페이지 이미지
PDF
ePub

******3*X3 SIBE:BE%3E4383 CHAPITRE XIL.

De la Communion. I A majesté & la sainteté L de celui que nous recevons dans la Communion, les grands desseins qu'il a par rapport à nôtre fantification en fe communiquant à nous, les miracles qu'il opere pour accomplir ses desseins ; enfin nôtre bassesse & nôtre indignité, font autant de puissants motifs qui nous doivent engager à faire tous nos efforts pour nous préparer à le recevoir dignement. Si le Sacrement d’Eucharistie est le plus saint & le plus redoutable de tous nos Mysteres, la

Communion qui nous y fait participer est la plus importante , & doit être la plus fainte action de notre vie.

Quand nôtre Seigneur, au lieu de nous inviter à le recevoir souvent, ne nous auroit accordé la grace que de communier une seule fois dans la vie ; toute la vie, quelque langue & quelque fervente qu'elle fût , ne le seroit pas encore assez pour apporter de nôtre part une préparation proportionnée à la grace qu'il nous feroit. Mais fi par fa bonté cette faveur se réïtere plus fouvent à nộtre égard, le loin que nous devons avoir de nous y difpofer n'en doit pas être moindre. Que fautil donc penser de ceux, qui aprés une vie lâche & dissipée, & quelquefois criminelle ,

n'apportent à la Communion qu’une préparation trés-legere, & donnent à peine quelques momens pour se dispofer à une action si fainte. Ces deux paroles , Je dois Communier, si nous avions un peu de foy, & que nous fillions attention à la grace qu'elles renferment , feroient un frein pour arrêter tous les mouvemens déreglez de nos paffions & routes les saillies de nôtre humeur , & en mêmetemps un aiguillon pour nous exciter à la ferveur & à la pratique de toutes les bonnes æuvres & de toutes les vertus les plus propres à nous difposer à recevoir dignement Jesus-Christ. Lorsqu'on a del fein de Communier, il faut donc se redire souvent à foymême : C'est mon Dieu que

d. 1. Paralo

je dois recevoir aujourd'huy
il faut mediter à loisir ces pa-
roles de David, qui peuvent
fi bien s'appliquer à la Com-
munion : Opus namque grande 29.
eft , neque enim homini præpara.
tur habitatio fed Deo : l'action
que je vas faire est une action
importante ; car c'est à Dieu
même & non pas à un hom-
me qu'il faut préparer une
demeure.

De la maniere dont on doit fe

préparer à la Communion.

La préparation qu'il faut aporterà la Communion,confilte en deux choses: 10. Dans l'exercice des vertus qui sont les plus propres pour disposer le cæur à recevoir dignement Jesus-Christ. 20. Dans quelques autres pratiques qui

peuvent servir , & à purifier encore davantage le cæur, & à faciliter l'exercice de ces vertus.

Toutes les vertus nous rendent agréables à NotreSeigneur, il n'y en a aucune dont la pratique & les actes ne soient utiles, pour nous difposer à le recevoir dignement dans la Communion : mais comme la foy est celle qui excite pour ainsi dire & qui anime toutes les autres vertus, c'est celle-là sur tout dont l'exercice est necessaire , lorfqu’on songe à approcher de la sainte Table ; & c'est par le fecours & les lumieres de cette verta , qu'il faut faire alors les quatre reflexions suivantes , qui nous marquent les quatre principales vertus dont doit être orné le cæur

« 이전계속 »