페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][graphic]
[graphic]

PENDULE PORTATIVE,

ET MONTRE DE GOUSSET, .

Toutes Deux
A ÉCHAPPEMENT A REPOS,
SANS FUSÉE NI CHAINE.
INVENTÉE

PAR M. GOURDAIN, HORLOGER.

Xj'horlogs portative ABCD ( fig. 1.) est quarrée, n'ayant que quatre pouces & demi de chaque côté, fur deux & demi d epaisseur ; ses propriétés font de marquer les heures, les minutes, les secondes ,& le quantième du mois, de Tonner les heures & les quarts qu'elle marque , de repérer quand on tire le cordon ; on peut fupprimer la sonnerie quand on le juge à propos, au moyen d'une piece de silence qui tient à l'aiguille E , & pour lors on no lui laisse que la répétition à tirage : on peut de même arrêter ce mouvement lorsque l'on fait quelques observations: on peut faire rétrograder l'aiguille des minutes fans déranger la sonnerie ; cette pendule est de plus à réveil.

La quadrature qui fait fonner & répéter, ne conrienc aucune idée nouvelle.'

Cette pendule n'a ni fusée ni chaîne : la force réglante est un balancier A, ( fig. 1.) garni de fon ressort spiral, & de la courbe tâtee B , qui avec la double roue Y forme lcchappement à repos du même Auteur, dont je viens do donner la description. On voit dans cette figure, la pofl

11 1 tlon de ecc échappement ainsi que des timbres, & les 1741. deux roues noyées dans la platine de dclTus , marquées

N°. 451. des mêmes lettres D, 3, dans la quadrature (fig. 3.): lo rochetP est pour ce réveil, dont on ne voit aussi la roue que dans la quadrature : en voici le deuil.

i, 2., 3 , 4, 5 j (fig. 3 •) (ont les roues du mouvement:, dont la roue 4 porte f aiguille des secondes, & tait un tour par minute; le double rochet 5 est l'échappement à repos. P, R font les roues de réveil, la roue de rencontre P est , comme on le voit dans la seconde figure , hors la cage , & la roue de réveil R est en dedans : cette roue , ( c'est-à-dire la roue P ) est.retenue sur la platine de dessus par un coq , de même que le marteau T garni de fon ressort; ces piecesfont à lordinaire, le barillet de ce réveil tjentàla platine des pi'iers en dedans de la cage, & à une demi-ligne moins de diametre que la roue R: le remontoir V est pour fixer les tours du ressort, il est en dehors de la platine. X, Z ( fig. 1.) font les enclictages des barillets marqués 1, C dans le calibre ( fig. 3.): tous tes engrenages des roues font naturels, & se meuvent avec leurs pignons, dans le principe du mouvement; & pour éviter la roue de champ, le balancier est sur le côté de la cage avec la coulisse & les pieces qui en dépendent; le balancier a vinge lignes de diametre, & fait trois vibrations par seconde.

C, D, E, F, G, font les roues de la fonnerie, & H est le pignon du volant; les remontoirs des barillets I, C „

J)Qur en fixer les tours de ressort, font noyés dans l'épaiseur de leurs roues ; les rochets X, Z, pour tenir les ressorts tendus , font sur la platine de dessus; chaque grand ressort fait dix tours dans fon barillet, l'on en choisit quatre des plus égaux pour trente heures.

Les points I, K font les centres des marteaux qui fans _ leurs levées dans l'intéricur de la cage, & par ce moyeu frappe de même le timbre; les levées des marteaux se font par des doubles leviers en dedans de la quadrature que les rochets de la sonnerie font agir.

« 이전계속 »