페이지 이미지
PDF
ePub

nât, & à fon miniftère , plus de confidération & de crédit. Il le chargea de fes Lettres pour le Sophy , & pour le Patriarche d'Echmiadzin. Le Roi dans fa Lettre au Patriarche , l'invitoic à fe réunir à l'Eglife Romaine , & lui repréfentoit dans les termes les plus touchans , l'honneur qu'il fe feroit devant Dieu & devant les hommes , s'il parvenoit par fon exemple, à ramener avec lui fon troupeau au véritable bercail, qui eft celui de Jefus-Chrift. Il l'affûroit en fîniffant fa Lettre, de l'affiftance du Pape, de celle de l'Empereur & de la fienne. Le Cardinal Primat , & les deux grands Généraux de Pologne, écrivirent auffi des Lettres au Patriarche fur ce même fujet.

Pétrofvitz, muni de ces puiffantes Lettres , partit de Pologne ; mais le Seigneur, dont les fecrets font impénétrables , l'arrêta au milieu de fa courfe. Il tomba malade en chemin , &c mourut avant que d'arriver à Erivan. Sa mort, & celle du Roi Sobieski, qui fuivit de près, détruifirent nos projets & nos efpérances; mais, graces à Dieu, elles fe relévenj: aujourd'hui à l'arrivée de quelques-uns de nos Peres Polonois qui font venus à Erivan , animés du zéle de Petrofvitz, pour cultiver nos Arméniens. Ils fe chargent du foin de cette Miffion en particulier, & nous efpérons que leurs travaux y produiront de grands fruits.

[ocr errors][graphic]

MEMOIRE

D E

LA MISSION

DERZERON.

I A Ville d'Erzeron eft la Capitale de la petite Arménie , dépendante du Turc. On compte en cette Ville fept ou huit mille Arméniens, & une centaine de familles Grecques ; elle eft le partage des Turcs &. des Perfans, & l'entrepôt du Commerce qui fe fait entre ces deux Nations. Ce fut cette confidération qui nous fit penfer à l'e'tabliflement d'une Miflion dans cette Ville : car, difions-nous, nous y trouverons à inftruire non feulement les Grecs & les Arméniens qui y habitent, mais encore tous les Etrangers qui vont & viennent ici fans cefTe par caravannes , & qui reporteront en* fuite à leurs compatriotes les inftructions qu'ils auront reçues de nous.

[graphic]

Mais avant que d'en venir a Fexécution de notre projet, nous crûmes devoir le propofer à Aide Guillerague , alors Ambaffadeur à la Porte, pour nous afr fârer de fa protection. Ce fidéle Miniftre du Roi , auffi attentif au progrès, de notre fainte Religion , qu'au fcrvice de fon Mai» tre , approuva notre deflein, & voulut bien fe charger de nous obtenir une Patente du Grandi Seigneur, pour nous mettre à couvert , autant qu'il feroit poffible , de toutes les avanies où les Prêtres étrangers, plus que tous autres , font continuellement expofés en ce Pays-ci.

Monfieur de Guillerague s'adrefla au Grand Vifir , & lui demanda de la part du Roi fon Maître , les Lettres qui nous étoient néceflaires pour nous établir à Erzeron. Elles furent promptement accordées. Il les remit au Supérieur des Miifionnaires , & joignit à ce bienfait toutes les marques d'une affection finguliere. Le Supérieur profita des circonftances favorables, pour envoyer deux Millionnaires à Erzeron ; le Pere Roche & le Pere Beauvoilier y furent deftinés. Ils y. arriverent au mois d'Août 1688. & fans perdre de tems , ils allerent préfenter au

« 이전계속 »