페이지 이미지
PDF
ePub

une pareille occasion à une personne que nous aimerions, & dont nous souhaitrerions sincerement le salut & la per. fection. Secondement, de son, der notre cœur pour voir ce que nous voudrions avoir fait nous-mêmes à l'heure de la mort,& lorsqu'il faudra paroî. tre devant Dieu:car alors l'on juge des choses , non pas selon les faufles lumieres de la palfion, mais selon les lumieres pures de l'Eternité où l'on va entrer ; & fi l'on agit fagement, l'on doit suivre soymême ce qu'on voudroit conseiller à un autre , & prendre dés ce moment le parti qu'au moment de la mort on Tour haitteroit avoir pris. . Il est à propos d'avoir enfuite recours à la Priere, pour demander à Dieu , que la le parti auquel nous nous som mes déterminez, est veritablement celui qui est le plus avantageux pour lon lervice & pour notre salut, comme nous l'avons crû de bonne foy, il nous affermisse de telle fofte dans la résolution que nous avons prise, que rien ne soit capable de nous la faire quitter.

Afin de ne point craindre de s'égarer en le déterminant soy-même, il ne faut pas manquer de communiquer à un sage Directeur tout ce qui s'est passé dans cette déliberation , & aprés lui avoir de claré les lumieres que Dieu nous a données , & le choix qu'on a fait, il faut soumet: tre tout à ses avis & à sa conduite."

.. mir ". Quand on doit déliberer

sur une chose aussi importante que sur le choix d'un état ou d'un employ , il est à propos de se retirer des embarras du monde & des occupations qui nous dissipent, pour faire une retraite de quelques jours ; car outre qu'il faut être dans le calme & dans le repos pour faire une deliberation aufli serieuse que celle-là , le Seigneur nous avertit lui-même, que c'est particulierement dans la solitude qu'il parle au cæur, & qu'il fait connoître ses volontez.

233*333 ESSERE SPA 03

CHAPITRE II.

De la maniere dont on doit se comporter dans son état ou".

dans fon employ. I. TL faut aprés un examen

suffisant pouvoir se répondre à soy-même, que c'est par la vocation de Dieu , & avec une intention droite & pure qu'on est entré dans l'état & dans l'employ où on se trouve. Si on s'aperçoit que l'intention n'a pas été assez épurée, il faut la rectifier & en prendre une plus sainte & plus chrétienne; mais si on trouve qu'il y a lieu de douter que le choix qu'on a fait vienne de Dieu alors,ou l'état

dont il s'agit est un état immuable , tel que l'est l'étac du mariage & l'état Ecclefrastique, ou c'est un état qu'on peut changer, comme celui de la robbe & celui de l'épée. Si c'est un étar ou un employ qui se puiffe changer; avant que de se déterminer, ou à le quitter , ou à y perfeverer ; il faut se servir des regles que nous venons d’ex. pliquer dans le Chapitre pré. cedent, pour connoître les desseins & la vocation de Dieu : si c'est un érat immuable, comme celui de l'Eglise, il faut que la perfonne qui reconnoît y être entrée sans vocation, tâche de reparer ce défaut : 10. Par son humilité , fe regardant devant Dieu comme un intrus & comme un homme qui s'est inge

« 이전계속 »