페이지 이미지
PDF
[ocr errors][ocr errors]

cristaline couloir sur un fable doré. La beauté de cette eau , comme elle avoit soif, lui inspira l'envie d'en boire ; elle fut obligée de découvrir son visage. Le Prince en fur charmé, & trouva qu'elle étoit encore plus belle que le portrait que la Gouver. nante lui en avoir fait. Lorsqu'il fut de retour à la ville, il alla trouver le Roy, & lui dit qu'il avoit refolu d'épouser la fille du

d'autant plus de raison, qu'il avoit perdu l'esperance que son fils trouvật jamais une femme qui lui plût.Il fic venir son Vizir, & lui ayant declaré l'amour que ce Prince avoit pour la fille , ils conclurent entre eux le inariage; mais pour des raisons particulieres la celebration en fur differée à un autre tems. Cependant le jeune Prince

qui qui étoit toûjours fort amou. reux de la Demoiselle , souhaitoit de tout son cøur l'heureux moment de la posseder. Il évoit la permission de lui rendre visite, & cette vûe ne servoit qu'à redoubler sa passion, & à lui faire fouffrir toutes les peines que reffent un amant qui ne possede pas encore l'objet qu'il aime. Les choses étoient en cet état, lors que le Roy tomba malade , & mourut en quinze jours de cems. Ce malheur dérangea un peu nos aman's. Il falut Tonger aux funerailles de ce Prince , & à faire couronner son fils. Quand tout cela fut fait, le nouveau Roy ne fongea plus qu'à faire

[ocr errors]

avoit ell de la perte du feu Roy son pere. Il esperoit de goûter d'abord avec lon épouse toutes les douceurs qu'un amour légi. time permet à de nouveaux ma. riez ; & voulant se servir du prie 'vilege que cette qualité lui don. noit: Seigneur, lui die la Reine, bien que j'aye l'honneur d'ê. tre votre femme, & qu'il soit juste que je consente à ce que vous souhaitez de moi ; neanmoins avant que de vous rien accorder , je vous supplie par cette tendreffe que vous me té. moignés, d'avoir la bonté de faire mettre mon nom auprès du vôtre sur la monnuïe que l'on frappe dans vos Etats..

Le Roy surpris de cette prie. .re , & jugeant qu'il ne pouvoir

pas avec honneur la lui accorder: Madame, lui dit-il, s'il y a quelque exemple qui justifie que

mes predeceffears i'ayant fait, vous pouvez compter que vous aimant au point que je vous aime , je vous accorderai avec plaisir ce que vous me deman. dés; mais comme cela ne s'est ja. mais pratiqué dans mon Roïau. me, ni dans aucun Erar du mon. de, je vous prie de m'en dispenser. Je n'aurois jamais crû , Sei. gneur, répondit-elle, que vous m'eusliez refuse la premiere grace que je vous demande. Et puilo, que je reconnois que vous n'avez gueres d'amour pour moije: ne dois pas en avoir davantage: pour vous, étant juste qu'ayant: aurant d'égard que vous en a. vez pour votre honneur , j'en aye aussi pour la conservation

du mien.Cerre réponse, qui étoit ; un peu trop forte pour une fem. me à son mari, donna d'abord quelque chagrin au Roy , maiss

« 이전계속 »