curce fait voir ce Conquérant fur les bords de l'Araxe, ce n'eft point l'Araxe qui coule dans l'Arménie : il donne ce nom à deux autres rivieres ; l'une qui eft dans le Per(ide,& qui tombe dans le Golfe Perfique, l'autre, qui arrofe YHyrcanie.

L'Arménie néanmoins fubit le fort commun de l'Orient ; car Alexandre la met au nombre de Ces autres conquêtes, dans la belle harangue que Quinte-Curce, au livre 6. de fon Hiftoire , lui fait faire à fon Armée, pour l'animee à fuivre le cours de fes victoires. Peut-être que la crainte feule de fes armes la lui aflujettit, ou qu'il y envoya un de fes Généraux.

Juftin compte aufli l'Arménie entre les Gouvernemens, qui après la mort d'Alexandre, furent ou diftribués , ou biffes aux principaux Chefs de fon armée, & il dit qu'elle échut à Fratar phernes.

Frataphernes avoit comman^ àé les Parthes , les Hyrcaniens, & les Tapiriens à la bataille d'Ar-béle , & il ne s'étoit fournis à Alexandre , qu'après l'avoir vu s'avancer jufques dans l'Hyrcanie , ainfi ;que nous l'apprenons d'Arrien & de Quinte-Curce.

Comme la plupart de ces Gou«

« 이전계속 »