페이지 이미지
PDF
ePub

fçait pas feulement .de quoi il s'agit , ou qui n'en a qu'une corm'oiflance légère & confufe. On ne trouve en eux nulle prévention pour des opinions particulieres; fis croient bonnement ne différer de nous que par le rit , & fe font honneur d'être auffi féparés des Proteftans , que nous le fommes. Il faut bien fe garder d'entrer en difpute avec eux. Les difputes, dit notre Miflionnaire, ne pourroient qu'être inutiles, & feroient même dangereufes. Elles feroient inutiles, paxce que ce peuple groffier & ignorant n'a befoin 'que d'inftru£tions; mais elles feroient dangereufes, parce qu'elles les mettroient en garde contre «os inftru&ions , & ils iroient incontinent coofulter leurs Docteurs, pour apprendre d'eux les repontes qu'ils auroient à nous faire. Leurs Doc

teurs , intéreffés à les éloigner de nous y ne manqueroient pas alors de leur faire d'affreufes peintures des Millionnaires. Ils leur défendroient de nous recevoir chez eux, 6c les excitercient à nous fufciter des persécutions & des avanies. Le Millionnaire fage & prudent doit donc fe con4tenter d'infpirer au peuple l'horreur du vice , l'amour de la Vertu , le défir de remplir les devoirs de fon état, & le difpofer à croire ce que l'Eglife Catholique nous enfeigne.

Pour ce qui eft des hérétiques que nous avons dit être formellement hérétiques , c'eft-à-dire , de ceux qui fçavent bien que leurs opinions ont été condamnées par l'Eglife , & en particulier par le Concile de Chalcédoine , & qui , nonobftant la condamnation de leurs erreurs,, y perfifteront opiniâtrement , il faut leur mettre fous les yeux les faintes Ecritures;, & les Livres des Peres Grecs qu'ils refpectent, leur faire voir avec douceur & charité les vérités qui y font établies , & oui détruifent leurs dogmes hérétiques. ïl faut leur faire remarquer les contradictions manifeftes de leurs nouveaux Catéchifmes & Rituels , avec les anciens qui fervoient de régies à ieurs Peres.

Mais comme il n'arrive que ttop-fouvent que des intérêts particuliers, & des_raifons de politique entrent dans le parti qu'ils ont pris , il faut démêler les véritables motifs de leur conduite ; on trouvera très-fouvent , particulierement dans les Prêtres & dans les Evêques , que Ceux-là , dans la crainte de perdre leurs ouailles, & les profits qu'ils en retirent , ou de déplaire à leurs Evêques , ne veulent point abandonner le fchifme; & que les Evêques, pour être bien dans l'efprit de leur Patriarche, & pour en recevoir des graces, font gloire d'être attachés à fa Communion. Il faut convenir que la converlion de ces intéreffés politiques eft très-difficile; mais elle n'eft pas cependant impoffible : car nous ne fournies pas fans la confolation de voir de tems en tems des Evêques & des Curés, qui vont de bonne foi abjurer le fchifme, & fe ïéconcilier à l'Eglife. Romaine. Ainfi il faut, en priant beaucoup, attendre avec patience, que le grain femé en terre, y germe & vienne à maturité. Sur-tout il ne faut pas fe fâcher contre votre adverfaire , l'accufer de fchifme ou d'hérélie. Vous vous ferme

riez pour toujours la porte de fcrr cœur; il faut guérir votre malade avec du baume & de l'huile, & ne pas aigrir fa plaie avec du vinaigre.

A legard des Arméniens & Arméniennes, qui fe préfentent pour revenir à nous, il eft de conséquence de bien examiner les motifs de leur démarche pour n'y être pas trompé. Il faut fe faire bien inftruire de quelle maniere ils ont vécu, étudier les caractères de leur efprit, pour connoître s'ils ne font point légers & changeans; il faut voir comment ils écoutent nos premieres inftru&ions, & quels fruits ils en retirent ; il faut éprouver leur confiance à demander l'abfolution de leur fchifme & de leurs erreurs, & ne la leur accorder que lorfqu'on pourra moralement s'aflurer qu'on donnera k

« 이전계속 »