페이지 이미지
PDF
ePub

La main de cet esprit farouche,
Qui sorti des ombres d'enfer
D'un coup sanglant frappa sa bouche ,
A peine avoit laissé le fer ;
Et voici qu'un autre perfide,
Où la même audace réside,
Comme si détruire l'Etat
Tenoit lieu de juste conquête ,
De pareilles armes s'apprête
A faire un pareil attentat.

O soleil, ô grand luminaire !
Si jadis l'horreur d'un festin
Fit
que

de ta route ordinaire
Tu reculas vers le matin
Et d'un émerveillable change
Te couchas aux rives du Gange;
D'où vient que ta sévérité
Moindre qu'en la faute d'Atrée,
Ne punit point cette contrée
D'une éternelle obscurité ?

[ocr errors]

Non, non, tu luis sur le coupable,
Comme tu fais fur l'innocent;
Ta nature n'est point capable
Du trouble qu'une ame ressent;
Tu dois ta flame à tout le monde ;
Et ton allure vagabonde,
Comme une fervile action
Qui dépend d'une autre puissance,
N'ayant aucune connoiffance ,
Na point aussi d'affection.

Mais, ô planette belle & claire!
Je ne parle pas sagement;
Le juste excès de la colere
M'a fait perdre le jugement.
Ce traître, quelque frenesie
Qui travaillât sa fantaisie,
Eut encore affez de raison
Pour ne vouloir rien entreprendre,
Bel aftre, qu'il n'eût vû descendre
Ta lumiere sous l'horizon.

Au point qu'il écuma sa

rage; Le Dieu de Seine étoit dehors A regarder croître l'ouvrage Dont ce Prince embellit ses bords. Il se refferra tout à l'heure Au plus bas lieu de la demeure; Et ses Nymphes deffus les eaux Toutes sans voix & sans haleine, Pour se cacher furent en peine De trouver assez de roseaux.

La terreur des choses passées
A leurs

yeux

se ramentevant Faisoit prévoir à leurs pensées Plus de malheurs qu'auparavant ; Et leur étoit si peu croyable Qu'en cet accident effroyable Personne les pût secourir , Que pour en être dégagées Le ciel les auroit obligées $'il leur eût permis de mourir.

Revenez , belles fugitives ;
De quoi versez-vous tant de pleurs ?
Affûrez vos ames craintives,
Remettez vos chapeaux de fleurs;
Le Roi vit , & ce misérable,
Ce monstre vraiment déplorable,
Qui n'avoit jamais éprouvé
Que peut un visage d’Alcide,
A commencé le parricide :
Mais il ne l'a pas achevé.

Pucelles, qu'on se réjouiffe ,
Mettez-vous l'esprit en repos.;
Que cette peur s'évanouïsse ,
Vous la prenez mal - à - propos ;
Le Roi vit, & les destinées
Lui gardent un nombre d'années,
Qui fera maudire le fort
A ceux dont l'aveugle manie
Dresse des plans de tyrannie
Pour bâtir quand il sera mort.

o bienheureuse Intelligence ,
Puissance quiconque tu sois,
Dont la fatale diligence
Préside à l’Empire François !
Toutes ces visibles merveilles
De soins, de peines & de veilles ,
Qui jamais ne t'ont pû lasser,
N'ont-elles

pas

fait une histoire, Qu'en la plus ingrate mémoire L'oubli ne sçauroit effacer?

Ces Archers aux casaques peintes
Ne peuvent pas n'être surpris,
Aïans à combattre les feintes
De tant d'infideles esprits.
Leur présence n'est qu'une pompe ;
Avecque peu d'art on les

trompe :
Mais de quelle dextérité
Se peut déguiser une audace,
Qu'en l'ame aufli - tôt qu'en la face
Tu n'en lifes la vérité?

« 이전계속 »