페이지 이미지
PDF
ePub

on lui fit perdre la vie dans laprifon.

Depuis ce tems-là, l'Arménie fait une partie aflez confidérable de l'Hiftoire Romaine, fur-tout à l'occafion des guerres entre les Romains & les Parthes, puis entre les Grecs & les Perfes.

Elle eut d'ailleurs beaucoup à ibuffrir des invafions des Sarrafins & des Tartares.Enfin,les Turcs & les Perfans, après s'être fait long-tems des guerres, fe font accordés à la partager entr'eux.

L'Hiftoire d'Arménie nous fait remarquer que ce Royaume a eu des Rois de la maifon des Arfacides jufqu'à Ardefciras ; qui fut le dernier, & qui regna du tems de l'Empereur Arcadius.

Les continuelles révolutions

qui agiterent l'Arménie pendant

plufieurs années, ont étéfuneftes

2 la Religion ; car elles ont abouti

Jomcllh g

à y introduire le Mahomctifm© qui y domine, & qui n'a pas peu contribué à faire périt jufqu'aux noms des plus anciennes Sx. célébres Villes , dont les Hiftoire^ deGréce & d'Arménie font l'éloge. En Gréce-, des Villes de Théo^ dofiopolis, Léontopolis, Sx. Juftinianopolis, en l'honneur des Empereurs Théodofe le Grand,Léon & Juftinien. Dans l'Arménie, 'des Villes de Vagarfciabatj, Thévin^ Charno ou Charni , Moaafchiert, Ani, Jocmuds. Vincent de Beauvais parle d'une Ville qu'il .nomme Ara , proche du mont Ararat , 6c où il y avojtt, dit-il, mille Eglifes, & cinquante mille familles.

Ce qui refte de ces Villes a changé de nom, Sx. ce font aujourd'hui les Villes d'Erzerom , Torzon , Aflankala , Béazit , Baybout , Erivan , Nafchivan , Zulpha , d'Arménie ; en forte qu'on ne peut comparer que fuc des conjectures légères l'état préfent de l'Arménie, avec celui où .elle étoit autrefois.

Les ouvrages de la nature y fubfiuent encore ; mais ceux des hommes y ont été détruits par le tems, ou ont été tellement défigurés , qu'après de longues & cuxieufes recherches , on ne peut s'aflurer d'avoir découvert quelque chofe de certain. On ne voit quelques reftes d'Antiquité qui foient configurables,, que dans un village nommé Ardachat t entre Erivan & le mont Ararat. L'o» croit que ces reûes ont été tirés dp la Ville d'Artaxarta.

Si les anciennes Villes d'Arménie ont été bâties comme le font les nouvelles , il neft pas étonnant qu'il n'en foit demeuré jaucun veftiee i car elles ne font conftruites que de terre foutenué par quelques morceaux de bois y qui y eft très-rare & très-cher.

Les murs des Villes & les Forts font d'une efpéce de brique féchée au foleil, & liée enfemble par le moyen d'un mortier , qui h'eft qu'une terre détrempée. Tous ces ouvrages font bien-tôt détruits par les pluies, & plus encore parce qu'on néglige de les réparer.

L'Arménie eft prefque toute environnée du montTaurus, des monts Pariades & Cafpiens , de l'Antitaurus , de Niphate , des monts Gordiens ou d'Ararat. Ces montagnes toujours couvertes de neige & de glace, y entretiennent un froid continuel. La nature du terroir, qui eft impregné de fel, contribue à l'augmenter: ainfi ce n'eft pas chofe rare d'y ypir neiger & geler au mois de.

Juin: par malheur pour fes Habitans, le bois y eft rare. Pour éviter la dépenfe d'en aller chercher bien loin , & pour avoir plutôt fait , ils n'allument que du chaume & de la bouze de vache, qu'ils ramaflent & font fécher au foleil. Mais pendant que d'un côté ils tâchent à fe défendre du froid avec ces matières combuftibles, ils ont à fouffrir de l'autre une odei# très-défagréable , qui infecte tout ce qu'on cuit. Toutes ces incommodités n'empêchent pas que le Pays ne foit allez bien peuplé, fon terroir étant très-fertile. Le nombre des villages y eft grand, mais les Villes y font peu confidérables.

Les Laboureurs n'ouvrent la terre qu'au printems , pour faire la récolte vers le commencement de Septembre. Leur ufage eft de faire les filions très-profonds > ce

« 이전계속 »