페이지 이미지
PDF
ePub

jaune , sans aucune âcreté & fans aucune autre qualité nuisible.

L'infusion de thé est le breuvage le plus commun dans ces royaumes. On le prend pur & fans sucre. L'usage ordinaire eft de présenter du thé vert aux personnes de qui l'on reçoit la visite , parce que ce thé est d'un goût plus agréable. Les gens du commun font bouillir des feuilles de thé dans un chaudron , qui se mer dès le matin sur le feu. Ils mertent une petite claie par-dessus , pour les retenir au fond , ou ils enferment ces feuilles dans des sachets; & ils ont toujours un vase d'eau froide tout prêt , pour refroidir la liqueur au point qu'ils la désirent. Au reste, la façon d'infuser le thé & de le préparer, differe, suivant qu'on le veut plus

ou moins bon.
Le thé
peut

être gardé long-temps pourvu qu'il ait été bien séché, & qu'on ne lui laisse pas prendre l'air , qui en disliperoit les sels volatils. Les feuilles, pour être bonnes , doivent avoir une odeur douce, agréable & balsamique.

Les Chinois & les Japonois échangent volontiers leur thé contre notre petite Sauge, dont ils connoissent les qualités

bienfaisantes. En effet , fi cette plante croissoit aux Indes, nous l'estimerions beaucoup; mais parce qu'elle est commune parmi nous, nous y faisons peu d'attention; & cet ancien proverbe latin est presque oublié.

Cur morietur homo , cui crefcit falvia in horto ?

DU GIRO FLE,

DE LA MUSCADE,

ET DE LA CANNELLE. Le clou de girofle est le fruit ou la. graine d'un arbrisseau qui se trouve particuliérement aux isles Moluques. L'odeur de ces clous, qui est aussi répandue dans les feuilles , est si forte , quoique très-agréable , qu'elle se fait sentir en abordant dans ces Illes. Le giroflier est dur, branchu , & garni de beaucoup de feuilles. L'écorce reffernble à celle de l'olivier, & les feuilles à celles du laurier. Le fruit ne tombe de lui-même que l'année suivante; & dans l'espace de sept à huit ans, cet arbrisseau rapporte du fruit. On cueille les clous de girofle avant que les fleurs s'épanouissent; & comine les branches s'étendent fort au large, on bat celles que l'on ne peut atteindre , & le fruit tombe sur des linges que l'on étend, ou sur la terre, que l'on a nettoyée avec soin.

La noix muscade est le fruit d'un

arbre qui vient dans les mêmes pays que le girofle. Le muscadier est de la grandeur d'un poirier. Son bois est moelleux, & son écorce est cendrée. Ses feuilles ressemblent à celles du pêcher : elles sont verdâtres dessus , & blanchâtres deffous. L'odeur des fleurs & des feuilles est pénétrante & aromatique. Cet arbre vient facilement. Il y a plusieurs especes de noix. Celle qui est la meilleure & le plus en usage, est de la forme d'une olive, & s'appelle muscade femelle. La noix est couverte de trois écorces : la premiere est charnue, molle, pleine de fuc, épaisse d'environ un doigt , velue, & ressemble assez par ses nuances & ses taches à nos pêches & abricots. Sous cette écorce est une membrane mince, d'une substance huileuse , & d'une odeur fort agréable : c'est ce qu'on appelle macis en Europe, & que le vulgaire nomme improprement fleur de muscade. La troisieme enveloppe, qui est une coque dure, mince & cassante , contient le noyau , qui est la noix. Lorsque les noix sont mûres , on ôte la premiere écorce, dont on ne fait point d'usage, & on enleve le macis, que l'on fait sécher , & que l'on

met dans des sacs. On expose au soleil ou au feu les noix revêtues de leurs coques; & lorsqu'elles sont bien seches on les bat légérement pour les débarrasser de cette coque , qui s'en sépare en morceaux. On arrose les noix, pour éviter qu'elles ne se corrompent, avec de l'eau de chaux, faire de coquillages calcinés, que l'on détrempe dans de l'eau salée, à la consistance de bouillie claire. On y plonge deux ou trois fois les noix renfermées dans de petites corbeilles , jusqu'à ce qu'elles soient toutà-fait enduites de cette liqueur. Ensuite on les met en tas, où elles s'échauffent, & l'humidité surabondante s'évapore.

La cannelle est la seconde écorce d'un petit arbre très - commun dans l'ille de Céilan. L'écorce de sa racine a l'odeur du camphre, mais beaucoup plus douce. Le bois du cannellier est dur, blanc,& sans odeur. Ses feuilles, assez semblables à celles du laurier, ont l'odeur de cannelle. Ses fleurs sont petites, & disposées en gros bouquets à l'extrémité des rameaux. Leur odeur est très - agréable , & se fait sentir de fort loin. Lorsque la séve eft abondante, on détache & on jette l'écorce extérieure des jeunes

« 이전계속 »