페이지 이미지
PDF
ePub

RïtiGiiu- La réputation de ces Religieuses se répandant de tous I'orpre co,^s> plusieurs personnes de qualité s'adreílerent à la Mere D* Nôtre- de Montferrant,ou pour lui présenter leurs filles & les conI>AM£' sacrer sous fa conduite à la Religion , ou pour la prier d'établir dans leurs villes des Maisons semblables à la sienne.Ces propositions lui étoient infiniment agréables, & elle reçut un íì grand nombre de Novices,que la Maison ne se trouvanc pas aílez grande pour les contenir toutes,elle songea à changer de demeure dans la ville de Bourdeaux & à satisfaire les personnes qui desiroient rétablissement de son Ordre dans d'autres villes. II y avoit déja vingt ans que deux des filles de la Fondatrice avoient fait profeilion dans l'Ordrede l'Annonciade , comme nous avons dit > mais aïant souhaité passer dans celui que leur mere avoit fondé ,pour y vivre fous fa conduite , elles en obtinrent la permission du Pape,ôC commencèrent un Noviciat de deux ans dans l'Ordre de Nôtre-Dame, après, lequel elles firent une nouvelle profession. La Mere de Montferrant se transporta avec toutes les Religieuses dans une Maison grande & spatieuse qu'elle avoit achetée à Bourdeaux , & la même année elle en sortit à l'âge de près de soixante ans pour aller à Perigueux commencer une Maison de son Ordre > mais n'aïant pas trouvé les choses en l'état qu'on lui avoit mandé , cette Maison ne put être établie que quatre ans aprés, & elle retourna à Bourdeaux , d'où la même année elle cnvoïa quatre Religieuses à Beziers, où les Urlulines congregées établies en cette ville embrassèrent son Institut, & reçurent le voile le jour de la Visitation de Nôtre-Dame. Cette zélée Fondatrice ne s'étoit pas trouvée en état d'aller faire cette seconde fondation j mais l'an I6i8- elle fit elle-même cel'e de Poitiers, & l'on vit en peu de tems'plusieurs autres établissemens , en forte que de son vivant elle eut la satisfaction de voir vingt-neuf Maisons de son Institut, & d'y avoir reçu les vœux de deux de ses filles, trois petites filles y & deux nièces. Ses deux filles furent celles qui avoient été Religieuses Annonciades.L'une des petites filles étoit fille du Baron d'Arpaillant, & les deux autres étoient filles du Marquis de Montferrant, les deux nièces étoient de la Maison d'Aulede, dont il y a eu un premier Président au Parlement de Bourdeaux. Enfin cette íainte Fondatrice aïant beaucoup travaillé pour l'agrandis

semem sèment de ion Ordre , mourut à Bourdeaux le 2. Février Rumiiwv 3640. âgée de 84. ans dans la trente-deuxième de la son- I'oiìdre* dation de son Ordre. Son corps fut enterré dans la sepul- DíNômi* cure commune des Religieuses , & transféré quelques années °AM£' après au milieu du Chœur , & on établit en mêmetems une Fête publique de rétablissement de l'Ordre qu'on célèbre tous les ans le premier jour de Mai ( parce que ce fut ce jourlà que la Fondatrice prit le voile de religion des mains du Cardinal de Sourdis.) Le saint Sacrement est expoférles Religieuses communient en reconnoissance de l'Institution de l'Ordre , & après les Vêpres on fait le Panégyrique de laFondatrice. Lorsqu'on transfera son corps,on trouva qu'ilétoit entier à la reserve de quelques os des bras qu'on avoir donnés à quelques-uns de ses Monastères ,1e visage n'a voit ni peau ni chair ; mais le crâne de la tête & le reste du corps étoit couvert de fa peau desséchée & toute entière. II s'est; fait beaucoup de miracles à son tombeau qui continuent encore tous les jours.

Après fa mort son Ordre se multiplia encore, & il y a peu de Provinces en France où il n'y ait des Maisons de cet Institut. La Guienne poíTede les Maisons de Bourdeaux , Agen, Villeneuve ,. Saintes, Perigneux , Sarlat, Limoges, faine Léonard , saint Junien , & Mesin j le Poitou , celle de Poitiers , Fontenai, Puyberlan & Richelieu 31'Anjou , celle de la Fléchej la Normandie,celle d'Alençon j le Maine,celle de la Ferté > l'Auvergne , celles de Brioude , lssoire, Auvrillac, saint Flour , Chaudesaigues, Langeac & Salers j le Languedoc T Tolose , Beziers, Narbonne , saint Gaudens, Agde , Usez > & Gaignac j le Velay , celles du Puy, Pracleìle > Esingaux , & Langonne j le Roiiergue , celles de Rhodés, sainte Affrique , laint Sernin , & Nant 5 le Vivarés,celles de Tournon, Annonay & Argentieres j le Bour-bonnoisjcellede Gannat > le ûauphiné,celle de Valence > la-' Provence,celle d'Avignon ; le Roïaume de Navarrexelle de Pau 5 & le Roussi! Ion,celle de Perpignan. Cet Ordre est encore passé fur les terres d'Espagne , où il y a un Monastère-' à Tudelle dans la Navarre , & dans la Catalogne deux au-tres,dont l'un est à Barcelone & l'autre à Tarragone. 'La fin de cet Institue est d'enseigner les jeunes filles , yf aïantpour ce sujet plusieurs classes dans chaque Monastères Tome VI. Y y.

RïiisK'j- Les Religieuses fonc deux ans de Noviciat. La Supérieure s-o*dr* estappellée Merepremière , la Vicaire Mcreseconde j &. il y a Dbnôtri encore une fous seconde. Les sœursConverses font appellées Daui. soeurs Compagnes. La Supérieure a quatre Conseillères ou Assistantes , qui l'aident de leurs avis , & ont voix dans les délibérations secrètes &c particulières , & une Admonitrice qui se nomme autrement Mere Discrette, laquelle repreíente à la Supérieure ce que les Conseillères ou d'autres perlonnes sages lui ont suggéré. La Fondatrice qui avoit toujours eu fort à cœur l'unirormite , 6c qui vouloit que toutes íes Maisons fussent semblables à celle de Bourdeaux , voulut y établir une Mere Générale de tout l'Ordre de qui toutes les Religieuses dépendissent avec la même subordination qui est établie dans la Compagnie de Jésus. A l'égard du Général les premières Religieuses ses Coadjutrices signèrent une déclaration , par laquelle elles se soumettoient à la Supérieure de Bourdeaux , & l'on obtint même un Bref à Rome pour continuer cette Supérieure dans son gouvernement pendant fa vie, ou pour rétablir seulement Générale de tout l'Ordre pendant le tems de sa Charge , encas qu'on la déposanmais cela n'a eu aucun lieu & n'a point été exécuté. Ces Religieuses n'ont que le petit Office de la Vierge quelles chantent tous les jours de Fêtes &: lcsDimanches & quelles recitent à voix basse tous les jours ouvriers:elles chantent tous les jours les Litanies de la sainte Vierge & recitent trois fois le chapelet,c'est à- direde matin,à midi,& le soir. Outre la confession generale de toute leur vie qui se fait à l'entrée de la Religion , il y en a une autre de trois mois en trois mois

Î>our les Sœurs, & de six en six mois pour les Mères, dans aquelle confession elles s'accusent de tous les péchés qu'elles ont commis pendant ces trois ou ces íix mois,quoiqu'elles les aïent déclarés dans leurs confessions particulières. La rénovation des vœux est établie deux fois Tannée aux Fêtes de la Purification & de l'Assomption de Nôtre Dame. Ellesfont une fois l'an les exercices spiriruels pendant huit jours. II y a des lectures spirituelles en commun & en particulier. Elles ajoutent à toutes ces pratiques des jeûnes qu'elles observent exactement tous les Samedis de Tannée 6c toutes les veilles des Fêtes de Nôtre- Dame: il y a aussi chaque jour un tems destiné à un examen particulier pour combattre

[graphic][merged small]
« 이전계속 »