페이지 이미지
PDF

diner. Patapon en fut très. content. Il crouva la foupe merveilleuse, le carré de mouton tendre & dé bon gout, la fricassée bien faite , & le vin excellent. Le repas étant faic Parapon comprą. avec l'hôte, le payá genereusement, monta à chevať, & partit avec son valet.

Ils firent huit lieues l'aprèsdinée fans débrider ; & la nuit les ayant surpris dans un petit Hameau , ils y resterent & entrerent dans une hôtellerię où il n'y avoit pas grande chofe à manger; ce qui obligea Parapon de donner à l'hôtelle le gibier qu'il avoit tué, avec ordre de le faire cuire pour son souper. On commençà d'abord par l’oye , comme étant la piéce la plus grosse & la plus longue à cuire. Ensuite on pluma le phéfan & le pluvier, qui étant lardez furent mis à la broche : on fit bon feu, & le tour fut bien-tôt cuit en même tems. Alors on servir le souper. Patapon voyant qu'il y avoit à man. ger plus qu'il n'en faloit pour lui , envoya dire à l'hôtelle de monter ; elle vint aussi-tôt, & il la pria de souper avec lui. Com. me son mari n'étoit pas dans la maison , étant allé à huit ou dix lieues chercher de la marchan. dise, & que d'ailleurs elle aimoic la joye, elle ne s'en défendit pas beaucoup. Enfin après quelques prieres de la part de Parapon, elle fe mit à rable auprès de lui. On donna fortement sur l'oye & sur le phesan, qui se trouve. rent fort bons & bien cuits. Tour cela fut arrosé d'un vin qui étoit très excellent, dont on but lar. gement. L'hôtesse éroit fort jolie, elle avoit de l'esprit & chántoit agréablement. Dans ce cems Parapon demanda du vin , & en fit verser dans le verre de l'hôtefle , qui chanta aussi-tôt une chanson, donc les paroles amou. reuses & bachiques plurent extrêmement à Patapon , qui dic à l'hôtesse qu'elle charmoit également les yeux & les oreilles. Ravie d'entendre des louanges fi obligeantes, elle ôta un mou. choir qu'elle avoit sur son col, qui découvrit la plus belle gorge du monde. Il falut pour lors que la valeur de Parapon rendîc les armes à l'amour, & de vainqueur qu'il avoit toujours été, il fut à son tour yaincu.

Patapon qui ne vouloit pas que fon valet fût témoin de ses tendresses, lui dit de déservir , & de faire serrer le pluvier auquel on n'avoit pas touché, pour le lendemain 'déjeuner. Le valet voyanc qu'il n'y avoit personne

ONU

[ocr errors]

qui sont comptees par l'amour ou par bacchus sont toujours des heures bien courtes.

Cependant il falur fe coucher. La chambre de Patapon éroit proche de celle de l’hôtesse , & il n'y avoit qu'une simple tapis ferie qui les separoit. Patapon fur les quatre heures du matin , se leva pour aller donner le bon jour à l'hôteffe, & lui renouveller les sentimens d'amour qu'il lui avoit témoignés le soir. Comme elle avoit vû la difference qu'il y a des caresses d'un amant d'avec celles d'un mari , elle reçut Patapon à bras ouverts. Peu après lui ayane témoigné qu'il alloit partir , elle fe teva aussi tôt & se jetta à son cou , en lui disant que s'il avoit quelque amitié pour elle , il voulût remettre au moins son départ au lendemain. Patapon y consentit , &

« 이전계속 »