페이지 이미지
PDF
ePub

tions ont cependant duré quinze à seize secondes.'

Un second avantage de eet échappement, c'est qu'il 1748. ne s'y fait aucune chute de la roue de rencontre sur le N°. 481. régulateur, ou sur des palettes fixées sur fon axe : la courbe » vient rencontrer la dent en repos, la fait reculer, & toute la chiite se fait ensuite sur un obstacle entiérement étranger au balancier ;c'est-à-dire en X : mais dansl'échappement ordinaire , après avoir écarté l'une des palettes, la roue de rencontre tombe sur l'autre avec accélération; elle détruit par-là une partie du mouvement qu'elle venoit d'imprimer au balancier ; elle en dérange la vibration , & cetre chute occasionne en outre beaucoup d'usure ; c'est un défaut qui regne dans tous les échappemens qui ont paru jusqu'ici. w

La troisieme propriété de Ye'ckappement à détente est une compensation des inégalités du moteur supérieur , de beaucoup à celle que produit la construction ordinaire , fans qu'il foit befoin d'y mettre de l'huile, & fans aucun surcroît de frottement , il paroîtroit d'abord que n'y ayant qu'une moitié des vibrations libres pour une diminution donnée , le retard qui naît dans une des- montres de M. le Roy , devroit être moitié seulement de celui qui survient dans une montre ordinaire par cette même diminution. Pour entendre comment ce retard y sera encore plus diminué, il faut remarquer que non seulement une moitié des vibrations est totalement libre par le nouvel échappement, mais que de plus ces vibrations libres deviennent plus lentes que celles qui se font à laide de la force motrice, & du resfort spiral combinés ; d'où il suit que le retard, produit par la diminution de fotee motrice, décroît nécessairement & par la liberté d'une moitié des vibrations, & par le moins de temps employé pour chacune de celles qui se font à laide du spiral, joint à la force motrice.

Pour confirmer ce raifonnement, M. IeRoy adetendu

.. le í^rand resfort d'une de ces nouvelles momes, de façon 1748. qu'il n'y eut au haut de la fusée que la seule force qui se l\ 481. trou voit avant au grand diametre : ce'a n'a produit qu'un - rcrard de quarante cinq secondes à peu près en une heure; cependant h même opération faix fur une montre ordinaire y occasionne toujours un retard de trois minutes dans le même temps.

On a aussi trouvé que si ce spiral, le bahneier & Ic demi-cylindre C I, reliant dans la même íì.uaiio.r , l'on dérournoit la courbe A. E en tel'e forte que i'cxt.emite Efe trouvât vers S, & que la courbe tît recuìer la roue feulement de la quantité requise pour dégager X , alors la compenfation étoit parfaite , & l'opcrarion precédente 1.e produifoit aucun changemenfrdans la durée des vibrarons. Cetre propriété pourra être d'un grand ufage dans les ouvrages à ressôit spiral & à balancier, qui ne lo1u point portatifs.

Pour jouir de tous ces avantages, il a fallu donner une aut1e forme à la coulisse 2c au rarcau ; c'est ce que /Auteur a fait en diminuant considérablement les êtres, & cn évitant un défaut qui'fe rencontre dans la pratique ordinai.e. On y agit fur Ic rateau par le moyen d'un engrenage , dont le jeu fait fouvent croire que l on a avance ou retardé fa montre, tandis que le spiral est toujours resté de la même longueur.

Voici les nombres qui ont paru les plus convenables pour cette nouvcMe const1uction ; l'arrangement des roues entr'elles est représenté par la quadrature , fig. 1.

6 tours de ressort dans le bar1llet, favoir t tour & demi de bande,

3 & ; pour 6 tours de chaîne fur la fusée & un tour de reste. 50. dents à la roue de fusée , pignon de. ... 10

60. roue du centre, pignon de. . 1 o

41. troisieme roue , pignon de 7

38. quatrieme roue , pignon de, ...... . 7

Roue de rencontre 44; vibration en une heure 17143; arc parcouru par le balancier 1 80 degrés.

Le nombre des tours de chaque roue diminuant, leur N pignon en devient beaucoup plus gros j' on acquiert doutant plus de facilité pour augmenter le nombre de leurs ailes , qui dans les montres ordinaires ne peut jamais être assez grand pour procurer une force toujours uniforme.

La roue de rencontre , vu fa grandeur , pouvant avoir trois fois plus de dents que celles des montres ordinaires , un de ses tours équivaut à trois des autres : au lieu donc de faire comme celle-là près de 1ìx cents révolutions par heure , cl e n'en fait que deux cents, & le frottement de ses pivots diminue des deux'tiers.

Les huiles qui font à ces pivots venant à s'épaissir, l'obstaclc qu'ils apportent au mouvement est neuf fois mojns considérable 1 car le pignon ne faifant que le tiers du chemin , la force qui lui est appliquée devient trois fois plus grande pour vaincre la même résistance : mais comme au lieu d'être la même, cette résistance n'est que le tiers, l'efpace parcouru décroissant dans ce rapport, elle diminue dans une raifon doublée inverse.

Les mêmes avantages fe trouvant aussi dans les pivots de la troisieme Ôí la quatrieme roue, comme elles ne font point obligées de faire faire autant de révolution à la roue de rencontre, elles peuvent elles-mêmes en faire beaucoup moins ; au lieu de foixante-douze tours par heure que fait la roue de champ dans les montres ordinaires, celle qui lui répond dans cette nouvelle construction n'en fait que trente-six ; àc au lieu de neuf que fait la troisieme, celle-ci n'en fait que six.

L'on a aussi disposé les choses de façon que la montre allât lorsqu'on la remonte. Nota. La fusée est ajustée à canon , &: peut tourner librement fur fon arbre. Cet arbre porte un pignon de douze ailes, lequel engrene dans un aurjc de dix , tournant sur une vis à tige adapté sur la

i748. grande roue } ce dernier pignon engrène dans une roue à "•48l. lanterne de trente dents, ajustée dans l'intérieur de la mmm^m susée parallelement à sa base.

Lorsqu'on remonte la montre, on sait tourner le pignon de douze , qui, par le moyen "de celui de dix & de la roue à lanterne, fait tourner la susée en sens contraire, doit l'on voit, i °. qu'il faut remonter ces fortes de montres à rebours.

z°. Que le grand ressort a toujours fa même action sur la grande roue, quoiqu'on la remonte; parce que le point d'appui, par le moyen duquel la susée est remontée, savoir la vis à tige sur laquelle tourne le pignon de dix, est fixé sur la grande roue.

On avoit bien fait des susées par lesquelles les montres alloient en les remontant; mais il falloit pour remonter un temps six fois plus long que dans la construction ordinaire , & deux fois plus considérable que dans celle de M. le Roy.

Tous ces avantages ne font pas les seuls de cette construction ; il paroît que par la position de la roue de rencontre , i°. fans'aucune 'multiplication d'ouvrage , ses. pivots, comme ceux du balancier, font toujours abondamment pourvus d'hujle , & s'appuient, par leurs extré1 mités, sur des maderes dures ; cela ne peut se pratiquer dans les constructions ordinaires. z°. On supprime i'engrenage de la roue de champ toujours désavantageux, 3°. Lengreriage des deux dernieres roues se fajt dans le milieu de leur tige , les pignons y étant situés ; dans les montres ordinaires, il n'y a qu'un de leurs pivots quien fouffre l'estort : le trou dans lequel roule ce pivot s'ufç peu à peu j le changement o^ui en résulte dans ''engrenage

produic produit des irrégularités d autant plus conlidérables , que s les pignons font ordinairement fort petits.

Pour ce qui est de la puiílance régulatrice , le rouage * de cette montre étant plus uniforme ôc plus constamment le même,les frottemensy étant considérablement diminués, le régulateur devient nécessairement beaucoup plus puissant.

Dans les constructions ordinaires, le balancier est placé fort près d'un de fes pivots:dela naissent deux inconvéniens, les secousses violentes font casser ce pivot; il est de plus fujet à s'user, ainsi que le trou dans lequel il roule. Dam la nouvelle montre , le spiral étant situé près du coq, le balancier approche beaucoup plus du milieu de fa tige, les frottemens partagés deviennent moins dangereux, & le pi, vot fupérieur n'est plus si fujet à se rompre.

Le spiral ainsi placé devient beaucoup plus grand , d'où naissent des avantages dont M. de la Hire a parlé. ( Mémoire de ¥ Académie, année 1700).

M. le Roy avoue qu'il n'est pas le premier qui ait place fa roue de renconcre hors laçage. Feu M. Dutertre, Horloger , avoit mis dans fon échappement à deux balanciers, ces deux rochets fur la platine de dessus. Mais il avoit si peu en vue dans fa construction le principe qui a guidé M. le Roy dans la sienne , qu'au lieu de multiplier les dents de fa roue de rencontre , il les avoit au contraire réduites à six , & avoit ajouté une roue dans le mouvement,

RAPPORT DES COMMISSAIRES«

D1f. Vendredi 6 Septembre IJ48.

Mess1eurs Camus & Fouçhy ont parlé ainsi fur un échappement de M. le Roy , fils. Nous avons examiné, par ordre de l'Académie-, un nouvel échappement à repos, présenté par M. le Roy , fils, Une roue plate, fur le plan de laquelle est rangée une çout Rec. des Machines, Tomi y U, D d 4

« 이전계속 »