페이지 이미지
PDF
ePub

qui les oblige d'atteler jufqu'à douze paires de bœufs à leurs charrues. Les vignes font couvertes de terre pendant l'hyver. Le vin qu'elles donnent jmériteroit qu'on les laifsât toujours en> terrées, tant il eft mauvais. L'eaude-vie qu'on en tire , ne vaut pas» mieux.

Au refte , l'Arménie ne fe reffemble pas en toutes fes parties. Pendant que les unes font*ltxpofées au grand froid , les autres fouffrent une chaleur exceilive-r Elle eft 11 grande à Erivan, que fes habitans font obligés de quitter la Ville, pour aller chercher le frais fur les montagnes voillnes. L'Arménie étant fituée entre le 3 7e & 41e degré de latitude, la chaleur y feroit univerfelle,.fi elle n'étoit extrêmement tempérée par les neiges abondantes des montagnes qui l'environnent.

CHAPITRE IL

Divijwn de F Arménie.

L'A R ME N 1 E eflt inégalement partagée entre les Turcs & les Perfans , qui fe la font difpUtée par de longues 6c fanglantes guerres. Les Turcs en pofledent une grande partie , dont Erzerom eft la Ville capitale. Les Perfans font maîtres de l'au* fre partie , dont la Capitale eft Erivan.

On croit communément qu'Erzerom eft l'ancienne Théodofiopolis : Procope prérend que Théodofe le Grand fe contenta de l'honorer de fon nom, en la laiffant ouverte comme un village ; mais que dans la fuite l'Empereur Anaftafe la ferma de mu

B iiij.

I

railles, & la mit en état de défenfe contre les Perfes. Cette opinion , qu'Erzerom foie l'ancienne Théodofiopolïs , ne peut s'accommoder avec la fituation que Procope lui donne : car cet Auteur ajoute que Théodofiopolïs étoit à 45 ftades, c'eft-à-dire, a deux lieues environ de la fource de l'Euphrate. Or il eft certain qu'Erzerom en eft beaucoup plus éloigné; car il eft fitué entre deux rivieres, qui vont fe joindre à trois journées au-deflous de cette Ville, & qui forment l'Euphrate de leurs conflfuans. L'une de ces rivieres coule à une journée d'Erzerom, & l'autre à une journée & demie. Quelques-uns prétendent que cette Ville eft l'ancienne Charno, que d'autres appellent Charni, où Héraelius revenant de fa glorieufe expédition contre les Perfes , affembla un

Concile des Evêques d'Arménie; mais peut-être que Charno fut le premier & l'ancien nom qui fut enfuite changé en celui de Théodofiopolis.

Quoi qu'il en foit, Erzerom eft au pied de la montagne, qui donne naifTance aux deux rivieres dont on vient de parler , & à quantité de ruifleaux qui viennent l'arrofer. La Ville a devant elle une belle & fertile plaine qui s'étend entre les deux premiers bras de l'Euphrate. Elle eft fermée d'une double-enceinte de murailles aflez mauvaifes , qui ont des tours d'efpace en efpace. Son Château bâti fur une hauteur n'eft guère en meilleur état : il eft commandé par une efpéce de donjon plus élevé, où l'Aga des Janiffaires loge, & commande indépendamment du Bacha.

On tient qu'il y a à Erzerom dix-huit mille Turcs , fept à huit mille Arméniens, & environ cinq cens Grecs. Ces derniers , ramaffés enfemble dans un Fauxbourg,. travaillent à faire de la vaiiTelle & des uftenciles de cuivre. Ils y ont une petite Eglife..

Les Arméniens en ont deux dans la Ville ; ils y exercent toutes fortes de métiers , & font commerce de marchandifes. Il n'eft pas permis aux Chrétiens d'avoir des maifons dans le Château ; & s'ils y vont pour leurs affaires , ou pour y travailler , ils font obligés d'en fortir avant la, riuit.

Cette Ville paroît d'autant plus

fieuplée , qu'il y arrive conunuelement des caravannes. Comme c'eft le paflage connu pour le plus sûr entre la Turquie & la Perfe,, il eft auffi le plus fréquenté :. ainfï Erzerom eft toujours rempli d'un

« 이전계속 »