페이지 이미지
PDF
ePub

seins qu'il a sur vous.

Enfin, avant qu'il vous quitte, vous lui direz comme Ja- forese za cob à l'Ange : Je ne vous lais- "uzi serai point aller, mon Sauveur , que vous ne m'ayez donné vôtre benediction, & l'assurance que vous accomplirez les desseins que vous avez eu en venant à moy, qui sont de m'unir parfaitement à vous, & de faire que je ne vive plus désormais que pour vous.

[ocr errors][merged small][ocr errors]

CHAPITRE XIII.

Du défaut particulier, ou de la

pasion dominante qu'on doit entreprendre de combattre chaque mois.

I IN des principaux soins

J d'un veritable Chrétien & d'un homme qui pense efficacement à son salut, est de travailler à la mortification de les passions, & à l'acquisition des vertus Chrétiennes. On ne peut faire l'un sans l'autre; car en travaillant à combattre & à détruire les passions , on travaille necessairement à acquerir les vertus contraires. Je ne puis proprement combattre ni vaincre l'or

güeil , que je n'acquiere l'humilité. Cependant, ceux qui commencent à entrer dans les voyes de la perfection , s’appliquent plus directement à combattre les passions , & ceux qui y sont un peu plus avancez, à pratiquer & à acquerir les vertus.

Les uns & les autres , pour réussir dans le dessein qu'ils se proposent , doivent chaque mois choisir en particulier ou un défaut à combatre , ou une vertu à acquerir; & il est à propos de commencer d'abord par le défaut qu'on doit regarder comme le défaut capital , & comme la passion dominante ; & aprés l'avoir détruit , on pourra travailler ensuite à acquerir la vertu qui y est opposée, & qui par cette raison est or

[ocr errors]

dinairement de toutes les vertus, celle qui nous est la plus necessaire.

Ce qui fait qu'il est si important de s'appliquer d'abord à combattre cette pafsion dominante, c'est qu'elle est la source la plus ordinaire de la plupart des fautes où nous tombons, qu'elle met de plus grands obstacles que toutes les autres à nôtre salut, à nôtre sanctification ; & qu’ enfin si nous ne la combattons de bonne heure , elle se fortifie tellement dans la suite qu'elle devient la maîtresse absoluë de nôtre cæur, & qu'elle rend quelquefois nôtre conversion moralement impossible.

Mais comme on ne peut la combattre , si on ne la connoît. Le premier soin doit être de la démêler entre toutes les autres passions ausquel. les nôtre cour peut être su. jet; ce qui n'est pas aussi facile qu'on pourroit d'abord se le persuader. Car ou cette palsion est encore foible, & alors elle ne se fait pas assez sentir pour la distinguer parfaite. ment, sur tout à une personne qui ne donne pas beaucoup d'attention aux mouvemens de son cœur: ou bien au contraire elle est deja si forte, qu'elle se fait trop sentir, & que par cette raison-là même, elle nous aveugle & nous empêche de la bien connoître, ou au moins de connoître les funestes suites qu'elle peut a. voir, & la grieveté des pechez où elle nous engage. · Quoy qu'il y ait de la difficulté à faire cette recherche,

« 이전계속 »