페이지 이미지
PDF
ePub

personnes trés-vertueuses qui n'ont presque jamais cette douleur sensible de leurs pechez, quoyqu'elles en agent

toûjours un regret trés-sincemore ; ainsi c'est à tort que cer'taines ames timides & scrupuleuses s'inquietent sur ce défaut de sensibilité. Quand on n'a rien negligé de ce qui dépend de nous pour exciter une vraye douleur dans le cæur , il faut abandonner le reste à la misericorde de Dieu &demeurer en paix. Cette inquietude exceffive sur la bonté de są contrition, vient souvent d'un fonds d'amour propre qui voudroit avoir une certi: tude entiere fur une chose sur laquelle Dieu ne veut pas que nous en ayons, ou d'un orgüeil secret, qui a peine à souffrir l'humiliation de cette

terrible incertitude , ou du peu de confiance que nous avons en la Misericorde de Dieu.

Comme les difpofitions de toutes les personnes qui approchent duŝacrement de Penitence ne sont pas les mêmes,& que ce qui est propre à toucher les grands pêcheurs ne convient pas toûjours également pour exciter la douleur dans le cæur des personnes qui menent une vie plus réguliere & qui ne commettent que des fautes venielles ; nous mettrons ici deux formules differentes d'Axe de Contrition, qui peuvent par des confiderations & des motifs convenables à l'état & à la disposition d'un chacun, aider les uns & les autres à produire les sentimens d'une sincere &

parfaite douleur. Il ne faut pas se contenter de les lire ; mais en les lisant il faut mediter sur les motifs qui y sont expliquez ; les goûter autant qu'il dépend de nous, & faire eniorte que le cæur en loit touché & penetré.

ACTE DE CONTRITION, Propre pour les personnes qui ont

commis des pechez griefs. Vous ne m'avez créé, mon Dieu, que pour vous aimer, pour vous servir & pour me fauver , & j'ay vêcu jusques ici comme si je n'avois été au monde que pour vous offenfer & pour me perdre. Car si j'avois été destiné pour une fin si malheureuse , aurois-je gardé une autre conduite que celle que j'ay tenuë jusqu'à présent ? Vous avez fait en même-temps tout ce qui étoit necessaire de votre part pour in'obliger à vous aimer & à vous servir ; vous m'avez fourni tous les moyens qui pouvoient m'y aider ; vous m'y, avez engagé par une infinité de bienfaits ; vous m'en avez pressé par vos graces : mais helas ! j'ay negligé tous ces moyens ; & je n'ay répondu à tous vos bienfaits que par des ingratitudes, &à vos graces que par des infidelitez continuelles : de vos bienfaits même j'en ay fait souvent la matiere de mes crimes : vôtre patience à me souffrir dans mes désordres,& vộtre facilité à me les pardonner m'ont servi de motif & de raison pour vous offenser avec plus d'on

IS

piniâtreté. J'ay crû que je pouvois persister impunément dans mon iniquité, parce que j'étois persuadé que vous fe-... riez toûjours prêt à me faire grace & à me recevoir dés que je viendrois me préfencer à vous. De quoy doit-on s'étonner davantage, ou de l'excés de vôtre patience & de vôtre bonté, ou de l'excés de ma malice & de mon insolence ? L'une ne paroît pas moins incompréhensible que l'autre; mais la consideration de l'un & de l'autre doit également me couvrir de confusion, & penetrer mon coeur de la douleur la plus vive. .. :

Cependant, Seigneur, vous ne vous êtes point rebuté, quoyque vous eussiez tant de raison de le faire ; vous m'avez souffert malgré mon in.

« 이전계속 »