페이지 이미지
PDF
ePub

E88SE883:83*3838383

CHAPITRE X I. Des regles qu'on doit garder dans la conversation, es des défauts

qu'il y faut éviter. Il n'est peut-être point d'é.

cueil plus dangereux dans le commerce du monde, que celui de la conversation. Rien n'est fi difficile que de sçavoir converser chrétiennement, & que d'éviter les défauts qui se glissent ordinairement dans les entretiens que les hommes ont les uns avec les autres. Il faut être un homme parfait, dit l’Apôtre S. Jacques, pour ne pecher jamais en parlant ; & cependant on n'a qu'un vain phantôme de Religion, ajoûte le même Apôtre,quand on ne sçait pas gouverner sa langue. Je n'ay jamais conversé avec les hommes, disoit un grand Serviteur de Dieu, que je n'y aye perdu quelque chos se de ce que j'étois auparavant, & que je n'en sois devenu moins innocent, & moins vertueux. Il y a sur tout quatre défauts à éviter dans la conversation : l'inutilité, la van nité ou l'estime des faux biens du monde, la médisance & la licence des paroles qui blessent la pudeur.

Le premier défaut qu'on doit éviter dans la conversation, c'est l'inutilité. Nous sommes responsables à Dieu de l'usage que nous faisons de tous les momens de la vie, dont il n'y en a aucun qui nę doive proprement être em

тії

ployé pour nous meriter l'é, ternité bien-heureuse : ainsi nul ne doit être perdu dans des entretiens inutiles. Mais. Jesus-Christ nous avertit exprellement, que nous rendrons compte à son Tribunal d'une parole oisęuse. Cependant quelle est la matiere de l'entretien de la plûpart des femmes, je dis même de cel les qui passent pour être regulieres ? On y parle d'étoffes, d'habits, d'ameublemens, de modes & de mille autres ba. gatelles. Y parle-t-on jamais de Dieu, ou de choles qui ayent rapport à Dieu & au salut, & qui puissent édifier le prochain ? On craindroit en tę faisant , de s'exposer à la censure & à la raillerie des autres, & de se donner dans le monde un air ridicule ; fien

certainement ne fait mieux comprendre jusqu'où va la corruption du siecle , & ne nous doit plus faire sentir le peu d'amour que nous avons pour Dieu. Car fi nous ai. mions bien Dieu, nous pense. rions souvent à lui; & fi nous y pensions souvent, nous ne pourrions nous empêcher d'en parler. Les personnes qui sont vivement touchées d'un objet, ont besoin de s'observer; pour n'en pas trop parler. La bouche parle de l'abondance du cœur, comme dit le Sau-' veur ; & puisque le Nom de Dieu est fi peu souvent dans nôtre bouche, c'est une preuve certaine qu'il n'est gueres dans nôtre cæur.

La vanité ou l'estime des biens periflables du monde, est le second défaut qui se doit

éviter dans la conversation ; défaut cependant si ordinaire, même parmi les personnes vertueuses , & dont souvent elles ne se font nul scrupule, & sur quoy elles ne reAechissent pas même dans l'ex xamen qu'elles font de leurs fautes, mais qui neanmoins est beaucoup plus considerable qu'on ne pense , à cause des suites funestes qu'il peut avoir, par rapport à nos paffions & aux dereglemens de nôtre cæur.

Qu'y a-t-il de plus ordinai. re dans les conversations des personnes, qu'on croiroit mê. mę devoir être entierement détachées du monde, que de parler d'une maniere qui marque l'estime qu'on fait des richesses, des plaisirs, des honneurs, de la réputation & des

« 이전계속 »