페이지 이미지
PDF

2012

Oùï, sans doute , répondit fie. rement Patapon, & même plus utile & plus necessaire ; cár n'estil pas vrai que ces paisibles Solitaires vivent dans un répos assu. ré, & qu'exempts de crainte & de péril , ils prient doucement le Ciel pour le bien de la terre? Mais nous comme Soldats & "braves Cavaliers nous executon's ce qu'ils demandent ; & par le Frenchant de nos épées , & l'em"bouchure de nos pistolets, nous exterminons les brigands de la terre , non pas à couvert, mais en pleine campagne. Nous sommes exposez en Eté aux plus grandes chaleurs de la Canicule,

& en Hyver aux plus cruels fri--'matsde la Scychíe. Les travaux les

plus peniblés ne noùs font poine peur, parce que nous sommes** persuadez que le Ciel nous fait Vhonneur de Te servir de nous

[ocr errors]
[ocr errors]

i

pour exercer la justice sur la tero re. Et puisqué toutes les choses de la guerre & tout ce qui en dépend ne fe peuvent executer lans beaucoup de peines & de travaux , je ne comprends pas comment il se trouve encore au. jourd'hui des gens allez hardis. pour soutenir que les lettres L'emportent sur les armes. Quel. ques Docteurs qu'ils soient, ils . ne sont que de francs ignorans sur ce sujet. Les travaux de l'eta. prit, disent . ils, surpallenç ceux du corps ; le plaisant raisonné.. ment : s'agit-il ici d'un Croche. teur qui n'a besoin que d'un bon dos & de forces épaules) Non, non, un Cavalier doit être doué de beaucoup d'esprit & de juge. ment dans toutes les rencontres qui regardent så profeslion, Combien, par exemple, au liege: d'une ville , fáut - il que l'alle

geant & l'alfiegé faiient preuves , de leur bon sens & de leur prévoyance?.Pallons outre,& voïons. li par les seules forces corporelles nous pouvons découvrir les en. treprises de notre ennemi , faire de justes. conjectures des stratagêmes dont il pourroit se servir pour nous surprendre, prévoir les difficultez où il voudroit nous jętcer, éviter les pertes & lés dommages qui pourroient s'en suivre. Toutes ces choses sont àu. tant d'actions qui dépendent de l'esprit ausquelles le corps n'a point de part. Ét comme l'exer. cice des armes demande aussi bien de l'esprit & de l'entende. ment que celui des lettres , il reste presentement à voir lequel des deux esprits travaille le plus, ou celui de l'homme de lettres, ou celui de l'homme de guerre.. Pour bien examiner cette querer

[merged small][merged small][ocr errors]

de lettres, avec ceux qui font ordinaires à un Cavalier qui fait profession des armes ; & voyons qui des deux mérite d'emporter le prix . Le Chevalier Parapon pour

suivit son discours en li bons ter. -mes, qu'il fit quitter à ceux qui l'écoutoient l'opinion qu'il étoit fou. Et voyant que la compagnie prenoit plaisir à l'entendre, pour augmenter la joye qu'elle en té. moignoir, il continua fon discours de cette maniere. Il faut demeurer d'accord qu'il est necellaire d'employer bien des années , & soutenir bien des travaux pour réussir dans l'étude des lettres. Elles demandent une application assidue , sans autre profit que la satisfaction qu'elles donnent à l'esprit; en étudiant: on ne gagne point de bien. Quis conque s'applique aux lettres

« 이전계속 »