페이지 이미지
PDF
ePub

jendre fouvent leurs devoirs au Patriarche. Le mauvais air de cette Ville, & fur-tout pour les Etrangers, ne fut pas capable de les détourner de ce deflein. Us l'appréhendoientbeaucoup moins que les obftacles prefque invincibles, qulls auroient à furmonter pour parvenir à leur fin: car il falloit d'abord avoir des Lettres Patentes du Roi de Perfe, pour s'établir dans cettç Ville , & ils n'avoient ni crédit, ni patron à fa Cour : de plus, il falloit n'y pas trouver d'oppofition de la part du Patriarche & des Vertabiets , & leur oppofition étoit certaine. Nonobftant toutes ces difficultés, nos Miffionnaires fe confiant en la puiflante protection de Dieu , mirent la main à l'œuvre. Ils chercherent d'abord accès auprès de Sa Majefté Perfienne ; mais les entrées chez ce Prince leur furent longtems fermées- La Providence enfin leur ouvrir un chemin pour Parvenir à fon Thrône. En voici occafion. La Province de Nachiran, qui eft une des principales Provinces de la grande Arménie , renferme plufieurs Vil~ lages Catholiques , dont les habitans doivent aux Peres de faint Dominique , non-feulement leur converfion à la Foi de JefusChrift^mais encore leur fervente: piéré , que l'efpace de quatre cens ans n'a pu interrompre nidiminuer. Ces fidéles Arméniens fe fentant de jour en jour , & plus que jamais accablés du poidà des mauvais traitemens qu'ils, recevoient de leurs ennemis, ou plutôt des ennemis de la Religion , crurent pouvoir trouver un reméde à leurs maux dans la protection de Louis le Grand.

Ils entendoient fouvent dire que fon zéle le portoit à étendre la Religion Catholique jufques dans les Pays les moins connus & les plus reculés. Us n'ignoroient pas d'ailleurs la haute eftime que le Roi de Perfe avoit conçue pour ce grandMonarque , dont la Renommée publioit par tout tant de merveilles. Ces confidérations leur firent prendre la réfolution de s'y adreûer, ôe voici Toccafion qu'ils en eurent.

Meffire François Piquet, Eveque de Céfaropole-, fut1 alors nommé par le Saint Siége à l'Evêché de Babylone, avec la qualité de Vicaire Apoftolique. Louis XIV. le choifit en même tems pour être Conful de la Nation jFrançoife en Perfe. L'opinion que l'on avoit de la fainteté de ce Prélat, jointe à fes autres titres, d'honneur & de- dignité* qui lui attiroient le refpecl & la vénération de tout le Pays, furent autant de motifs qui déterminerent les Catholiques à&Nachiran à recourir à ce faint Evêque , pour faire porter leurs trèshumbles Requêtes au Thrône du Roi de France r Dieu bénit leurs intentions. Le Prélat fut fi touché de la mifère extrême , où la dureté & l'avarice des Infidéles les avoientréduits, qu'il en écrivit au feu Pere de la Chaife, pour l'engager d'être auprès du Roi, l'avocat & le protecteur de ces fidéles & fervens Chrétiens.

Le Pere de la Chaife, qui connoiflbit mieux que perfonne les difpofitions du cœur de ce grand Prince , lui fit le rapport de leur Requête, & de la Lettre de fon Conful. Il n'en fallut pas davantage pour intéreffer le Roi à» leur foulagement. Il prit à l'heu" re même la réfolution d'écrire1 une lettre en leur faveur au Sophy, & chargea en même tems un de fes Miniftres d'écrire pour le même fujet au premier Miniftre du Roi de Perfe : il fit plus; car il voulut joindre des préfens à fa Lettre , & ordonna qu'on préparât ceux qu'on croiroit devoir être les plus agréables à Sa Majefté Perfienne. On fit faire des ouvrages à reflbrt, tels qu'on n'en avoit point encore vu, nonfeulement en Perfe, mais même en France. Ces ouvrages étoient de grandes montres qui avoient trois pieds de face, ou environ. Ces montres repréfentoient à chaque moment le mouvement ordinaire du Soleil lur fon Zodiaque , & celui de la Lune, leurs Eclipfes ,1e mouvement des Planétes , & leur conjonction ; les

« 이전계속 »