페이지 이미지
PDF
ePub

Vers ce tems , l'Hiftoire dé cette Nation rapporte que l'Empereur Valentinien envoya une armée contre Sapor Roi de Perfe , & qu'il invita Arfaces Roi d'Arménie , à prendre les armes avec lui; mais qu'Arfaces ayant refufé de le faire, l'Empereur en fut tellement irrité , qu'il fit entrer fon armée en Arménie , y caufa de grands défordres, & fit mourir Tiridate , frere du Roi Arfaces. Arfaces en fut fi confterné , qu'il envoya le Patriarche Nierces, pour demander la paix à l'Empereur.

L'Empereur l'accorda en fst confidération ; enfuite de quoi Arfaces époufa Olympiade, fœur de l'Empereur.

Il faut remarquer ici que le nom d'Arfaces étoit apparemment commun à tous les Rois d'Arménie ;ce qui fait qu'on ne les 'diftingue pas aifément.

Celui dont nous parlons étoit Chrétien, & c'eft, felon toutes les apparences, celui à qui Julien l'Apoftat écrivit une Lettre menaçante, parce qu'il faifoitprofeffion de Chriftianifme ; fes. moeurs n'en étoient pas cependant meilleures: Dieu, ce femble, l'en punit; car il permit qu'il tombât entre les mains de Sapor, Roi de Perfe , fon vainqueur, qui lui fit fournir une dure prifon, dans laquelle il fe tua lui-même.

Les Hiftoriens Grecs & Latins font de grands éloges de ce Roi; mais les Arméniens en parlent très-mal, & comme d'un perfécuteur de leur grand Patriarche Nierces , parce que ce faint Prélat lui reprochoit fa vie licen-; cieufe.

Après la mort d'Arfaces, le Patriarche Nierçes obtint de l'Era^

Dy

[graphic]

pereur Théodofe , la Couronné d'Arménie pour Pabas , fils du dernier Arfaces ; mais le déreglement de fes mœurs lui ayant justement attiré les reproches de Nierces, il conçut l'exécrable deffein d oter la vie a celui à qui ih devoit la Couronne. Il le fit empoifonner la quatriéme année de ion Patriarchat, fur la fin du quatriéme fiécle : Dieu, ce femble, voulut venger la mort de fon ferviteur ; car Pabas s'étant révolté contre Théodofe, fut vaincu, & mené captif à Conflantinople , ou il fut maffacré. On comptoit ence tems deux mille quarante Monaftères en Arménie.

Les Rois îuccefleurs de Pabas,' tributaires des Perfans & des Romains , n'ont f ien fait qui foit digne de l'Hiftoire.

Le dernier des Rois A rfacides fut Ardaches , ou Ardachirus. Après fon regne, l'Arménie fut foumife tantôt aux Perfans, tantôt aux Grecs, & enfuite aux Sartafins & aux Tartares : elle voulut de tems à autre fe relever de fon efclavage ; mais il ne lui fut pas poffible de rompre abfolument le joug des Maîtres qui l'a-, soient fubjuguée.

La Foi s'y conferva encore dans fa pureté fous le Patriarchat d'Ifaac i de Zaven & d'Afbarakes, & jufqu'au tems du faint Patriarche Ifaac Second , fils de Nierces le Grand. Ce dernier Patriarche, & le Roi Ardachirus étant toujours demeurés attachés aux Romains , les Grands du Royaume formerent un parti contr'eux en faveur des Perfes, & vinrent àbout de les chalTer tous deux du Royaume.

Cette révolution funefte à l'Arménie , arriva fous l'Empire d'Ar

cadius. Cinq ans après , Ifaac fût rétabli fur fon Siége, & le tint onze ans. Il prédit fouvent aux Arméniens leurs malheurs, en punition de ce qu'ils abandonnoient leur Foi De fon tems vivoitun fçavant & célébre Moine , nommé Mefiob, ou Miefrobe , qui voyant que les cara&ères grecs ne répondoiênt pas aux diverfes inflexions de la langue Arménienne , inventa ceux qui y font aujourd'hui en ufage ; & on dit que faint Jean Chryfoftôme les approuva. '. i;.

Ifaac voulant lahTer de bons difciples à fon Eglife , fit choix avec le Moine Mefrob, de ceux qui leur parurent les plus capables d'être perfectionnés dans les fciences & dans la langue grecque.

. Ils les envoyerent à Athènes* Trois d'entr'euxs'y distinguerent; Moyfe le Grammairien, David Je

« 이전계속 »