페이지 이미지
PDF
[merged small][ocr errors]

SÉRIE DE DICTIONNAIRES SUR TOUTES LES PARTIES DÉ LA SCIENCÉ RELIGIEUSE,

OPTRANT EN FRANÇAIS, ET PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE,
LA PLUS CLAIRE, LA PLUS FACILE, LA PLUS COMMODE, LA PLUS VARIÉE

ET LA PLUS COMPLÈTE DES THÉOLOGIES.

CÉS DICTIONNAIRES SONT CEUX

D'ÉCRITURE SAINTE, DE PHILOLOGIE SACRÉE, — DE LITURGIE, DE DROIT CANON,
DES HÉRÉSIES, DES SCHISMES, DES LIVRES JANSÉNISTES, DES PROPOSITIONS ET DES LIVRES CONDAMNÉS,

— DES CONCILES, — DES CÉRÉMONIES ET DES RITES, —
DE CAS DE CONSCIENCE, - DES ORDRES RELIGIEUX (HOMMES ET FEMMES), — DES DIVERSES RELIGIONS, —

DE GÉOGRAPHIE SACRÉE ET ECCLÉSIASTIQUE, - DE THÉOLOGIE MORALE, ASCÉTIQUE ET MYSTIQUE,
- DE THÉOLOGIE DOGMATIQUE, CANONIQUE, LITURGIQUE, DISCIPLINAIRE ET POLÉMIQUE,

- DE JURISPRUDENCE CIVILE-ECCLÉSIASTIQUE,
- DES PASSIONS, DES VERTUS ET DES VICES, — D'HAGIOGRAPHIE, — DES PÈLERINAGES RELIGIEUX, -

D'ASTRONOMIE, DE PHYSIQUE ET DE MÉTÉOROLOGIE RELIGIEUSES, —
D'ICONOGRAPHIE CHRÉTIENNE, — DE CHIMIE ET DE MINÉRALOGIE RELIGIEUSES, — DE DIPLOMATIQUE CARÉTIENNE, -

DES SCIENCES OCCULTES, — DE GÉOLOGIE ET DE CHRONOLOGIE CHRÉTIENNES.

PUBLIÉE

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
EDITEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DO GLERGB,

ou

DES COURS COMPLETS SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE.

PRIX : 6 FR. LE VOL., POUR LE SOUSCRIPTEUR A LA COLLECTION ENTIÈRE, 7 FR., 8 FR., ET MÊME 10 FR. POUR LE

SOUSCRIPTEUR A TEL OU TEL DICTIONNAIRE PARTICULIER. .

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, ÉDITEUR,
AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D'AMBOISE, AU PETIT-MONTROUGE,

BARRIÈRE D'ENFER DE PARIS.

[merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

LES DIFFÉRENTES SIGNIFICATIONS DE CHAQUE MOT DE L'ÉCRITURE, SON ÉTYMOLOGIE, ET TOUTES LES DIFFICULTÉS
QUE PEUT FAIRE UN MÊME MOT DANS TOUS LES DIVERS ENDROITS DE LA BIBLE OU IL SE RENCONTRE; OU L'ON
EXPLIQUE LES HÉBRAÏSMES OU FAÇONS DE PARLER PARTICULIÈRES DU TEXTE SACRÉ, LES CONTRADICTIONS
APPARENTES, LES DIFFICULTÉS DE CHRONOLOGIE, L'HISTOIRE SAINTE, LA GÉOGRAPHIE, LES NOMS
PROPRES DES HOMMES, DES VILLES, L'ARCHÉOLOGIE SACRÉE, LA THÉOLOGIE DOGMATIQUE ET
MORALE, ETC., AVEC TOUT CE QUI PEUT FAIRE ENTENDRE LE SENS LITTÉRAL ET
MÉTAPHORIQUE, EN SORTE QUE RIEN NE PUISSE ARRÊTER LE LECTEUR QUI Y AURA
RECOURS; ON Y VOIT AUSSI , ENTRE PARENTHÈSES, LE MOT GREC DES SEPTANTE,
QUI RÉPOND A LA SIGNIFICATION DE CHAQUE MOT LATIN, AVEC L'EXPLICATION
DE CE QUE PORTE LE SENS DE L'HÉBREU ET DU GREC QUAND IL EST

DIFFÉRENT DE CELUI DU LATIN DE LA VULGATE,

PAR HURÉ.

Suivi du
DICTIONNAIRE DE LA LANGUE SAINTE,
CONTENANT TOUTES SES ORIGINES OU LES MOTS HÉBREUX TANT PRIMITIFS QUE DÉRIVÉS, AVEC DES OBSERVATIUNS

PHILOLOGIQUES ET THÉOLOGIQUES;
LIVRE TRÈS-COIRIEUX ET NÉCESSAIRE A CEUX QOI N'ENTENDENT PAS LA LANGUE BEBRAIQUE,
Ecrit en anglais par le chevalier Leigh, traduit en français et augmenté de diverses remarques

PAR LOUIS DE WOLZOGUE.
RETU, AUFWESTES DE NOUVBAU BI ACITALIS PAR M. PRIPESIFESTI.

PUBLIÉE

PAR M. L'ABBÉ MIGNE,
ÉDITEUR DE LA BIBLIOTHÈQUE UNIVERSELLE DU GLERGĖ,

OU

DES COURS COMPLETS SUR CHAQUE BRANCHE DE LA SCIENCE ECCLÉSIASTIQUE. CES DIFFÉRENTES PROPRIÉTÉS FONT, DE CES DEUX OUVRAGES, TOUT A LA FOIS, UN DICTIONNAIRE, UNE CONCORDANCE, UNE PARAPHRASE ET UN COMMENTAIRE.

I VOLUMES IN-40, – PRIX : 28 FRANCS.

TOME DEUXIÈME.

S'IMPRIME ET SE VEND CHEZ J.-P. MIGNE, ÉDITEUR, AUX ATELIERS CATHOLIQUES, RUE D’AMBOISE, AU PETIT-MONTROUGE,

BẠRRIÈRE D'enfer DE PARIS.

1846

Imprimerie MIGNE, au Petil-Montrouge.

DE

PHILOLOGIE SACRÉE.

[ocr errors]

E. Voy. Es.

autres mangent et boivent avec excès. 1. EA. Voy. Js.

Reg. 1. 14. Act. 2. 15. etc. EADEM. Voy. IDEM.

2 Ivrogne, adonné au vin. Isa. 28. v. 1. EBAL, Heb. Acervus vetustatis. Voy. He- 3. Væ coronce superbiæ, ebriis Ephraim : M. - 1. Fils de Jectan, el petit-fils de He- Malheur à la couronne d'orgueil, aux ivrober. Gen. 10. 28. aut. Hebal, comme, 1. Par. gnes d'Ephraïm. Joel. 1. 5. Expergiscimini, 1. 22. - 2 Second Gils de Sobal, et petit-fils ebrii: Réveillez-vous, bommes qui vous enide Seïr. Gen. 36. 23.

vrez de vin el de délices : d'autres l'entenEBENINUS, A, UM. Voy. HebENINUS.

dent de l'abondance où ils étaient de toutes EBIBERE; Enriver». Boire tout : dans l'Ecr. choses. il signifie dans le sens métaphorique :

3° Qui est plein, rassasić, qui regorge. Epuiser. Job. 6.4. Quarum indignalio ebibit Apoc. 17. 6. Vidi mulierem ebriam de sanguine spiritum meum : L'indignation que le Sei- Sanctorum : Je vis celle femme enivrée du gnear répand sur moi épuise mes esprils; sang des saints : Ce qui s'enlend de l'ancienne Hebr. Le poison des lèches dont le Seigneur Rome qui s'est soulée du sang des marn'a percé, épuise mes esprits : Le Grec Oumos, tyrs. Deul. 29. 19. Ne absumat ebria silientem qui répond à camah, signifie poison, et co (o anapowiós tóváva pápentov): De peur qu'enivré

de celte erreur, il n'entraine avec lui les inno-' EBRIETAS, ATIS ; uébuone.

cenis ; Hebr. de peur que l'âme qui est remIvresse, excès de boire (eis supposúvno, ad plie et comme enivrée de ses iniquités, n'enhilaritatem). Eccli. 31. 35. Vinum crealum est traine les innocents : C'est le sens des Sepson in ebrietatem : Le vio a été créé dès le tanle. Voy. ABSUMERE. L'impiété est comparée commencement pour être la joie de l'homme, à l'ivresse, et l'état contraire à la sobriété et et bon pour l'enivrer. Prov. 20. 1. c. 31. à la soif. 4. elc.

4° Alligé; aballu de maux. Isa. 51. 21. 1. Un breuvage qui enivre ( oirspu) Isa. 5. Audi hoc, paupercula et ebria non a vino : 22. Væ viri fories ad miscendam ebrietatem : Ecoutez-moi, pauvre Jérusalem, enivréc de Hebr. sechar : Malheur à vous, qui êtes vail- la coupe de la vengeance de Dieu, et non pas lants à vous enivrer. Voy. Miscere.

de vin. 2. Aveuglement d'esprit, étourdissement EBULLIRE, £x6páčelv, bouillir, bouillonner, comme celui que ferait l'ivresse. Jerem. 13. s'enfler en bouillant, dans l'Ecr. il signifie 13. Implebo omnes habitatores terræ hujus dans le sens métaphorique, eorietale : Je remplirai de vin et d'ivresse 1• Sortir en foule, fourmiller. 2. Mach. 1. tous les habitants de celle terre : Dieu mic- 12. Ipse ebullire secil de Perside eos qui punace les Juifs de la sévérité de ses châti- gnaverunt contra nos et sanctam civitatem : manis qui les réduirait en un tel élat, qu'ils Ce fut Antiochus qui fil sortir de Perse cello seraient comme des personnes ivres, dans le multitude de gens qui combaltirent contre dernier trouble, sans jugement et sans sen- nous et contre la ville sainte. liment. Ezech. 23. 33. Mich. 2. 11.

2° Faire sorlir en grande abondance, réEBRIOSUS, A, UM; pidusos. Ivrogne, adonné pandre adondammeni ( deepɛuyelv). Exod. 8. 3. a l'ivrognerie, sujet à s'enivrer. 1. Cor. 6. Ebulliet fluvius ranas : Le fleuve produira 10. Neque ebriosi, neque maledici regnum Dei une infinité de grenouilles ; l'exécution de possidebunl: Ni les ivrognes, ui les médisants celle menace que fait Moïse à Pharaon se De seront point héritiers du royaume de Dieu. voit v. 6. Ainsi, 1. Reg. 5. 6. La métaphore 6. 3. 11. Éccli. 19. 1. etc.

est lirée des eaux qui sortent d'une source à EBRITS, A, UM: ueluwy, ovca. Ce mot vient gros bouillons. Prov.15.2.0s fatuorum ebulde bria, ou ebria, qui élait un vase qu'on lit slulliliam (avayyede) : La bouche des inremplissail de vin.

sensés se répand en folies el en impertinen. 1'Ivre, qui a bu avec excès (ue ouexóuevos). 1. ces, Alless. 5. 7. Qui ebrii sunt, nocte ebrii sunt : EBUR, ORIS, de barrus, eléphant, ou pluleur qui s'enivrent, s'enivrent durant la tot de havar, blanc, blanchir. l'ivoire est nuit. 1. Cor. 11. 21. Alius quidem esurit, alius blanc. wulem ebrius est (ue OÚrzelv, ebrium esse) : Les Ivoire, ce sont les dents de l'éléphant; 3. D'ont rien à manger, pendant que les Reg. 10. 18. Fecit rex Salomon thronum de

DICTIONN. DE PAILOLOGIE SACRÉE. II.

« 이전계속 »