페이지 이미지
PDF
ePub

la volonté, & non pas la faculté : c'eft ainfi qu'ils abufent d& l'expreflïon dations théandriques qu?ils ne s'accordent pas. entr'eux ; & que quand il eft queftion d'expliquer leurs fentrmens y ils fe contredifent mutuellement, les uns parlant le langage des Eutychiens , & les autres celui desMonophyfites ; tous hérétiques condamnés dans le Concile de Chalcédoine. Mais ce qui eft certain, c'eft que le fchifœe n'avoit pas fait grande fortune avant le Conciliabule de: Thévin. Ses plus zélés partifans n'étoient que quelques Moines & quelques Evêques , qui n'ofoient pas même prêcher publiquement leurs erreurs. Cependant ils n'en étoient pas moinsaffectionnés à leur parti, & ilscherchoientles moyens de l'augmenter* Ils trouvèrent,à prouos

un certain Prêtre né avec des-, talens tout propres à être un chef de parti* Il fe nommoit Jacques' Zangales, homme adroit, fédui^ fànt y parlant bien , populaire , fe donnant des airs de modeftie.& d'humilité qui cachoient uneambition fansmefure. Il eut plu-fleurs conférences avec quelques: Evêques & quelques Vertabiets .qui penfoient comme lui. Il fit fi bien , qu'il leur perfuada de: le facrer Evêque , ce qu'ils fièrent. Revêtu qu'il fut de cette di< gnité , il commença à dogmatifer, parcourant les Villes & le» villages. Il fe donnoit la répu~ ration d'un homme éclairé & envoyé de Dieu: cette opinion/ conçue de lui, jointe à fon art de bien parler, le faifoit écouter volontiers du peuple > il faifoit chaque jour quelque conquête,, le nombre de fes Difciples s'augfcnentoit, & devint fi fort, qu'on' commença à les appeller Jacofeites du nom de leur réducteur Jacques Zangales, & ce nom; leur eft demeuré. Le Conciliabule de Thévin, convoqué par le Patriarche Nierfes , furnommé /Ichdaraghenfis, confirma les erreurs dont Jacques Zangalesavoit déja infe&é les peuples. Ii condamna de plus le Concile de Chalcédoine , & forma enfin: te fchifme , qui dura plus d'ua fiécle.

Pour ne parler préfentement que des Arméniens qui font fous nos yeux , nous leut devons la juftice de dire qu'ils n'entrent point dans toutes ces fortes de queftions. Ils s'en tiennent en général à ce qu'on leur a dit, qu'il; n'y a qu'une nature en J. C. fans; en fçavoir davantage. Car pour ce qui eft des autres erreurs qu'on: reproche aux Arméniens , &L dont nous allons parler , on les doit moins imputer à la Nation, qu'à quelques - uns de fes Docteurs qui veulent fe fignaler- dans leur Pays , en dogmatifant con-, tre l'Eglife Romaine , & qui croient en même tems qu'il efl de leurs intérêts dïnfpirer à leurs compatriotes du mépris & de l'a* verfion pour les Catholiques Romains.

Quelques-uns de cesDodeurs Arméniens, foutiennent avec les. Grecs, que le Saint-Efprit ne procede que du Père , & nullement de la feconde perfonne de la fainte Trinité. Ils ne peuvent pas cependant ignorer que les Eglifes Arméniennes chantent le jour de la Pentecôte une Profe contenue dans ua de leurs Livres nommé Hiachouft, où font ces mots : GuériJJez, Seigneur, le. Seigneur des vertus, & vrai Dieu, four ce de lumieres & de vie, EJftrit faim f procédant du Pere & du Fils.

Comme une erreur conduit toujours à une autre , ils enfeignent de plus que Dieu diffère la récompenfe des Juftes t & la punition des pécheurs jufqu'après le Jugement dernier ; 6c cependant dans les Prieres publiques , ils demandent à Dieu qu'il place lesames des défunts dans le Royaume du Ciel avec les Saints, & ajoûtent que les Saints font dans la gloire avec les Anges.

A ces erreurs groffieres, ils en ajoutent d'autres qui nç font pas moins extravagantes ? fçavoir , que Dieu créa toutes les ames dès le commencement du monde , que Jefus-Chrift defcendaht aux enfers , en retira lesdamnés; que depuis ce tems-là il n'y a. plus de Purgatoire ,, &

s

« 이전계속 »