페이지 이미지
PDF
ePub

flatter Alexandre, transporterent de Scythie le nom du Caucafe 9 & qu'Alexandre bâtit une Ville qu'il honora de fon nom.

Au refte, Alexandre n'entra jamais dans l'Albanie , qui étoit couverte par cette partie de la Médie , qu'Atropatos déroba à fes rapides conquêtes. Atropatos étoit un des Lieutenans de Da^ rius. La partie de la Médie qu'il fauva, fut appellée Médie Atropaténe, & il en demeura toujours le maître; & du tems de Strabon , fes fucceffeurs en étoient encore en pofleffion. vCette partie de la Médie, eft proprement ce qui s'appelle aujourd'hui le Guilan. On eft furpris de la méprife d'Oléarius, dans la relation de fon voyage de Perfe , quand il dit que le Sirvaneftaudeflus du fleuve Cyrus, ôc que la Médie Atropaténe étoit au-def» fous vers le midi. Il devoit même fçavoir que l'ancienne Arménie s'avaneoit entre l'urt & l'autre, pas loin de la mer Cafpiënne.

Retournons à Derbent. Cette? Ville eft fituéefurle penchant de' la montagne, & défendue par un château bâti au-deflus, où le Sultan fait fa réfidence. La plaine? jufqu'à la mer, retient le nom dd ville des Grecs, on n'y voit quei quelques mâfures dans des champs labourés.

On remarque encore que Derbent n'eft point ce qui s'appelloit anciennement les Portes dit Caucafe, qui, felon Pline, étoit vis-à-vis d'Harmaftis , Ville capitale de l'Ibérie. Ces Portes étoient un grand ouvrage de la nature ; car on voit , dit Pline, les montagnes fe féparer naturellement , pour laifler un pa(Ta>

ge entr'elles ; mais les peuples qui habitoient en-deçà de ce paffage, craignant , ajoûte Pline , les irruptions d'un peuple plus nombreux, qui habitoit au-delà , fermerent ce paffage par des portes armées de barres de fer, grofies comme des poutres, fous lefquelles paflbit le fleuve d'Yriodonis. Non contens encore de cette défenfe, ils firent bâtir fur le roç un château nommé Camania, qui les mettoit en toute fureté contre leurs ennemis.

Strabon, qui décrit afTez exactement quatre chemins pour entrer dans l'Ibérie , ne dit rien qui femble avoir quelque rapport avec ces portes fi mémorables, mais peut-être n'étoient-elles pas encore placées de fon tems. Vers le Septentrion, ajoûte-t-il, & du côté des Nomades, il y a trois jours à monter avec de grandes difficultés , & enfuite à defcendre dans un endroit étroit où coule le fleuve Aragm. Les extrémités de ce paflage font fortifiées d'une bonne muraille du côté de l'Albanie. Il y a un chemin anciennement raillé dans le roc, & un marais à pafler du côté de l'Arménie. C'eft une gorge ou un endroit étroit, où l'Araxégus tombe dans le Cyrus. Au-deflus de la jonction de ces deux rivieres , & fur les montagnes , font les villes d'Harmozica & de Saumara, ou Sufamora ; la premiere fuc le Cyrus, & l'autre fur l'Aragus: ce fut par ce chemin que Pompée, & enfuite Canidius, paflerent dans l'Ibérie.

Plutarque raconte que Pompée fe préparant à pourfuivre Mithridate , qui s'étoit enfui dans la Colchide , les Albanois convinrent de lui donner paflage; & que changeant de réfo1lution , ils entreprirent d'attaquer les quartiers où il avoit distribué fon armée pour pafler l'hyver.

A la fin du mois de Décembre, ils paflerent le Cyrus au nombre de quarante mille hommes d'Infanterie , & vingt- deux mille de Cavalerie; mais ils trouverent les Romains prêts à les bien recevoir, & ils furent entierement défaits , fans qu'il paroifle néanmoins que Pompée ait pourfuivi fa vi£toire , & qu'il foit entré dans leur Pays ; puisque de l'Arménie il paffa dans l'Ibérie , & de l'Ibérie dans la Colchide.

Bazou eft à quinze lieues audeffus de l'embouchure du Cyrus, fur le bord de la mer Cafpienne, à qui cette Ville donne auflî fon nom, & qu'on nom?

« 이전계속 »