페이지 이미지
PDF

demander la bourlé ; j'en ay'tué deux à mon corps défendant, que vous trouverez morts sur le bord du chemin, & le troisiéme s'est fauvé dans le bois que vous voyez, en le lui montrant du doigr. etsii . 5L'action que vous avez faite, dit le Prevôt , eft juste & d'un :brave homme ; il vaut mieux tuer le diable, que le diable nous tle : mais au moins, Monsieur, apprenez moi, s'il vous plaît, vo. tre nom. Je me nomme, répon. dit, il, le Chevalier Patapon, le protecteur des bons , & l'extéraminateur des brigans & des mé. chans. Cela étant, repartir le Prevốt , vous aurez en ce paysdy dequoi exercer votre valeur, car il y a bien des voleurs & des affaflans. En achevant ces mots, le Prevôt prit congé de Patapon, & s'en alla au lieu où les voleurs étoient rucz. Il trouva cinq ou fix valets de grand che. 'min qui charitablement les defhabilloient , & s'enfuirent d'a. bord qu'ils apperçurent le Pre-vộ: avec ses Archers, ce qui lui fit croire que c'étoit sans doute les camarades de ceux qui étoient morts; il courut aussi.tôt sur eux avec les gens, & les err. veloppa si bien, qu'il les prit tous ;-après les avoir fait lier les uns aux autres avec des cordes, il les mena en triomphe dans la prison de la Ville la plus prochaine. Je ne sçai ce qui en eft arrivé , mais je crois qu'on ne leur aura pas fait de quartier, & qu'ils auront été la proye du Bourreau .' Laiffons faire à la Justice fon devoir , & rerournons au Chevalier Patapon, qui allant toujours fon chemin , vit une com

pagnie de perdrix assez près de lui. Il prit aufli-tôt son fusil, & tira au milieu d'elles. Il en tua heureusement trois que son valer alla ramasser , & les ayant fait voir à son maître, bon, ditil, cela pourra en cas de besoin nous fervir à souper. Peu après la nuit étant furvenue , ils furent obligez d'aller loger au premier village qu'ils virent. Ils entrerent dans une hôtellerie , où ils ne trouvèrent que du pain & du vin , avec un morceau de falé ; cela ne suffifoit pas pour des gens qui avoient bon appetit, & qui n'avoient rien mangé de tout le jour , c'est pourquoi Parapon donna ordre qu'on accommodât promptement les perdrix pour son soupé. Quand elles furent roties, on les lui fervit avec une bonne salade & de bon vin. Sur la fin du repas, le valer d'é. curie vint dire à Pacapon, Monsieur , vous avez là deux chevaux qui ont été à des voleurs, Il est vrai, répondit.il, mais ces gens là ne feront jamais de mal à personne, car je les ai envoyez bien loin d'ici. Ah ! Monsieur, reprit il, que vous avez bien fait, & que le public vous est obligé de l'avoir delivré de îi méchans hommés. Cela montre bien, repliqua Patapon, que l'on trouve quelquefois son maître, & que les méchans cherchent eux-mê. mes leur punition ; car si ces coquins là ne m'eussent point attaqué, je ne les aurois pas été cher cher, & ils seroient peur - être encore en vie. Mais le Ciel qui vouloir mettre fin à leur vie & à leurs crimes, s'est servi de moy pour les exterminer.

Quand Patapon eur soupé, il ordonna à fon valet de lui ap.

porter son fusil, avec ses pistos hers & ceux de ces voleurs avec leur valise , & d'avoir soin de faire boire & donner de l'avoine à ses chevaux. Cela ayant été fait lon valet fe rerira , & Patapon ouvrit la valise du voleur qu'il avoit tué. Il y trouva d'abord plusieurs belles cravares de mouffeline brodées d'or, & d'au: tres de dentelle de Malines , avec de beaux mouchoirs de toile des Indes , & douze belles chemises de toile de Hollande des plus fines garnies de dentelles, qui pouvoient bien valoir quatorze ou quinze pistoles chacune. Tout cela faisoit plaisir à Patapon qui n'avoit gueres de linge ; mais ce qui augmenta la joye , fur de trouver au fond de la valise une boëte où il y avoit des diamans, des rubis, des émeraudes, & des Turquoises de la

vieille

« 이전계속 »