페이지 이미지
PDF
ePub

par la penitence il peut appaiser la colere de son Juge, & prévenir les terribles effets de la haine & de ses vangeances: Quel aveuglement est-ce donc d'y demeurer plusieurs mois, & peut-être même plusieurs années ? Un homme alors pour peu qu'il écoute la foy & la raison, peut se dire à lui-même : Si je mourois dans l'état funeste où je suis, je n'aurois rien à attendre aprés la mort que l'enfer, c'est-à-dire , un malheur infini , un malheur éternel ; & à tous momens je puis mourir : dans ce moment même plusieurs aussi jeunes que moy, qui comptoient fur la vie autant que moy, meurent & sont une preuve sensible que je puis mourir. Je suis donc dansun danger certain & évi.

Fy

dent d'être infiniment & éter: nellement malheureux. Or un homme qui n'est ni aveut glé, ni insensé peut-il foutenir de semblables reflexionsavec tranquillité : & une pa. reille tranquillité ne doit-elle pas être regardée comme une Itupidité & comme une folie? Mais c'est une folie dont l'homme du monde le moins fensé n'est point capable à l'égard des moindres interests qui regardent l'honneur ou la fortune : il n'y a qu'à l'égard du fálut , c'est-à-dire d'un interest infini & éternel qu'on en soit capable. Dans tout le reste , dés qu'il fe présente une voye seure & aisée de sortir du danger, on la prend avec empreslement. La penitence est une voye seure & facile qui se présente à l'homme pere

[ocr errors][ocr errors]

cheur pour sortir du danger affreux où il est d'être éternellement malheureux; pourquoy donc differer de la prendre & apporter tant de pretextes pour s'en éloigner :

Quand on exhorte au reste à approcher souvent du Sacrement de Penitence, on ne prétend pas pour cela qu'il faille s'en approcher avec moins de préparation. On ne fçauroit en apporter trop pour se bien disposer à un Sas crement, de l'usage duquel dépend entierement nôtre falut. Car nous n'avons que deux chemins pour aller au Ciel, celui de l'innocence & celui de la penitence : or qui peut esperer d'y entrer par la voye de l'innocence ,'li ce n'est ceux que la tendresse de l'âge mer dans l'impuissance

de perdre ce precieux trésor, ou un petit nombre d'ames choisies, que Dieu par une protection particuliere a préservé de la corruption du fiecle ? Il ne reste donc à la plûpart des Chrétiens de refTource que dans la Penitence, qui eft , comme parlent les Peres, cette seconde planche que Dieu présente aprés le naufrage : secunda poft naufragium tabula. Rien par confequent n'est plus important que de se bien servir de ce moyen de salut, puisqu'il est le feul qui peut tirer les pe. cheurs du danger où le péché les a jertez. Mais plus le moyen est important , plus il est necessaire d'être parfaitement instruit de tout ce qui y a rapport , & de la maniere dont il faut s'en servir. Nous tâcherons de donner là-dessus des instructionis assez amples pour n'avoir pas besoin d'en chercher ailleurs. Nous parlerons de ce qui doit préceder la Confession, ou de la maniere dont on se doit préparer au Sacrement de Penitence : des deux parties que renferme ce Sacrement, c'està-dire, de la Contrition & de la Confession : & enfin de ce qui doit fuivre la Confession, ou de la Satisfaction.

De ce qui doit préceder la Con

fellion, ou de la préparation au Sacrement de Peritence.

Deux fortes de préparations sont necessaires au Sä crement de Penitence ; l'une qu'on peut appeller éloignée;

« 이전계속 »