페이지 이미지
PDF

comme des rubis. Or il faut sçavoir que les chiens d'Afrique font plus méchans que les lions ; & il semble que la nature leur ait donné cette qualité redoutable pour defendre les hommes contre les attaques & la ferocité de ces bêtes cruelles: D'abord que ces deux fiers animaux furene lâchez & en presence l'un de l'autre , avant que d'entrer en lice pour combattre , le chien d'Afrique se mit sur son cul, & passant la pate sous son nez com. me si c'étoit pour retrousser la -moustache que son maître luy avoit faite, regarda son ennemi fort tranquillement. Le dogue voyant cette action , aboya aulfi-tôt, & courut sur le chien d'Afrique ; mais celui-ci fans branler de la place se tint ferme, & lui donna comme par mépris un, i soufflet de sa patte gauche, la

AZ

droite érant toujours occupée à retrousser sa moustache. Cependant voyant que le dogue vouloit le mordre, il s'éleva sur les deux jambes de derriere pour le prendre au col. Le dogue en mềme - temps fe dressa fur les siennes, & ils se donnerentl'un à l'autre de rudes coups de dents. Le chien d'Afriqué en colere de cette résistance, fauca par dessus le dogue, & revint à la charge en hurlant d'une maniere épouvantable. Le dogue animé au combat en fit de même , & se jetta encore à lui. Dans ce moment le chien d'Afrique luy donna de les deux pattes par les yeux , & le prix à la gorge , il te mit dessous lui , & alloit fans doute le devorer , lors qu’un hardi soldat qui se trou. ya là par hazard prit le chie d'Afrique par la gueule , & lu

desserrant les mâchoires avec les mains, sauva la vie au dogue. Chacun fur charmé de cette action , & sur tout le maître du dogue , qui donna une pistole au foldat pour reconnoître le fervice qu'il lui avoit rendu. Plufieurs personnes à son imitation lui firent des liberalirez, enforte qu'il s'en retourna chez lui fort content , & peut-être avec plus d'argent qu'il n'en avoit lorsqu'il en étoit forti. Cet exemple nous fait voir qu'il est toujours bon de rendre service aux gens, quand même on ne les connoîtroit point, parce qu'un petit service artire quelquefois plusieurs reconnoissances,

Dans ce temps parut une trolin pe de Bohémiens avec des violons, des castagnettes & des tambours de basques, qui dansoient en perfection des menuers & des

[ocr errors]
[ocr errors]

dorinoit beaucoup de plaisir à
voir, lorsque le Ciel dans un info
tant parut obscurci d'un nuage
affreux, & son obscurité percée
d'un grand nombre d'éclairs qui
étoient les avant-coureurs d'un'..
terrible orage. La crainte obli.
gea un chacun à se retirer ; &
comme la retraite fut precipi.
rée , les uns pour les autres ne
pouvoient quafi passer la porte
du Parc. L'orage enfin tomba
avec une telle abondance d'eau,
qu'il sembłoit que toutes les ca.
taractes du Ciel étoient entr'ou.
vertes pour fubmerger la terre.
Cependant ceux qui étoient
dans leurs carrosses s'en conso-
loient aisément, mais les autres
qui n'étoient pas à couvert, en
éroient fort chagrins. Dans ce
temps les caroffes prirent leur
file ; & comme ils alloient fort

ne des roues de celui de

« 이전계속 »