페이지 이미지
PDF
ePub

songer à rien ; mais sa femme le prenant aussitost luy dit : ah ma foy vous payerez Monsieur ! e elle dit la verité.

59. Un puisant Prince voulant sçavoir si l'amour étoit une chose naturelle ou si elle venoit de la corruption des uns avec les austres , enferma son

fils unique dans un palais fort loin de la Ville en compagnie d'un seul Saint Hermite , qui par ordonnance du Roy ne luy parla ny d'amours ny de femmes. Il fue élevé en cette folitude jusqu'à l'âge de dix-huit ans. En ce temps-le Roy fon pere l'appella en Cour, & luy donnant la permis. fion de voir tours choses en la compagnie de fon Gouverneur, il voulut sçavoir de luy laquelle luy avoit le plus agrée? il luy pondit que c'éroient les demons, le Gou. verneur dit au Roy qu'il avoit donné ce nom aux femmes, à la demande continuelle que le Prince luy avoit fait qui elles étoient, comme on les appelloit , alors le Roy corclut que l'amour étoit une chofe naturelle.

60. Un Gentilhomme cherchant par tout un beau o bon cheval pour s'en servir

[ocr errors]

mente y el huesped bolviendo dela Ciudad fue luego alcançado, a quien la muger dixo vos pagareys por todos, y dixo la verdad.

59. Un Principe muy poderoso queriendo saber fi el amor era cosa natural, o fi venia dela corucion de unos con otros, encerrò su hijo unigenito en un palacio muy lexos dela Ciudad en compañia de un solo santo Eremita , el qual por mandamiento del Rey no le habló al hijo ny de amores ny de mugeres. Fue criado en esta soledad hasta al edad de diez y ocho años. En efta fazon el Rey su padre le llamò y dandole licencia de ver todas las cosas en compañia de su amo, quiso saber del, qual cosa le avia agradado mayormente? El le respondio que eran los demonios , y luego le dixo el amo al Rey que alas continuas preguntas , quales eran y como se llamavan estos animales, mostrandole las mugeres, les avia dado efte nombre, y el Rey concluyo que el amor era coranatural. cola natural:

60. Un Hidalgo buscando por todo un lindo y buen cavallo para servir le de

1

à la ville & à la campagne, en trouva finalement un qu'il crut estre fon fait. Il l'achepta à condition neanmoins que le Marchánd le luy garantiroit fans deffaut ;

À quoy il répondit d'abord , je vous le garantis tel , faites le voir. Le Gentilhomme en fue content. Quelques jours aprés il le monta pour aller à la campagne, & tombant luy e le cheval dans un forė , il s'apperçut qu'il étoit aveugle. Il revint chez le marchand

le traita de malhonneste homme en ce qu'il luy avoit garanti un cheval fans deffame qui neanmoins se trouvoit aveugle. Le Ma. quignon luy repartit ; il est vray que je vous l'ai garanti en cas que vous le fisiez voir. Pour lors le Gentilhomme comprit ce qu'il avoit mal entendu o se retira tout bonteux,

61, Le Roy ayant distribué plusieurs charges vacantes causa de la joye du chagrin en même temps, On des Micontens dit un jour à sa Majesté, Sire , paf sant fur le Pont neuf , j'ay remarqué que le cheval de bronze pissoit toûjours dans la riviere, je trouve les proverbes trés-veritables , qui disent que l'eau va toûjours à la riviere, es que qui chap pon mange chappon luy vient. Le Roy concevant bien

effo por todas partes. Hallò finalmente uno que le agrado, lo comprò a tal que el Alcahuete sele guarecielle sin mengua, y respondio luego , lo libro tal, hazed veello. El Hidalgo no pido nias. Algunos dias despues se fue ala vega con ello y cayendo los dos en un hoyo apercibio que era ciego. Bolviendo atras tratò el ganadero de vellaco por haverlelibrado un cavallo ciego fin defecto, quando el corredor le dixo : es verdad que selo he guarrecido puesto que lo hizielsedes ver. Entonces el Hidalgo entendio lo que no avia comprendido y se recojio todo vergonçoso.

61El Rey aviendo repartido muchos cargos hizo unos gozosos y otros congoxados. Uno delos postreros dixo un dia a su majestad, Señor en passando fobre la puente nueva he apercebido que el cavallo de bronzo pixa siempre en el rio y hallo verdaderos los refranes : que el agua mana siempre ala mar , y vienen capones a quien los come. El Rey concibio su quexa y lo llamó pocos dias

les reproches de ce Courtisan, ne luy ria pondie rien sur le champ. Quelques jours aprés il le fit appeller, du mit devant luy deux cassetes remplies, l'une d'or, d'argent ď de pierreries, l'autre de plomb o de poudre à tirer. Il lay donna à choisirlan quelle des deux il voudroit prendre. L'igalité de la pesenteur le tint long-temps en Suspens : mais finalement il prit celle qui estoit remplie de plomb. Le Roy les faisane ouvrir toutes deux luy fit voir qu'il avoit tort de se plaindre de luy ; mais qu'il s'en devoit prendre à sa mauvaise fortune, á lepaya aussi par un proverbe, que quichosa fit prend le pire.

62. Deux pauvres se mirent un jour au pied du Louvre à crier des le matin. L'un disoit, heureux celuy à qui Dieu fait du bien, l'autre, beureux celuy à qui le Roy fait du bien. Ces cris parvenant à la fin aux oreilles du Roy, il leur fit diftri

. buer deux pains ; un pain blanc à celuy qui parloit de Dieu , & un pain bis à l'aútre qui parloit du Roy. Le dernier aimant mieux le pain blanc , quoy que plus petit à Cause de sa legeretè , proposa à l'autre d'en faire un troque ; mais l'autre confiderant la

[ocr errors]
« 이전계속 »