페이지 이미지
PDF

regea si bien cette Princesse,que ces animaux loin de lui faire le moindre mal , lui firent mille caresses. Ce bonheur fur suivi d'un autre qui n'étoit pas moins considerable ; car ayant levée une pierre qui bouchoir un trou qui donnoit dans le follé du Palais, elle s'enfuit par cet endroit , & marchant toute la nuit jusqu'au lever du Soleil, elle arriva dans la maison d'un Païsan qui gagnoit sa vie par le moyen d'un Singe. Cet homme lui aiant demandé qui elle étoit, elle lui répondit qu'elle étoit une pau

yre étrangere qui cherchoit un - Maître pour le servir:ce Païsan : la voyant presque toute nue en

eur compassion, & la prit à son service. Commeil découvroit de jour en jour beaucoup de mérite en elle, il l'adopta pour sa fille, & en eut un fort grand soin..

Cependant le Roy étant de retour dans la ville capitale, & ne voyant plus dans son Palais celle qui avoit fait le plaisir & le charme de fon cour,fut trèsfâché d'avoir été la cause de la perte. Son chagrin augmentoit sans cesse , & il en romba Gi dangereusement malade , qu'on voyoit en lui tous les signes d'u

ne veritable mort.', ... Le bruit de la maladie s'étant

répandu par tout son Royaume, vint jusqu'aux oreilles de l'ins fortunée Princesse , qui jugeant que son mal ne venoit que du regret de la cruauté qu'il avoit elle pour elle, dir à ce Païsan : Je sçai le moyen de guérir ce Prince, & de vous procurer une groffe fortune : vous irez , ajoutat-elle , à la Cour , & vous ferez entendre à ceux que vous y verrez, qu'encore qu'on n'ait pû jul- · beau de vos jardins , où vous demeurerez jusqu'à ce que votre mal foit guéri, & j'aurai l'honneur d'y aller en cas d'accident.

[ocr errors]

toutes ces choses. Il ordonna à l'intendant de ses bâtimens de faire construire une jolie maison dans le plus beau de ses jardins pour y loger quelque tems. Cet Intendant ayant executé les ordres qu'il avoit reçûs avec toute la diligence possible ; & le Prince fçachant que cette jolie maifon étoit achevée , s'y fit tranfporcer dans une litieře. A peine y fut-il arrivé, qu'il entendir le chant de mille oyseaux qui le divertirent extrêmement, de lorte qu'au bout de quelques jours il se trouva beaucoup mieux qu'il n'éroit. Le Païsan de son côté ne manqua pas d'y mener son Singe, qui fit cent gambades de.

vant le Roy, qui le firent rire plusieurs fois. Après que ce Prince s'en fut bien diverti, le Païfan mena fon singe à la cuisine, où il étoit seul :il le lia à un banc, & retourna trouver le Roy, pour tâcher de l'entretenir dans sa belle humeur. Comme il entroir dans la chambre du Roy , ce... Prince entendit quelque bruit dans la cuisine, & s'étant approché de la fenêtre , il vit que le singe s'étoiç delié & campé à côté d'unemarmite, où cuisoient enop'autres viandes deux bons chapons pour la table du Roy. Cer animal après avoir fait plusieurs manegesautour dela mar. mite, leva le couverclth & cira un chapon;enluire s'érant mis endis. position de le manger, un grand milan qui pafloit voyant cette prøye, firun rapide vol sur elle, lenleva de la patre du linge, en .

« 이전계속 »