페이지 이미지
PDF
ePub

fant : Recevez, prenez; car vour avez reçu le pouvoir de confacrer & defaire lejaint Sacrifice , au nom de notre Seigneur Jefus-Chrift, tant four les vivans que pour les morts..

L'Ordination du Prêtre finir enfin par la bénédiction, que l'Rvêque lui donne en ces termes, i. Que la bénédiction de Dieu, Pere , lils , & Saint-Ejprit defcende fut vous, qui avez reçu l accompliJJement de l'Ordre de Prêtrife, pour offrir le Corps & le Sang de J. C. pour la paix, & pour la rémijfion des Péchés. Ainfi foit-il.

Il y auroit ici une queftion à examiner, & que je ne fais que propofer;fçavoir fila partie eflenrielle de l'Ordination des Prêtres Arméniens, confifte dans l'impofition des mains de l'Evêque fui la tête du Prêtre ordonne , ©u dans la tradition du Calice & de la Patène i û on déçidoiç: qu'elle confifte dans la tradition du Calice & de la Paténe , il s'enfuivroit que le pouvoir de lier & de délier feroit donné au Prêtre avant le pouvoir de confacrer , le Prêtre ayant déja reçu de l'Evêque la ceinture, & par conféquent le pouvoir de lier & de délier , avant que d'avoir touché au Calice & à la Paténe: auquel cas il y auroit un contretems & un abus manifefte. Cette raifon donne fujet de croire, que les Arméniens mettent la partie effentieile de l'Ordination Sacerdotale , dans l'impofirion des mains de l'Evêque fur la tête du Prêtre ordonné, laquelle précéde le tems où l'Evêque lui donne la ceinture, & le Calice avec la Paténe à toucher; en effet,, lorfque l'Evêque lui met le. Calice & la paténe entre les mains,., il lui dit ces paroles, qui fuppa

fent que le pouvoir de confacrer lui a été donné: Recevez & prenez ; car vous avez reçu le -pouvoir de confacrer & defaire le faim Sacrifice f &c.

Les Hérétiques qui ne perdent jamais aucune occafion de faire glifler par-tout le venin de leur héréfie, ont inféré dans leur Rituel une profeflion de Foi qu'ils font prononcer aux Ordinands, avant leur Ordination , & qui eft conçue en ces termes:Nous croyons en Jefus-Chrifi une perfonne & une nature compofée; & pour nous conformer aux faints Peres, nous remettons & détefions le Concile de Calcédoine , la Lettre de S. Léon à Flavien : nous difons Anathème à toute Setfe qui introduit deux Natures,

Du Sacrement de Mariage.

Les enfans des familles Armé; niennes fe repofent absolument fur leurs peres & meres , ou fur leurs plus proches parens, pour le choix de la perfonne qu'ils doivent époufer, & pour les conventions matrimoniales. Le mariage fe célébre à l'Eglife; les contraclans s'y rendent de grand matin : la future époufe y eft conduite par fa famille; fon vifage eft couvert d'un grand voile, qui la cache aux yeux de tous les attifons , & c'eft à l'Eglife feulement que fon futur époux la voit pour la premiere fois. Le Rituel contient de très-belles Oraifons, pour la bénédiction de l'anneau des fiançailles : la bénédi&ion nuptiale que le Prêtre donne enfuite aux fiancés s eft exprimée en ces termes : BéniJJez , Seigneur , ce mariage d'une bénédiffion perpétuelle, & accordez-leur par cette grace, qu'ils confervent la %i>

PEfpérance & la Charité; donnezleur la fobriéîê ,\ infpirez - leur de pieufes penfees , confervez leur couche fans feuillures, afin que fortifiés de.toutepart, ils perféverent dans votre bon plaifir.

Après la célébration du mariage , ceux qui y ont été invités reconduifent les nouveaux mariés chez les parens de l'époufe, avec des cris de joie , & desfrappemens de mains, qui en font les marques publiques. La cérémonie des noces finit en préfentant un baflin à tous les conviés , qui y mettent leur préfent , felon leurs facultés , & chacun d'eux reçoit un mouchoir des mains de l'époufe.

Les noces chez les Arméniens font défendues depuis le Dimanche de la Quinquagéfime jufqu'à la Pentecôte. Les empêchemens de leurs mariages j

« 이전계속 »